Le lobbying bruxellois des géants américains du numérique est « alarmant »Crédits : Jorisvo/iStock/ThinkStock

Sans surprise, Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft font partie des entreprises les plus dépensières en matière de lobbying à Bruxelles, d'après l'ONG Corporate Europe. Elle estime que « cette frénésie de dépenses est un signe avant-coureur de batailles à venir liées à la régulation des technologies dans l'UE qui pourraient façonner l'avenir de l'industrie ». 

Google a les dépenses les plus élevées avec un budget d'au moins 8 millions d'euros, suivie de Microsoft avec 5 millions d'euros. Les seules entreprises non technologiques actuellement dans le top 5 des lobbyistes bruxellois sont le géant pétrolier Shell et le poids lourd pharmaceutique Bayer.

Ayant tous deux dépensé plus de 4,29 millions d'euros, ils arrivent en troisième et quatrième places, juste devant Facebook avec au moins 4,25 millions d'euros. Apple et Amazon sont quant à eux classés 16e (avec plus de 2 millions d'euros) et 23e (plus de 1,75 million d'euros) des 30 premiers du classement.

Au total, les « GAFAM » ont dépensé 21 millions d'euros en lobbying en 2019 (les chiffres de Google datent, eux, de 2018). En comparaison, les sept plus grands constructeurs automobiles européens (Volkswagen, Daimler, BMW, Renault, Ford, Fiat Chrysler et Peugeot) ont déboursé un total de 7,9 millions d'euros en lobbying en 2019, soit moins de la moitié.

De plus, ces chiffres n'incluent pas l'argent que les associations professionnelles dépensent en lobbying, alors que plusieurs d'entres elles représentent les intérêts des entreprises numériques. Quatre comptent au moins quatre des cinq GAFAM parmi leurs membres et disposent ainsi d'un budget total de 2,15 millions d'euros.

Les GAFAM ont en outre parfois tendance à cacher les liens qu'elles tissent avec certains think tanks. Si Microsoft joue le jeu de la transparence en affichant sa participation dans cinq d'entre eux, Facebook, a contrario, avait tu être membre de six groupes. Ces derniers cachent eux aussi parfois être affiliés aux GAFAM, poussant l'ONG à porter plainte auprès du secrétariat du registre de transparence de l'UE.

Pour Corporate Europe, leur puissance de feu est « alarmante », et leurs refus de divulgations des liens qu'ils tissent avec certains think tanks « inacceptables ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !