Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Health Data Hub : la sénatrice Nathalie Goulet souhaite une commission d’enquête sur le choix MicrosoftCrédits : utah778/iStock

L’élue centriste a déposé une proposition de résolution visant à créer une commission d’enquête sur la protection des données de santé. 

La procédure cible « les conditions de passation d’un accord confiant la gestion des données de santé de la France à la société Microsoft ainsi qu’à formuler des propositions pour renforcer la protection de ces mêmes données », explique laconiquement le document mis en ligne par le Sénat. 

Le choix de Microsoft a déjà été critiqué par un collectif en mars dernier réunissant NEXEDI, CNLL, Ploss Auvergne Rhône-Alpes et SoLibre. Tous exprimaient un doute « sur la légalité de l’attribution du marché public d’hébergement des données de santé publique à Microsoft Azure ».

La question du choix Microsoft a aussi fait réagir Cédric O. La semaine dernière, lors d’une conférence de presse résumée par ZDNet, l’actuel secrétaire d’État au numérique jugeait « normal que, dans les mois à venir, nous puissions lancer un appel d'offres afin d'avoir un choix plus large avec les spécifications qui permettront à quelqu'un de se positionner ».  

Le même rapportait toutefois que « si nous n'avions pas pris cette décision il y a un an, nous n'aurions pas la capacité de faire ce que nous faisons aujourd'hui avec le Health Data Hub ». 

Le gouvernement expliquait également en début d’année qu’une migration restait toujours possible « dès lors qu'une offre française performante sera disponible et sera régulièrement actualisée ». Évidemment, tous les yeux sont tournés vers OVH ou ses concurrents.

Le 12 juin, la CNIL avait elle aussi plaidé pour un prestataire européen pour l’hébergement du HDH. Une position suivie par Guillaume Poupard, le directeur de l’ANSSI. 

3 commentaires
Avatar de UtopY-Xte INpactien
Avatar de UtopY-XteUtopY-Xte- 01/07/20 à 12:32:35

« si nous n'avions pas pris cette décision il y a un an, nous n'aurions pas la capacité de faire ce que nous faisons aujourd'hui avec le Health Data Hub »

C'est osé de déformer la réalité a ce point, même si ça a accéléré le déploiement generalisé de certaines techno chez les hébergeurs européens, il avait les moyens de discuter a la mise en place de solutions personnalisées, mais encore aurait-il fallu avoir l'intention de leur octroyer le marché

Avatar de numerid Abonné
Avatar de numeridnumerid- 01/07/20 à 15:06:07

Tu t'attends à quoi de leur part ! Ce sont des spécialistes.

Juste une question, ils sont au courant pour le Patriot Act ?

Avatar de boko99 Abonné
Avatar de boko99boko99- 01/07/20 à 16:37:31

Oui mais rien à craindre car :

  • les données sont "pseudonymisées"

  • le Patriot Act n'a jamais servi contre un gouvernement européen, c'est pas le but premier.

    En tout cas c'est la version du gouvernement : ayez confiance 😅.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.