Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le lobbying bruxellois des géants américains du numérique est « alarmant »Crédits : Jorisvo/iStock/ThinkStock

Sans surprise, Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft font partie des entreprises les plus dépensières en matière de lobbying à Bruxelles, d'après l'ONG Corporate Europe. Elle estime que « cette frénésie de dépenses est un signe avant-coureur de batailles à venir liées à la régulation des technologies dans l'UE qui pourraient façonner l'avenir de l'industrie ». 

Google a les dépenses les plus élevées avec un budget d'au moins 8 millions d'euros, suivie de Microsoft avec 5 millions d'euros. Les seules entreprises non technologiques actuellement dans le top 5 des lobbyistes bruxellois sont le géant pétrolier Shell et le poids lourd pharmaceutique Bayer.

Ayant tous deux dépensé plus de 4,29 millions d'euros, ils arrivent en troisième et quatrième places, juste devant Facebook avec au moins 4,25 millions d'euros. Apple et Amazon sont quant à eux classés 16e (avec plus de 2 millions d'euros) et 23e (plus de 1,75 million d'euros) des 30 premiers du classement.

Au total, les « GAFAM » ont dépensé 21 millions d'euros en lobbying en 2019 (les chiffres de Google datent, eux, de 2018). En comparaison, les sept plus grands constructeurs automobiles européens (Volkswagen, Daimler, BMW, Renault, Ford, Fiat Chrysler et Peugeot) ont déboursé un total de 7,9 millions d'euros en lobbying en 2019, soit moins de la moitié.

De plus, ces chiffres n'incluent pas l'argent que les associations professionnelles dépensent en lobbying, alors que plusieurs d'entres elles représentent les intérêts des entreprises numériques. Quatre comptent au moins quatre des cinq GAFAM parmi leurs membres et disposent ainsi d'un budget total de 2,15 millions d'euros.

Les GAFAM ont en outre parfois tendance à cacher les liens qu'elles tissent avec certains think tanks. Si Microsoft joue le jeu de la transparence en affichant sa participation dans cinq d'entre eux, Facebook, a contrario, avait tu être membre de six groupes. Ces derniers cachent eux aussi parfois être affiliés aux GAFAM, poussant l'ONG à porter plainte auprès du secrétariat du registre de transparence de l'UE.

Pour Corporate Europe, leur puissance de feu est « alarmante », et leurs refus de divulgations des liens qu'ils tissent avec certains think tanks « inacceptables ».

19 commentaires
Avatar de Vaark INpactien
Avatar de VaarkVaark- 28/09/20 à 09:26:31

Un pétrolier, un pharma et les GAFAM. Génial.
Je n'ai toujours pas compris pourquoi le lobbying n'était pas rigoureusement interdit et réprimandé ni à quoi cela sert que l'on paie des élus si des lobbyistes le font pour nous.

Avatar de tipaul Abonné
Avatar de tipaultipaul- 28/09/20 à 09:37:52
Vaark

ça n'est pas interdit parce que ce serait une mauvaise chose de l'interdire. Ça permet aux députés d'être informés de certains sujets par les personnes les plus concernées par ledit sujet. Ça me semble important de ne pas être "hors sol" quand on vote une loi.
La chose qui est nettement plus critiquable, c'est lorsque le lobbying met face à face un organisme à intérêt particulier et à gros moyens et un organisme à intérêt général et, généralement, associatif et sans moyen.
A la limite, il faudrait une règle qui dit "chaque € dépensé par un lobbyiste doit donner 1€ à une association luttant pour l'intérêt général")

Avatar de aureus Abonné
Avatar de aureusaureus- 28/09/20 à 09:45:12
tipaul

Non ce ne sont pas les plus concernées par ledit sujet qui viennent t'informer mais ceux ayant l'argent, le temps et les contacts pour informer les députés.

Ce n'est ni plus ni moins que de la publicité envers les députés.

Et si les députés veulent être informés rien n'empêche d'aller chercher eux-même ceux en capacités de le faire. Ils ont d'ailleurs un budget et une équipe pour les aider.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 28/09/20 à 09:53:16

Je n'ai toujours pas compris pourquoi le lobbying n'était pas rigoureusement interdit et réprimandé ni à quoi cela sert que l'on paie des élus si des lobbyistes le font pour nous.

Entièrement d'accord. Il faut interdire d'urgence "La Quadrature du Net" et "L'Electronic Frontier Foundation" d'influencer les décisions sages et éclairées de nos élus.

Ah... C'est comme les chasseurs ? Y a les bons et les mauvais lobbies ? Et c'est toi qui choisit ?

Édité par 127.0.0.1 le 28/09/2020 à 09:54
Avatar de transit facilité INpactien
Avatar de transit facilitétransit facilité- 28/09/20 à 09:53:35

aureus a écrit :

Ce n'est ni plus ni moins que de la publicité envers les députés.

