Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Accès internet fixe limité : le CNNum « propose de compléter l'offre », en oubliant la question tarifaire (entre autres)

Suite… et fin ? Dans ses recommandations pour un numérique plus adapté à la question environnementale, le Conseil proposait d'encourager un accès internet limité en quantité de données. Il allait ainsi plus loin que les sénateurs, qui n'avaient imaginé ça que pour l'internet mobile (alors que c'est déjà le cas, excepté chez Free). S'est ensuivie une levée de bouclier, un refus du président de l'Arcep et un désaveu du vice-président… du CNNum lui-même.

Constatant que son explication en un tweet n'avait pas convaincu, le Conseil a publié un communiqué de presse. Mais comme souvent dans ce genre de cas, la situation a empiré. S'il « ne remet pas en cause les forfaits fixes illimités », reconnaissant qu'ils « constituent le fondement d’un accès à un service numérique universel », il veut par sa proposition compléter l'offre en incitant à la création de nouveaux forfaits.

« Des offres plus vertueuses, avec la mise en avant de forfaits « verts », en plus de ceux existant aujourd’hui, et adaptés à ceux qui peuvent et souhaitent consommer peu, sont soucieux de leur empreinte environnementale ou encore souhaitent maîtriser leurs usages. » précise le communiqué.

L'idée est celle, souvent reprise, que l'eau et l'électricité ne sont pas vendues via des offres illimitées, il n'y aurait donc pas de raison que ce soit différent pour l'accès internet. Rappelons d'ailleurs que celui-ci est déjà limité par différents facteurs, notamment le débit de la ligne ou la capacité des réseaux au niveau local. 

Mais comme c'est le cas dans une bonne partie du rapport, cette recommandation n'avait pas été formulée ou détaillée. Surtout, ces compléments oublient de s'intéresser aux implications, notamment sociales. Car avec des forfaits actuellement illimités vendus aux alentours de 15 euros par mois pour les plus accessibles, à quels tarifs viendraient se placer ces offres « vertes » ? 5 euros, 10 euros ? Avec quel risque de creuser encore la fracture numérique, éloignant les publics les moins fortunés d'usages gourmands en data ? 

Les FAI pourraient y voir l'occasion d'ajouter une couche de segmentation dans leurs gammes, pour faire grimper leur revenu par abonné à terme (ARPU), le tout avec une belle caution de responsabilité environnementale. Ceux qui opteront pour ces forfaits le feront-ils par choix ou parce qu'ils n'auront plus que ça disponible dans leur budget ?

Ainsi, jouer en ligne, regarder des flux vidéo en bonne qualité ou même mettre à jour régulièrement ses applications et systèmes ne serait réservé qu'à certains, pouvant se le permettre ? Est-ce vraiment là l'Internet plus responsable dont rêve le CNNum pour demain ? Des questions qui ne semblent pas avoir effleuré le Conseil, qui a oublié que tout important et vital qu'il soit, l'impact environnemental n'est pas le seul dont il faut se soucier avant de prendre des mesures.

Le numérique n'est-il d'ailleurs pas parfois une source de réduction de l'impact environnemental en soi ? Quel est celui des offres de (S)VOD face à la construction et au fonctionnement quotidien de multiplexes/cinémas dans chaque grande ville ? Celui du jeu en ligne par rapport à la distribution de CD/DVD par un canal physique ? Quel est l'impact sur les émissions des FAI d'une consommation multipliée par 2, 5, 10 ? Est-ce linéaire, en hausse ou en baisse à long terme ?  Des réponses que l'on ne trouvera sans doute que dans un prochain rapport, ou pas.

Au final, il y a sans doute bien d'autres moyens de sensibiliser les consommateurs sur l'impact environnemental de leur consommation numérique, et même la faire baisser par l'incitation. Le rapport en propose d'ailleurs quelques-unes, noyées dans la masse. On pourrait ainsi se focaliser sur celles visant les fournisseurs de services : le poids des jeux, des mises à jour, leur mode de distribution encore trop souvent centralisé, généraliser les CDN locaux, etc.

Mais il est sans doute plus difficile d'agir à ce niveau qu'à celui du consommateur.

33 commentaires
Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 16/07/20 à 09:08:40

" l'eau et l'électricité ne sont pas vendues via des offres illimitées"
Peut-être parce que ce ne sont pas des ressources illimitées?

Elles ne sont pas non plus vendues avec des offres limitées...

Avatar de Mimoza Abonné
Avatar de MimozaMimoza- 16/07/20 à 09:11:20

> L'idée est celle, souvent reprise, que l'eau et l'électricité ne sont pas vendues via des offres illimitées

Mauvaise métaphore, on compare un tuyau et ce qui passe dedans. Le montant de l'abonnement que l'on paye pour l'eau/électricité dépend du débit que l'on souhaite, un peu ce que l'on retrouve chez certain FAI.

L'eau/électricité est elle comparable a un abonnement Netflix/Molotov/NextInpact/..., du contenu, pas un tuyau.

Avatar de Carpette INpactien
Avatar de CarpetteCarpette- 16/07/20 à 09:19:00

Ce que le CNNUM oublie de préciser c'est que l'électricité (enedis)  et la flotte sont sous monopole contrairement aux abonnements internet, le terme illimité venant originellement des opérateurs eux-mêmes.

