Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Des millions de dossiers médicaux partagés (DMP) vides et inutilisésCrédits : utah778/iStock

D'importants efforts ont été concédés pour pousser à l’ouverture de millions de dossiers médicaux partagés (DMP), et ainsi s’approcher de la barre des 10 millions pendant l’été, souligne Acteurs Publics, qui déplore cela dit le fait qu'ils soient souvent... vides et inutilisés.

20 % de ces ouvertures proviennent des usagers eux-mêmes, à partir du site. 40 % sont effectuées en accueil de CPAM et 40 % par les pharmaciens et professionnels de santé. Les pharmaciens, en particulier, ont été incités financièrement à l’ouverture et équipés de logiciels spécifiques. Les médecins ne réalisent en fin de compte qu’une partie infime des ouvertures de DMP. Selon l’assurance maladie, 20 % d'entre eux seulement en ouvriraient et les alimenteraient, mais l’organisme ne précise pas à quelle fréquence.

Une masse critique qui sera prochainement largement dépassée « puisqu’avec l’arrivée de l’Espace numérique en santé (ENS) au 1er janvier 2022, chaque assuré se verra créer automatiquement un ENS dans lequel figurera le DMP », se réjouit Thomas Jan, chef du département ENS/DMP à la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam). 

Revers de cette stratégie, note Acteurs Publics : elle contribue à multiplier des dossiers souvent inutilisés et parfois vides. Pour l’heure, le DMP n’est pas vraiment utilisé dans les hôpitaux, pas plus que par les médecins généralistes. Le principal document qui devait atterrir dans le DMP, à savoir le volet médical de synthèse réalisé par le médecin traitant, n’est que trop rarement intégré, et quand il l’est, c’est dans un format PDF, en texte illisible par une machine.

Faute d'interopérabilité avec leurs logiciels, les médecins devraient en effet passer 30 à 45 minutes pour le renseigner, et espérer pouvoir le verser au DMP sans trop de difficultés.

23 commentaires
Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 29/09/20 à 08:58:31

Tant que tous les professionnels de santé n'auront pas une adresse électronique dédiés aux usages professionnels ( fourni par leur ordre ou leur syndicats), ils ne pourront être émetteurs ou récepteurs de données de santé de leur patients à destination des autres professionnels de santé.

C'est bizarre que tous les médecins, pharmacies, hôpitaux possèdent encore un fax (virtuel ou non) ou une adresse postale…

Avatar de MisterDams Abonné
Avatar de MisterDamsMisterDams- 29/09/20 à 09:18:02

En même temps je l'ai créé car j'ai vu que ça existait, mais personne ne m'a jamais posé la question ou proposé (à l'accueil de l'hôpital, du laboratoire d'analyse, pharmacie...).
Je suis jamais retourné dessus mais j'imagine qu'il n'y a rien.

Avatar de brichmarsa INpactien
Avatar de brichmarsabrichmarsa- 29/09/20 à 09:51:42

Il faudrait commencer par standardiser les outils de suivi utilisés par les professionnels de santé. Suite à une hospitalisation, on m'a remis un cd contenant mon dossier complet concernant l'intervention en me disant que je ne pourrait pas le lire mais que tous les professionnels le pourraient. Jusqu'à présent, pas un de ceux que j'ai consulté, spécialistes du domaine concerné, n'a su le consulter, ne sachant même pas de quoi il retourne techniquement. Résultat j'ai un beau cd qui ne me sert à rien, et un dossier papier composé d'extraits car non remis intégralement à l'origine et je dois tout réexpliquer à chaque fois.

Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 29/09/20 à 10:39:32
brichmarsa

Il y a plein de standard en santé mais ils ne sont rarement mis en œuvre.

Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 29/09/20 à 11:12:41

"Les médecins ...Selon l’assurance maladie, 20 % d'entre eux seulement en ouvriraient et les alimenteraient..."