J'aimerais bien être ciblé par la "publicité" comme le sont selon toi les députés : déjeuners dans de très grands restaurants, séminaires dans des endroits paradisiaques, ...

Édité par transit facilité le 28/09/2020 à 09:54
Avatar de transit facilité INpactien
Avatar de transit facilitétransit facilité- 28/09/20 à 09:54:46

127.0.0.1 a écrit :

Ah... C'est comme les chasseurs ? Y a les bons et les mauvais lobbies ? Et c'est toi qui choisit ?

On ne touche pas à la galinette cendrée !

Avatar de piwi82 INpactien
Avatar de piwi82piwi82- 28/09/20 à 10:04:55

Si l'Europe ne sait pas (ou plus) dans quoi investir, j'ai des suggestions dont :

https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/daniel-ek-fondateur-de-spotify-va-investir-1-milliard-d-euros-dans-des-start-up-europeennes-n154951.html

Je trouve regrettable, pour ne pas dire lamentable, que ce type d'initiative soit financée par des fonds personnels et non Européens.
Oui, ça donnerait naissance à un GAFAM Européen mais ça sera toujours mieux que de se faire sucer les os par les 'Ricains.

Avatar de Arkeen Abonné
Avatar de ArkeenArkeen- 28/09/20 à 10:13:26

Il n'y a pas que les grosses boîtes qui viennent faire du lobbyisme à l'UE, il y a aussi des assos, des acteurs publics, etc. Si LQDN vient expliquer au parlement européen que l'article 17 est une connerie, c'est du lobbyisme. Et si un organisme de presse vient expliquer que c'est "vital" pour eux, ça l'est aussi.
Les députés ne peuvent pas avoir des connaissances à jour sur tous les sujets, ni être proactifs sur tous les fronts. Selon moi, pouvoir venir parler aux députés, au nom d'un groupe, sur les sujets qui te semblent importants est carrément nécessaire.
Par contre, le fait que ça coûte une blinde, ça limite l'accès à la parole, et ça permet aux groupes les plus riches (les grosses boîtes privées donc) de parler plus que les autres. In fine, ça transforme ce mécanisme en trafic d'influence et c'est à mon sens la source de la plupart des dérives de ce mécanisme.

Interdire le lobbysime me parait donc dangereux, y compris pour les entreprises. Il est important que chacun puisse exprimer son point de vue et défendre ses points de vue et ses intérêts. Maintenant, changer ce mécanisme pour compter le temps de parole en terme d'intérêt général et de population affectée (plutôt qu'en pognon), d'aller chercher les acteurs d'un sujet qui n'ont pas forcement les moyens (financiers, administratifs, etc.) d'aller à Bruxelles, ça me paraît plus que nécéssaire, le système actuel est beaucoup (vraiment beaucoup) trop à l'avantage des plus gros.

Avatar de Vaark INpactien
Avatar de VaarkVaark- 28/09/20 à 10:25:34
127.0.0.1

Il y a l'intérêt général et celui des sociétés privées.
Ces dernières ne devraient pas avoir droit de cité dans les instances gouvernementales.
Maintenant, s'il faut choisir entre autoriser toutes ces dérives ou interdire strictement tous les lobbies, je prêche pour cette dernière solution.
Comme cela a été dit, les députés disposent d'une enveloppe leur servant à faire des recherches ou des consultations et, au moins, ils seraient tenus pour responsables de leurs décisions.

Aujourd'hui, plus t'as de fric, plus tu dictes ta loi.
Il serait temps de passer à autre chose.

Avatar de ToMMyBoaY Abonné
Avatar de ToMMyBoaYToMMyBoaY- 28/09/20 à 10:33:40

piwi82 a écrit :

Si l'Europe ne sait pas (ou plus) dans quoi investir, j'ai des suggestions dont :

https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/daniel-ek-fondateur-de-spotify-va-investir-1-milliard-d-euros-dans-des-start-up-europeennes-n154951.html

Je trouve regrettable, pour ne pas dire lamentable, que ce type d'initiative soit financée par des fonds personnels et non Européens. Oui, ça donnerait naissance à un GAFAM Européen mais ça sera toujours mieux que de se faire sucer les os par les 'Ricains.

Parce que tu penses qu'elle passe son temps à rien foutre la banque d'investissement Européenne ? La différence est juste qu'un organe public a des comptes à rendre et un devoir de contrôle avant de prendre de décisions. C'est principalement pour cela que les initiatives démarrent sur des fonds privés et qu'une latence énorme existe. Sinon, au premier investissement foireux -ou pire corrompu- les citoyens seraient en droit de demander l'arrêt pur et simple d'une telle agence.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2