Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le sort de plusieurs élections municipales est entre les mains du tribunal administratif de BordeauxCrédits : roibu/iSTock

En cause : des activités sur Facebook qui pourraient avoir été déterminantes pour les résultats, joués pour deux d’entre elles à… une voix près. Ces affaires sont auscultées par le « T.A. » de Bordeaux, nous apprend Sud-Ouest. Les communes concernées ? Ambès et Saint-Ciers-sur-Gironde, notamment.  

Pour Ambès, le maire actuel, Kevin Subrenat, aurait réclamé à « au moins deux électeurs » d’aimer sa page, la veille du scrutin. Affirmation que conteste l’intéressé, qui indique avoir adressé ces messages plus tôt. Pour Saint-Ciers-sur-Gironde, un employé municipal a affirmé sur Facebook avoir « forcé une personne » à voter pour l’actuel vainqueur. « C'est un compte personnel, je ne peux pas le contrôler et de plus, il ne me soutenait pas officiellement » a rétorqué le maire élu, Pierre Caritan. « Nous connaîtrons donc le verdict final d’ici 3 à 4 semaines » indique Kevin Subrenat sur sa page Facebook

En 2017, l’élection d’un député LR à Montargis avait été annulée cette fois pour deux posts sur Facebook, le jour du second tour.  Le Code électoral interdit, à partir de la veille du scrutin à zéro heure, de « distribuer ou faire distribuer des bulletins, circulaires et autres documents », « diffuser ou faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale », « procéder, par un système automatisé ou non, à l'appel téléphonique en série des électeurs afin de les inciter à voter pour un candidat » et de tenir des réunions électorales.

Les décisions d’annulation sont fréquentes dès lors qu’une violation de ces obligations est de nature à altérer la sincérité d’un scrutin. Situation toujours épineuse lorsqu’un très petit nombre de voix sépare les candidats. 

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.