Encore un truc décidé entre "élites", et pas par ceux qui travaillent sur le terrain... pour un résultat médiocre :bravo:

Avatar de faiseurdepluie INpactien
Avatar de faiseurdepluiefaiseurdepluie- 29/09/20 à 11:57:04

Je peux témoigner : j'ai demandé l'ouverture de compte, puis ils m'ont demandé un code que je n'ai jamais reçu. Après ouverture d'un ticket, ils indiquent qu'ils l'envoient par courrier. Je l'attends toujours. Bref j'ai jamais pu avoir accès à ce truc, pas faute d'avoir essayé et persisté...

Avatar de Oby-Moine Abonné
Avatar de Oby-MoineOby-Moine- 29/09/20 à 12:32:12

Étant professionnel de santé, je suis assez septique sur l'utilisation du dmp.
Il ne permet pas de stocker de grande quantités de données (exit les imageries et autres examens qui demandent du stockage, sauf si les images sont stockées dans le cloud par le centre d'imagerie et qu'un lien est dans le dmp...)

Est-ce vraiment fiable ? Étant en profession libérale et ayant eu une IRM d'un genous pour un contrôle où tout est normal). Lorsque j'ai voulu souscrire a une assurance j'ai eu plusieurs refus de dossier parce-que j'ai passé une IRM et que ce n'est pas normal a mon âge... Ou alors exclusions des atteintes des 2 genoux... Je n'ai pas envie que les assurance, banque, ou autre aient accès librement à mon dossier.

Juste avec un numéro de sécu je peux avoir accès a n'importe quel dossier, le patient n'a même pas a donner son aval via un push ou une confirmation par email, il me suffit de dire que c'est une "urgence". ( Bien entendu j'ai fait ce test avec l'accord du patient... Et je sais bien que tous les accès sont soit disant enregistré...)

Bref pour le moment je n'ai aucune confiance dans ce système, et je préfère largement utilisé le papier. En donnant le papier au patient, je laisse le patient en faire ce qu'il veut, libre a lui de le fournir a un autre médecin ou une assurance. Le ratio bénéfice/désavantage pour l'utilisateur final est encore insuffisant.

Avatar de Yod4z Abonné
Avatar de Yod4zYod4z- 29/09/20 à 12:44:25

de toute facon le DMP a ete cree a la vavite sans concertation aucune.
Quand on va que personne ne gere le dossier des patient, ca devient tres vite le foutoir. Il n'y a personne pour terier les document mis sur le DMP et donc on se retrouve tres vite pollué par des document ancien et inutile.

Avatar de mrlafrite Abonné
Avatar de mrlafritemrlafrite- 29/09/20 à 17:34:27

Patrick Beja a fait un épisode spécial du Rdv Tech sur le DMP. https://pca.st/episode/182eb5b6-aa38-49f3-a3c1-0333b742e9ae
J'avais trouvé l'épisode intéressant et monterai l'envers du décors qui semblait aller dans le bon sens.

Oby-Moine

Glaçant ...

Avatar de nabla666 Abonné
Avatar de nabla666nabla666- 29/09/20 à 17:55:37

Oby-Moine a écrit :

Étant professionnel de santé, je suis assez septique sur l'utilisation du dmp.

En tant que professionnel de la profession, il vaut mieux que tu sois sceptique que septique ;)

Par contre cette attitude réfractaire à tout de bien des médecins c'est pénible...
( CMU - tiers payant, DMP, etc...)
Quant à la sécurité faut arrêter la parano...
Qui ça intéresse mon pova DMP à moi quidam inconnu ?
Un accès du DMP par un professionnel que l'on n'a pas consulté ( ou qq'un qui travaille dans l'urgence ) devrait à la rigueur être enquêté...
Quand je veux consulter mon dmp qui reste vide à l'exception des médicaments prescrits, faut que je me tape un SMS franchement est-ce bien utile ? La double authentification devrait être optionnelle histoire de tranquilliser ceux que ça inquiète...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3