Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Google va payer certains médias pour la reprise de leurs contenus, Pierre Louette évoque une trahison

Dans les batailles qui opposent Google et les éditeurs de presse de par le monde, la stratégie du géant américain est simple : diviser pour mieux régner, trouvant toujours quelques acteurs ici ou là pour accepter des partenariats spécifiques.

C'est le cas de Der Spiegel, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Schwartz Media (Australie) et Diários Associados (Brésil). Ils seront ainsi payés pour la reprise de leurs contenus, notamment ceux placés derrière un paywall. Le programme sera lancé d'ici quelques mois.

De quoi provoquer la colère de Pierre Louette, PDG du groupe Les Echos/Le Parisien et grand défenseur du droit voisin, qui n'hésite pas à parler de trahison de la part de ses confrères, évoquant un front uni sur le sujet en France.

L'Alliance de la presse d'information générale (Apig), où il est en charge de ces questions, défend en effet l'application stricte du droit voisin telle que voté en France. Google a de son côté décidé de l'appliquer lui aussi assez strictement : les éditeurs sont référencés s'ils ne demandent pas de rétribution pour la reprise de leurs titres (mais pas des articles) tels que diffusés dans leurs flux RSS, métadonnées et autres sitemaps.

Depuis, la guerre est déclarée et les négociations ont cours en coulisse, l'Autorité de la concurrence ayant été mandatée pour faire office d'épée de Damoclès.

La crainte de l'Apig est sans doute de voir certains de ses membres aller chercher leur propre intérêt plutôt que d'attendre la conclusion d'un accord global. D'autant que les éditeurs français, s'ils sont toujours prompts à dénoncer Google, multiplient régulièrement les initiatives en partenariat avec l'entreprise américaine, qui finance déjà une partie de leurs projets à travers son fond européen DNI.

Google nous précise néanmoins que « pour la France, ces discussions se font dans le cadre de la décision de l'Autorité de la concurrence ».

Mais le secteur commence à comprendre quel sera le problème d'une presse fournissant son contenu aux éditeurs, en étant plus ou moins rémunérée. Ce qui était l'un des enjeux de fond derrière le droit voisin, qui crée un lien direct entre le financement de la presse et les plateformes plutôt que de les en détacher.

Nos confrères des Echos écrivent ainsi que « Google, en rendant sa propre offre d'informations plus attrayante, pourrait devenir un concurrent encore plus puissant pour les éditeurs et accroître leur dépendance vis-à-vis de lui…».

14 commentaires
Avatar de Vorphalax Abonné
Avatar de VorphalaxVorphalax- 26/06/20 à 09:37:17

L'Alliance de la presse d'information générale (Apig) : Apig . J'ai ris.

Avatar de Mearwen Abonné
Avatar de MearwenMearwen- 26/06/20 à 09:50:29

Il y a ceux qui bougent et il y a ceux qui s'arcboutent sur leurs anciens mondes :)

Avatar de zarg INpactien
Avatar de zargzarg- 26/06/20 à 09:52:00

@le journaliste de l'article :
"Mais le secteur commence à comprendre quel sera le problème d'une presse fournissant son contenu aux éditeurs, en étant plus ou moins rémunérée. "Pouvez vous expliquer un peu plus ce point ? Merci

Avatar de Arcy Abonné
Avatar de ArcyArcy- 26/06/20 à 10:32:38

La crainte de l'Apig est sans doute de voir certains de ses membres aller chercher leur propre intérêt plutôt que d'attendre la conclusion d'un accord global.

Parce que c'était pas le but de cette loi, défendre exclusivement les intérêts des membres de l'Apig ?

Par contre, je trouve le coup de Google assez bas, sans compter que ça va orienter les visiteurs vers tel ou tel type d'article, lui-même orienté selon l'auteur.
Donc, en gros des articles orienté pro-Intel, anti-PS, pro-nucléaire, anti-écolo en l'offrant à la masse sans permettre d'accéder à un titre équivalent pour contrebalancer.

C'était un peu l'avantage de la méthode actuelle, peu d'infos via le titre, tu lis un peu et si ça te convient pas, tu regardes ailleurs. Mais en offrant la totalité de l'article ...

Avatar de Buffort Abonné
Avatar de BuffortBuffort- 26/06/20 à 11:12:44

Alors ? Qui va craquer le premier ?

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 26/06/20 à 11:42:12

Techniquement c'est Presstalis qui a craqué le premier.
Les journaux cherchent à toucher des sous sur leur activité web parce que leur activité papier est...compromise.

Avatar de Mr.Nox INpactien
Avatar de Mr.NoxMr.Nox- 26/06/20 à 11:55:53

Dans les batailles qui opposent Google et les éditeurs de presse de par le monde, la stratégie du géant américain est simple : diviser pour mieux régner
Assez moyenne comme intro. Ils ne divisent pas, ils veulent pas payer pour afficher vos articles, ce que je trouve finalement normal.
Google a prouvé plus d'une fois que ce service ne rapportait rien, il n'intègre d'ailleurs pas de publicités. Et je ne parle que de cette partie de Google, le reste on s'en fout, c'est pas le sujet.

De mon point de vue, pendant des années les journées ont souhaités récupérer le trafic via Gnews, le tout tranquillement et gratuitement, sans contre-partie de leur part. Pour eux, c'est Google qui retient captif les utilisateurs... Bah non en fait, on sait tous comment venir sur vos sites, c'est même plus simple que de paramétrer un flux RSS.
Aujourd'hui, le droit voisin voulu par la presse est en place et Google ne souhaite pas payer pour vos articles, normal. Vous voulez pas aussi qu'il vous serve le thé.
J'entends que la presse va mal, que le numérique la tue à petit feu etc. Mais vous prenez pas le problème dans le bon sens. Pensez que Google vous doit quelque chose est bête, son service peut être fermé demain que ça ne changera rien pour lui, vous par contre...

Édité par Mr.Nox le 26/06/2020 à 11:56
Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 26/06/20 à 12:18:11

Mr.Nox a écrit :

Assez moyenne comme intro. Ils ne divisent pas, ils veulent pas payer pour afficher vos résumés d'articles, ce que je trouve finalement normal.

:cap:

La brève, montre par contre qu'il sont prêts à payer pour un article entier.

zarg a écrit :

@le journaliste de l'article :
"Mais le secteur commence à comprendre quel sera le problème d'une presse fournissant son contenu aux éditeurs, en étant plus ou moins rémunérée. "Pouvez vous expliquer un peu plus ce point ? Merci

Je ne suis pas l'auteur de la brève, mais pour moi, c'est parce que les éditeurs choisiront qui peut publier et à quel prix. Donc encore moins d'indépendance de la presse.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 26/06/20 à 13:13:21

Mihashi a écrit :

Je ne suis pas l'auteur de la brève, mais pour moi, c'est parce que les éditeurs choisiront qui peut publier et à quel prix. Donc encore moins d'indépendance de la presse.

En fait, Google n'est pas (et ne sera pas) éditeur. C'est le journal qui l'est. Par contre, Google est diffuseur, et il peut effectivement choisir qui il diffuse.

Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 26/06/20 à 14:10:08

Oui en effet, j'ai repris bêtement le terme de la brève (même s'il m'a fait tiquer, mais sur le coup j'ai pas trouvé mieux). Merci :chinois:.

Édité par Mihashi le 26/06/2020 à 14:10
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2