Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Traversant une « année compliquée », Sigfox licencie 13 % de ses effectifs

Sigfox s’est fait un nom en Europe et dans plusieurs dizaines d’autres pays comme opérateur de télécommunications spécialisé dans les objets connectés et l’internet bas débit. 

« Quand nous avons initié le besoin d’un réseau bas débit pour collecter les données industrielles à bas coût, personne n’y croyait. Il a donc fallu en faire la démonstration. Maintenant, il est naturel que les opérateurs d’infrastructure prennent le relais » a indiqué le PDG Ludovic Le Moan au Monde Informatique.

Certes, mais il semble que l’entreprise française ait rencontré des difficultés à se diriger vers ce fameux « cloud industriel » qu’elle appelle de ses vœux, et qui suppose un vaste changement d’échelle dans les activités.

Aujourd’hui, même si l’entreprise « est soutenue par ses investisseurs », y compris pendant la crise sanitaire, elle a quand même traversé « une année compliquée », a avoué le PDG aux Echos. Une conjonction de la baisse des ventes d’équipements réseau (50 % du chiffre d’affaires actuellement contre 80 % en 2018) et d’un développement des services moins rapide que prévu.

Sigfox peut revendiquer aujourd’hui un parc de 16 millions d’objets connectés utilisant ses réseaux, générant 30 millions d’euros de CA par an. Seulement voilà, on est pour l’instant loin, très loin même de l’objectif affiché pour 2023 : un milliard d’objets connectés.

Dans ce contexte, l’entreprise va se séparer de 13 % de ses employés dans le monde, passant de 370 à 320 personnes. En France, un plan social a été mis en place pour 47 employés.

3 commentaires
Avatar de Tandhruil INpactien
Avatar de TandhruilTandhruil- 25/09/20 à 09:42:07

Ils ne proposent toujours que des solutions sans sécurisation ni chiffrement ? Si c'est le cas, ça va être compliqué des les intégrer dans des solutions industrielles.

Avatar de Slan85 Abonné
Avatar de Slan85Slan85- 26/09/20 à 10:43:17

Il a toujours été possible de chiffrer soi même la payload (mais vu la taille maximum d'un message, 12 octets de mémoire, ça peut être compliqué).
Sigfox propose depuis plusieurs années un chiffrement du message complet, en AES128. Il faut simplement l'activer.
Quelques détails, en anglais

Avatar de Slan85 Abonné
Avatar de Slan85Slan85- 26/09/20 à 11:05:03

Petite précision : l'AES128 est utilisé pour générer une séquence de 128 bits à partir d'un compteur et d'une clé. Cette séquence est ensuite utilisée pour faire un XOR avec le message.

Le chiffrement est moins fort que ce qu'on peut trouver sur PC, mais ce n'est pas non plus les mêmes usages, les données sont la plupart du temps peu critiques.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.