Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
App Store : le procès Apple-Epic en mai prochain, les confidences de Proton

Alors que la pression augmente autour d’Apple – et sur les GAFA en général – on sait maintenant que le procès opposant la pomme à Epic se tiendra en mai 2021. La plainte a été déposée par Epic pour concurrence déloyale et concerne, notamment, la commission de 30 % sur la boutique.

Parallèlement, Andy Yen, patron de Proton (qui édite ProtonMail), s’est laissé aller à quelques confidences chez The Verge.

Il y annonce que ProtonMail était une application gratuite pendant ses deux premières années sur l’App Store, de 2016 à 2018. Le succès grandissant, Apple se serait mise à fouiller plus attentivement, jusqu’à découvrir sur le site de ProtonMail que le service possédait des options payantes qui ne pouvaient pas s’acheter via l’application.

Or, le règlement du Store est clair : tout service proposant des fonctions payantes doit les mettre à disposition dans l’application iOS. Pour Apple, c’est tout à son bénéfice, puisqu’un achat fonctionnel se fait obligatoirement par in-app. La commission de 30 % s’applique donc. 

Proton a dû s’exécuter, au risque de voir disparaitre son application de l’App Store. Le service a été ainsi proposé, puis margé plus tard de 26 % pour compenser la commission. De plus, une autre règle du Store interdit de prévenir les utilisateurs qu’il est possible de payer moins cher en passant par un autre chemin, ici le site officiel.

Andy Yen a évoqué à nos confrères une vraie peur devant la puissance d’Apple. The Verge a recoupé ce témoignage avec plus d’une vingtaine d’autres, tous faisant état du même problème : personne n’ose contredire Apple, de peur de perdre le marché iOS.

Pour Yen, la situation est d’autant plus problématique que cette politique affaiblit les solutions centrées sur la vie privée, alors même qu’Apple vante les qualités de sa plateforme dans ce domaine. Comment ? En laissant tranquille des produits comme Gmail, tout en « taxant » les autres.

Une partie de ce témoignage n’est cependant plus valable. Le 11 septembre, une modification des règles de l’App Store a supprimé l’obligation pour les applications gratuites d’intégrer les achats in-app. Les clients email en font partie. ProtonMail peut donc revenir à son précédent état.

Yen a indiqué être au courant, mais avoir eu peur de toucher à quoi que ce soit. Pourquoi ? À cause de la règle interdisant de prévenir les utilisateurs qu’ils peuvent obtenir des fonctions pour moins cher. 

Il y a en fait un problème de formulation. La règle est rédigée dans un langage général, mais Apple, interrogée par The Verge, a clarifié le propos : une application gratuite servant de compagnon à un service payant n’a pas besoin d’achats in-app tant qu’elle n’offre pas elle-même d’acheter des fonctions, et tant qu’elle ne propose pas elle-même d’acheter en dehors du Store ».

Rien n’interdit donc à Proton de prévenir ses clients sur son site officiel ou même par email. Andy Yen, absorbant l’information, a répondu que ProtonMail essaierait de se débarrasser de la composante in-app. Il fera cependant un premier test avec ProtonDrive, quand elle sera disponible. 

2 commentaires
Avatar de Nicky5 Abonné
Avatar de Nicky5Nicky5- 09/10/20 à 10:17:56

:mad2: gros lapsus visuel, j'ai lu pompe à fric à la place de pomme à Epic :mdr2:

Avatar de UtopY-Xte INpactien
Avatar de UtopY-XteUtopY-Xte- 09/10/20 à 11:12:52

Qui a dit "mafieux"? Non je ne tolèrerai pas que l'on dénigre saint apple, ce sont google et les app dissidentes les méchants, elles veulent avoir le beurre et l'argent du beurre.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.