Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le noyau Linux 5.9 disponible

Comme toujours, on y trouve des améliorations en pagaille, à commencer par un support initial des cartes Radeon RX 6000 (RDNA 2), qui seront présentées par AMD le 28 octobre. Même chose côté Intel pour la partie graphique de Rocket Lake et les cartes DG1 Xe.

Pour le matériel « existant », on note en particulier la finalisation du travail sur FSGSBASE d’Intel, ce qui devrait fournir un petit gain de performances pour l’ensemble des processeurs remontant jusqu’à la génération Ivy Bridge. Les processeurs AMD doivent également en profiter.

On trouve également toute une série d’améliorations pour les systèmes de fichiers, plus particulièrement une augmentation des performances de FSCRYPT pour Btrfs et le support du TRIM sécurisé pour F2FS. À noter aussi la prise en charge des ZND (zoned namespaces) pour NVMe (spécifications 2.0 de la norme).

Le support général du matériel est bien sûr amélioré, notamment pour les processeurs POWER10 d’IBM et l’USB 4.0. Les appareils ARM/ARM64 se servent désormais de Schedutil pour obtenir des informations plus précises sur l’ordonnanceur, afin de prendre des décisions plus précises sur l’état des performances de la puce.

Pour les développeurs, signalons la possibilité désormais de compiler le nouveau noyau en utilisant LLVM Clang pour la plateforme x86 32 bits. Cet ajout vient en complément du support de Clang existant pour AArch64 et x86_64.

Rappelons que l’arrivée d’un nouveau noyau ne se traduit pas forcément par la publication d’une mise à jour pour les distributions. C’est même rarement le cas, les équipes préférant le plus souvent attendre la version suivante.

Les sources sont bien sûr disponibles, pour les passionnés ou connaisseurs qui souhaiteraient compiler leur propre noyau.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.