Pour résumer tout est stupide dans ce qu'ils proposent car :

  1. La limite par la boucle locale est une limite de débit n'ayant rien à voir avec le quota, la limite de débit étant déjà affichée lors d'un abonnement (ex: 300mbs chez sosh)
  2. La limite de peering du backbone est un problème individuel aux opérateurs, à eux de bien dispatcher les utilisateurs et éventuellement de revoir leurs accords avec les autres réseaux s'ils veulent garder leurs clients
  3. Si le quota est réellement le problème alors il fallait venir se plaindre avant de décider de câbler tout le pays en gigabit, sinon l'investissement est nul autant rester sur le cuivre
  4. Quel quota serait approprié ? Les maj des jeux font plusieurs dizaines de go, les màj windows se comptent en go et ne parlons pas du streaming 1080p voire plus
  5. Quel économie écologique est attendue exactement ? L'infrastructure est déjà présente, désormais le seul paramètre variable est l’électricité qui est au nucléaire chez nous
      
    Bref, une vraie décrédibilisation du CNNUM
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 16/07/20 à 09:30:01

Attention sur un point : ce n'est pas le CNNum qui évoque le comparatif eau/électricité, mais c'est la métaphore souvent employée sur la question de la limitation des forfaits internet :chinois:

Avatar de Freud INpactien
Avatar de FreudFreud- 16/07/20 à 09:51:16

C'est vraiment des incompétents.

"adaptés à ceux qui peuvent et souhaitent consommer peu, sont soucieux de leur empreinte environnementale ou encore souhaitent maîtriser leurs usages."

C'est complètement négligeable, l'impact environnemental d'une connexion Internet.

Mais ceux qui le souhaitent peuvent limiter leur consommation dès maintenant, de leur propre chef. Pas besoin de l'intervention de l'État pour ça.

Je vous le répète, ça sent furieusement l'envie de taxer sous prétexte environnemental.

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 16/07/20 à 10:18:10

J'ai exactement le même ressenti... L'enjeu environnemental de ce sujet est négligeable. J'ai l'impression qu'on se focalise sur des détails, en disant que ça va changer le monde, mais on occulte les vraies pollutions, car personne n'ose s'attaquer à ces problèmes.

On dirait les plans vélos qui sortent de terre en ce moment dans plein de villes, alors qu'il y a 6 mois personne n'en parlait. Mais après les municipales, il faut montrer patte verte, alors on lance le dé des idées futiles, et on voit laquelle on va mettre en place pour montrer qu'on fait quelque chose (surtout de la comm' en fait.

edit : je ne dis pas qu'il ne faut pas s'occuper du vélo, je parle de l'importance qu'on donne au sujet pour "être disruptif" et "entrer dans le Nouveau Monde"

Édité par Jarodd le 16/07/2020 à 10:18
Avatar de sebtx Abonné
Avatar de sebtxsebtx- 16/07/20 à 10:31:37

En France on fait plein de choses sous couvert d'écologie. Déjà que quand on parle d'écologie, c'est souvent (voire toujours) de l'écologie punitive.

Au final on se rend compte que l'écologie rime avec pognon, et ce dans tous les domaines.

Bref si ce truc là passe, ça va rendre ce pays encore un peu plus invivable. Le seul espoir vient peut-être de Starlink, à voir si ils proposeront de l'internet "illimité" à un bon tarif. Parce-que là je vois bien arriver la grosse entente entre FAI pour proposer des forfaits illimités hors de prix. Un retour en arrière en somme...

Avatar de TofVW INpactien
Avatar de TofVWTofVW- 16/07/20 à 11:23:38

Je propose d'imposer à tous ceux qui sont d'accord avec ces idées, un forfait internet fixe de 50 Go/mois (pour 30€/mois), et un forfait mobile de 1 Go (pour 20€/mois).
Il est temps de punir les idées de m****.

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 16/07/20 à 11:37:15

dematbreizh a écrit :

" l'eau et l'électricité ne sont pas vendues via des offres illimitées"
Peut-être parce que ce ne sont pas des ressources illimitées?

Elles ne sont pas non plus vendues avec des offres limitées...

 Internet utilise bien des ressources limités. Quantité de métaux et d'énergie fossile sont nécessaires au maintien et au renouvellement du réseau existant, et les offres illimités combinées à l'augmentation des performances ont tendance à pousser des usages qui demande toujours plus d'infrastucture.

Il ne faut pas se voiler la face, Internet a un impact.

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 16/07/20 à 11:39:51

sebtx a écrit :

En France on fait plein de choses sous couvert d'écologie. Déjà que quand on parle d'écologie, c'est souvent (voire toujours) de l'écologie punitive.

Au final on se rend compte que l'écologie rime avec pognon, et ce dans tous les domaines.

Bref si ce truc là passe, ça va rendre ce pays encore un peu plus invivable. Le seul espoir vient peut-être de Starlink, à voir si ils proposeront de l'internet "illimité" à un bon tarif. Parce-que là je vois bien arriver la grosse entente entre FAI pour proposer des forfaits illimités hors de prix. Un retour en arrière en somme...

Voici ta future punition :windu:https://www.youtube.com/watch?v=fS5HhcbyjKc

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4