Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
« Sciences » : une encyclopédie en 800 volumes, avec 20 000 auteurs

Le CNRS explique que ce travail de titan vise à « dresser l’état des savoirs et explorer toutes les facettes des sciences et technologies, sans occulter les controverses et les questions éthiques ». Le projet a été lancé il y a trois ans et les premiers volumes sont déjà imprimés.

« Ce n’est pas un état des connaissances sous forme alphabétique, mais des livres, écrits par plusieurs auteurs, dont chaque chapitre traite un point de la science », expose Jean-Charles Pomerol, président du conseil scientifique d’Iste, une maison d’édition spécialisée dans les ouvrages scientifiques.

Il détaille le fonctionnement : « À la tête de chaque grand domaine de recherche, un responsable définit des thèmes de la science, de la technologie et des humanités, puis recrute des spécialistes de ces thèmes qui vont eux-mêmes assurer la coordination d’un ou plusieurs ouvrages, avec les auteurs les plus pointus dans ce domaine, des chercheurs et enseignants reconnus dans le monde entier, dont de nombreux Français ».

Désormais, la machine est lancée : « Une quarantaine de volumes sortiront d’ici la fin de l’année 2020, puis le travail se poursuivra au rythme de 150 à 200 ouvrages par an, jusqu’à 800 au total. À terme, nous réunirons autour de 20 000 auteurs ». Jean-Charles Pomerol donne quelques titres : Les Océans, évolution et concept, Les Impacts du changement climatique, Le Contrôle intelligent des réseaux et La Réinvention de l’école.

31 commentaires
Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 05/10/20 à 08:49:48

La Réinvention de l’école

Mis à jour à chaque changement de gouvernement

Avatar de Equilibrium Abonné
Avatar de EquilibriumEquilibrium- 05/10/20 à 09:11:35

Cette encyclopédie sera-t-elle disponible sous forme d'epub et/ou en ligne ?

Ravis de voir que les efforts encyclopédiques sur le savoir humain ne s'arrêtent pas à Wikipedia, seule bouée très imparfaite d'un web qui est devenu de plus en plus aride et poubelle, notamment du fait de l'aspiration des interactions sociales par le groupe Facebook, destructeur du web. (Web 1990 -2005, son apogé)

Édité par Equilibrium le 05/10/2020 à 09:13
Avatar de laubern Abonné
Avatar de laubernlaubern- 05/10/20 à 09:18:40

Des livres en PAPIER ? Pour une science qui évolue chaque année ???

Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 05/10/20 à 10:10:56
laubern

Oui en PAPIER parce qu’en 2020 ça reste encore le support le stockage le plus pérenne et le plus accessible à tous (si dispo dans une bibliothèque). Et ce sera toujours vrai dans un futur où peut être internet n’existe plus ou n’est plus accessible.

Pour un ouvrage dont l’objectif est de dresser l’état complet des savoirs de l’humanité , la publication papier me semble primordiale.

Par contre je pose la même question qu’au dessus : quid d’un accès libre en ligne aussi.

Le web manque cruellement de références scientifiques facilement « hyperlinkables » et ce serait un réel bond en avant de pouvoir poster un lien vers un ouvrage scientifique / une étude / un article aussi facilement que ce que Wikipédia le permet déjà.

Avatar de stratic Abonné
Avatar de straticstratic- 05/10/20 à 11:21:07
jpaul

En suivant la logique, jusqu'au bout., l'idéal serait tout de même de graver dans la pierre. Ça serait beaucoup plus pérenne que le papier.

Ceci Juste pour dire que je n'achète pas du tout les arguments en faveur du papier pour ce qui est de la pérennité, et encore moins concernant l'accessibilité. Le numérique est transformable. Il se régénère et peut traverser les ages mieux que n'importe quel support. Sinon, aujourd'hui, Il est autrement plus facile d'avoir accès au numérique qu'a une bibliothèque. Ça fait au moins 40 ans que je n'ai pas mis les pieds dans une bibliothèque. La principale raison étant qu'il faut faire au minimum 40 kms pour en trouver une, et 120 pour avoir la chance de trouver ce genre d'ouvrages...

Et comme dit plus haut, pour quelque chose qui évolue en permanence, le papier est effectivement le support le plus inadapté qui soit.

Pour moi, l'aspect papier enlève tout l'intérêt du projet. En 2020 il ne me viendrait pas à l'idée d'ouvrir une encyclopédie papier, sans fonction de recherche, autre qu'un misérable index!

