Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Stockage de données sur ADN synthétique : le CNRS entre espoirs et limitations techniquesCrédits : from2015/iStock

Dans son Journal, le Centre national de la recherche scientifique revient sur ce support « en théorie inégalé en termes de densité d’information et de longévité, mais qui souffre encore de limitations techniques à surmonter ».

Le CNRS commence par remettre les choses en contexte : « un seul gramme peut théoriquement contenir jusqu’à 455 exabits d’informations, soit 455 milliards de milliards de bits. Toutes les données du monde tiendraient alors dans une boîte à chaussures ».

Pour détailler les enjeux, le CNRS a interviewé Marc Antonini, directeur de recherche au laboratoire d’Informatique, signaux et systèmes de Sophia Antipolis (I3S). Celui-ci travaille sur OligoArchive, « un projet de trois ans financé à hauteur de trois millions d’euros par la Commission européenne ».

Le CNRS n’est pas la seule institution à s’intéresser au stockage d’informations dans l’ADN, loin de là. Nous en avions parlé dans les évolutions attendues du numériques et de l’informatique. Microsoft a publié une vidéo explicative il y a quelques mois.

3 commentaires
Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 29/09/20 à 09:35:42

3 millions ? quand on voit le prix d'un séquenceur et encore plus d'un synthétiseur c'est pas grand chose. Je me demande bien quels sont réellement les contours du projet.

Au delà de ça faut pas espérer avoir ce genre de technologie en dehors de très (très) gros pro, voir meme uniquement au niveau d'archive d'état : synthétiser/séquencer du vivant c'est pas la meme chose que de l'électronique. On a fait de gros progrès côté lecture d'info mais la création au delà de quelques 100aine de nucléotide reste compliqué.

Sans compter des possibles risques biologiques

Avatar de Leum Abonné
Avatar de LeumLeum- 29/09/20 à 10:39:12
odoc

Les archives fiscales de la France, virus mortel pour les pangolins? :P

Avatar de ForceRouge INpactien
Avatar de ForceRougeForceRouge- 29/09/20 à 16:14:26

L'article ne précise pas si l'interface est S-ATA ou NVME, ni même le débit, la latence et le DWPD. :francais:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.