Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Un message privé sur Facebook peut être retenu contre un salarié pour justifier son licenciementCrédits : luchezar/iStock

Une employée de Petit Bateau avait été licenciée en mai 2014 pour avoir publié une photo de la nouvelle collection sur un compte privé du réseau social, une information confidentielle soufflée à l’oreille de professionnels pouvant travailler pour des concurrents.

Ce compte était privé en ce sens que seules les personnes autorisées pouvaient y accéder. Une autre salariée avait communiqué à l’employeur le message, avant que celui-ci ne prenne sa décision. La salariée remerciée a contesté son licenciement, armée du principe de loyauté de la preuve. 

La Cour de cassation a estimé que « le droit à la preuve peut justifier la production d’éléments portant atteinte à la vie privée à la condition que cette production soit indispensable à l’exercice de ce droit et que l’atteinte soit proportionnée au but poursuivi ».

Certes, « la production en justice par l’employeur d’une photographie extraite du compte privé Facebook de la salariée, auquel il n’était pas autorisé à accéder (…) constituait une atteinte à la vie privée de la salariée ». Mais cette atteinte à la vie privée a été jugée « indispensable à l’exercice du droit à la preuve et proportionnée au but poursuivi », ici « la défense de l’intérêt légitime de l’employeur à la confidentialité de ses affaires ».

« Tout ce que vous écrirez et publiez sur Internet pourra être retenu contre vous, y compris lorsque c’est dans le cadre d’un espace fermé » commente sur Twitter l’avocat Alexandre Archambault, avant d’ajouter « coucou les chaînes WhatsApp de policiers et  autres groupes Facebook d’avocats en roue libre ».

7 commentaires
Avatar de AltreX Abonné
Avatar de AltreXAltreX- 02/10/20 à 09:41:38

coucou les chaînes WhatsApp de policiers et autres groupes Facebook d’avocats en roue libre

Oulah ! ça taunt méchament !

Mais sinon, ça permet de rapeller qu'effectivement, même dans un espace privé, le droit s'applique.

Édité par AltreX le 02/10/2020 à 09:41
Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 02/10/20 à 09:59:01

En même temps, violer la clause de confidentialité de son contrat en postant des images d'une collection sur un site comme FB...faut être culotté pour contesté.

Avatar de eliott.godwin INpactien
Avatar de eliott.godwineliott.godwin- 02/10/20 à 12:03:12
AltreX

Pour ceux que cela intéresse, ce podcast est glaçant sur le sujet :
https://www.arteradio.com/son/61664080/gardiens_de_la_paix

Avatar de aldwyr Abonné
Avatar de aldwyraldwyr- 02/10/20 à 12:04:40

je serai toujours étonné de voir que les gens pensent qu'en privé sur les réseaux sociaux, ils peuvent tout dire et tout faire soit disant grâce à l'anonymat.

La plaignante à quand même dit qu'elle n'était pas la propriétaire du compte. L'employeur à du demander à un huissier de justice de prouver le contraire...

Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 02/10/20 à 13:40:59

Donc elle peut quand même se retourner vers l'employeur pour atteinte à la vie privée ?

aldwyr a écrit :

La plaignante à quand même dit qu'elle n'était pas la propriétaire du compte

Techniquement elle n'a pas tort, c'est Facebook le propriétaire du compte :dd:

Avatar de Alianirah Abonné
Avatar de AlianirahAlianirah- 04/10/20 à 13:44:12
eliott.godwin

Merci pour le lien.

Avatar de aldwyr Abonné
Avatar de aldwyraldwyr- 05/10/20 à 11:52:28
Jarodd

L'utilisatrice unique alors. :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.