Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Au CNNum, une longue étude sur l’interopérabilité des réseaux sociaux

« Parfois présentée comme une solution miracle, l’interopérabilité ne va pas de soi », explique le Conseil National du Numérique : « Il faut  déterminer quels seraient ses objectifs et sur quel(s) marché(s) elle devrait être mise en œuvre ».

« Au regard des risques que l’interopérabilité pourrait faire peser sur les réseaux sociaux et les utilisateurs, le Conseil estime qu’il serait préférable d’examiner, dans un premier temps, les effets de la mise en œuvre du droit à la portabilité des données, permettant aux utilisateurs de transférer leurs données d’un réseau social à un autre ».

Selon le CNNum, « si le Gouvernement souhaitait introduire une obligation d’interopérabilité, le Conseil estime que cette initiative devrait s’inscrire dans le cadre d’une réforme plus globale de la régulation des plateformes numériques ».

3 commentaires
Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 07/07/20 à 08:09:49

Quels risque l'interopérabilité fait-elle peser sur les RS et les utilisateurs ? Ça augmenterait le risque de vol de données en facilitant les exports ?

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 07/07/20 à 10:05:18

D'après le rapport, les deux points retenus sont :
 

  • Le coût financier pour les grandes plateformes dont les revenues
    proviennent de l'exploitation des données personnelles (si le contenu
    est interopérable, se pose la question du partage des revenus
    publicitaire et du montant, vu que le contenu sera accessible partout).
     
  • Le risque pour la vie privée (avec l'interopérabilité, la circulation des données personnelles seraient encore plus difficile à contrôler).

Le CCNUM recommande donc soit de limiter l'interopérabilité au
maintiens de contacts (liste d'amis) et à la messagerie (pas de partage
de contenus). Et si interopérabilité de contenu il doit y avoir, ce doit
être accompagné de solide garantie pour la vie privée et donc d'une
législation adapté à l'échelle européenne.

Avatar de TexMex Abonné
Avatar de TexMexTexMex- 07/07/20 à 12:23:12

Déjà ca:
droit à la portabilité des données, permettant aux utilisateurs de transférer leurs données d’un réseau social à un autre ».

Donc :

 

Norde a écrit :

D'après le rapport, les deux points retenus sont :
 

  • Le coût financier pour les grandes plateformes dont les revenues
    proviennent de l'exploitation des données personnelles (si le contenu
    est interopérable, se pose la question du partage des revenus
    publicitaire et du montant, vu que le contenu sera accessible partout).
     
  • Le risque pour la vie privée (avec l'interopérabilité, la circulation des données personnelles seraient encore plus difficile à contrôler).

Le CCNUM recommande donc soit de limiter l'interopérabilité au
maintiens de contacts (liste d'amis) et à la messagerie (pas de partage
de contenus). Et si interopérabilité de contenu il doit y avoir, ce doit
être accompagné de solide garantie pour la vie privée et donc d'une
législation adapté à l'échelle européenne.

"ce doit être accompagné de solide garantie pour la vie privée "
Et la je dit : hahahahahahahahahhahaa

 
 C'est encore la méthode du pied dans la porte. Ça finira mal. Comme ça a toujours fait.  On devrait plutôt se concentrer sur le pouvoir de supprimer son contenu. On en est plus au premier reportage déconnant le fait de ne pas pouvoir le faire.

Car ce cas de transférer les données avec une interopérabilité est de "copier" (donc 2 jeux de données à termes) pas de transférer : "dupliquer et supprimer la source"...

A la place on a des organismes mollassons qui nous disent "c'est pas bien", des gouvernements au pâquerettes sur ces questions et des paquet de loi DADVSI, et les suites, loi Avia qui sera présentée 10 fois et retoqué 9 fois.

 Tout va bien.
 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.