Édité par stratic le 05/10/2020 à 11:22
Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 05/10/20 à 12:02:17
stratic

à priori rien ne dit que ça sera exclusivement papier non ?

Ensuite meme si les données évoluent en permanence, ce n'est pas suffisant pour mettre à jour une encyclopédie vu qu'il faut faire plus que juste référencer une info.

D'ailleurs en science non seulement on publie toujours sous format "papier" et donc fixe, mais on a aussi souvent des recueils qui vont être rééditer tous les x années en fonction des nouvelles données (par ex pour les protocoles expérimentaux mais pas uniquement).

Bref papier ou pas, les contraintes sont les mêmes : il faut se remettre à l'écriture pour ajouter les nouvelles connaissances.

Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 05/10/20 à 12:07:48
stratic

Que l’on soit bien d’accord numérique se conserve extrêmement bien ... tant qu’il est accédé (et donc, accessible). Et le recul sur sa pérennité se compte à peine en décennies.

Sur des temps « historiques », j’ai encore beaucoup de mal à m’imaginer comment les archéologues du futur accéderons à notre internet actuel : soit Internet n’existera plus, soit pire* il existera encore (sous une forme ou une autre) et il ne restera d’accessible que ce que l’humanité aura jugé utile de garder tout ce temps.

C’était e-penser je crois qui donnait l’anecdote suivante dans une de ses vidéos : l’humanité a existé pendant des millénaires (jusqu’à il y a quelques décennies à peine) sans connaître l’existence des dinosaures.

Avec Internet/le numérique le gros risque c’est que l’information disparaît à partir du moment où elle arrête de se propager, c’est à dire quand elle n’intéresse plus personne à un instant T sans prendre en compte le fait qu’elle pourra intéresser quelqu’un plus tard.

Je ne dit pas que c’est ce qu’il se passera, et certains projets comme Wikipedia pourraient être immunisés contre ça parce qu’ils ont développé une vraie culture de l’archivage.

Mais que se passe t’il si un hypothétique dictateur mondial décide d’ordonner l’effacement ou d’interdire l’accès à tous les articles qui parlent d’un sujet ? Bien sûr il y aura une sorte de résistance qui archivera tout ça en douce, mais ces archives finiraient dans l’oubli en quelques décennies.

Bien sûr c’est un scénario de fiction, mais je crois qu’on prend toujours un peu trop pour acquis que l’Internet est un dû immuable qui suivra l’humanité éternellement. Alors qu’il a 30 ans tout au plus.

Avatar de TabDambrine Abonné
Avatar de TabDambrineTabDambrine- 05/10/20 à 12:18:15

jpaul a écrit :

Mais que se passe t’il si un hypothétique dictateur mondial décide d’ordonner l’effacement ou d’interdire l’accès à tous les articles qui parlent d’un sujet ? Bien sûr il y aura une sorte de résistance qui archivera tout ça en douce, mais ces archives finiraient dans l’oubli en quelques décennies.

M'est d'avis que rien n'empêcherait ce dictateur d'en faire autant avec les livres, avec les mêmes tentatives de résistances et d'oubli...
De plus le papier a le gros point faible de très bien brûler, il suffit d'imaginer tout ce que l'on a perdu lors de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie. Sans parler de l'usure naturelle des ouvrages dans le temps.

Je pense qu'on sera tous d'accord pour dire qu'il faut utiliser le maximum de supports différents si on veut vraiment pérenniser le truc.

Perso suivant la taille j'adorerais me procurer ces 800 volumes en livres pour ma bibliothèque mais je pense que même en les ayant je me servirais plus aisément d'une version numérique pour la facilité de navigation :)

Édité par TabDambrine le 05/10/2020 à 12:18
Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 05/10/20 à 12:25:35
stratic

Tout d'abord, ce sont des livres indépendant, chacun traitant d'un thème. Je vois ça dans la pratique, comme l'équivalent de ce que l'on trouve déjà par exemple chez les éditions De Boeck.

Bon, clairement, ce genre de bouquin a plus de chance de finir entre les mains d'enseignants, d'étudiant et de manière général de personnes dans le domaine que de mecs lambdas.

Avatar de numerid Abonné
Avatar de numeridnumerid- 05/10/20 à 12:31:07

laubern a écrit :

Des livres en PAPIER ? Pour une science qui évolue chaque année ???

en cliquant sur le lien, on voit qu'il y a des versions numériques prévues et en lisant la brève on sait qu'il s'agit de bouquins donc un format tout à fait différente de celui d'une encyclopédie classique en fait. Grosso modo : un bouquin, un sujet abordé, un auteur. Ça explique le papier.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4