Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Julian Assange accusé par les États-Unis d’avoir conspiré avec LulzSec et AnonymousCrédits : Cancillería del Ecuador (CC BY-SA 2.0)

Nouvel acte d’accusation contre le fondateur de WikiLeaks, émis par le département américain de la Justice. Il remplace celui de mai 2019, mais n’ajoute pas de nouvelle charge : il étend les existantes.

Plus précisément, il « étend la portée de la conspiration » pour tout ce qui touche aux intrusions informatiques. Il est notamment accusé d’avoir ainsi conspiré avec le groupe de pirates LulzSec et la mouvance Anonymous.

Plusieurs exemples sont cités. Lors de la conférence Hacking At Random en 2009, Assange a par exemple indiqué à l’audience que des documents non publics avaient été dérobés au Congressional Research Service par l’exploitation d’une petite vulnérabilité.

En 2012, il aurait communiqué directement avec l’un des leaders du LulzSec pour lui donner une liste de cibles à attaquer. Pour l’une d’entre elles, il aurait demandé « les emails et documents, bases de données et PDF ».

Assange a aussi obtenu des documents, publiés sur WikiLeaks, d’une société privée de conseil en renseignement. Ils viendraient d’un pirate affilié à la mouvance Anonymous et à LulzSec. Le même pirate aurait indiqué qu’Assange avait demandé « indirectement » que la société soit victime de spam ensuite.

Assange est pour rappel emprisonné actuellement au Royaume-Uni. Il doit être entendu en septembre devant un tribunal, qui devra décider de sa possible extradition aux États-Unis. Avec les 18 chefs d’accusation pesant contre lui, il risque jusqu’à 175 ans de prison.

12 commentaires
Avatar de Neru INpactien
Avatar de NeruNeru- 26/06/20 à 09:53:10

Cette affaire est, et restera la plus grande honte de notre société.
L'utilité publique de Wikileaks n'est plus à démontrer.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 26/06/20 à 12:11:39

Neru a écrit :

L'utilité publique de Wikileaks n'est plus à démontrer.

Bah si, elle reste à démontrer.

Et si ces accusations sont fondées, l'incitation à la commission d'actes illégaux comme des attaques informatiques est inexcusable et condamnable.

Si un document est obtenu par piratage, ce n'est plus du "leak".

Avatar de Ramaloke Abonné
Avatar de RamalokeRamaloke- 26/06/20 à 17:47:14

fred42 a écrit :

Bah si, elle reste à démontrer.

Et si ces accusations sont fondées, l'incitation à la commission d'actes illégaux comme des attaques informatiques est inexcusable et condamnable.

Si un document est obtenu par piratage, ce n'est plus du "leak".

Je pense qu'il parle plutôt de son rôle de "lanceur d'alerte" car c'est vrai qui si on condamne les lanceurs d'alerte, ça limite énormément la faculter de faire condamner les menteurs/trompeurs au pouvoir qui ont les moyens de "faire taire" leur employés/citoyens.

Avatar de Guinnness INpactien
Avatar de GuinnnessGuinnness- 27/06/20 à 06:57:25

Merde ils ont oublié le "contrôlé par l'armée Chinoise", va falloir refaire encore un autre acte d'accusation :craint:
:mdr2:

Avatar de hansi Abonné
Avatar de hansihansi- 27/06/20 à 09:42:42

Ce qui est bien avec les journalistes en laisse ou à genoux, c'est qu'ils restent bien sagement assis pendant que leur maître torture un des leurs. On remarquera aussi que si les accusateurs sont américains, les tortionnaires, eux, sont anglais et européens.
Rappelons qu'en France, de simples préfets de la République peuvent déjà aujourd'hui vous faire interner sans justification. Et ça se croît dans une démocratie...

Avatar de UtopY-Xte INpactien
Avatar de UtopY-XteUtopY-Xte- 27/06/20 à 17:49:28

fred42 a écrit :

Si un document est obtenu par piratage, ce n'est plus du "leak".

hein? Comment appelez-vous ca alors?

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 27/06/20 à 18:51:55

fred42 a écrit :

Si un document est obtenu par piratage, ce n'est plus du "leak".

Bah, si.
Une fuite ne se fait pas forcément légalement.

Avatar de Jeanprofite INpactien
Avatar de JeanprofiteJeanprofite- 27/06/20 à 20:44:26

T'es pas au courant qu'il y a malheureusement bien plus grave que des attaques informatiques ?

Ce qui est inexcusable ce sont les jugements à l'emporte-pièce. :roll:

Avatar de Baradhur INpactien
Avatar de BaradhurBaradhur- 29/06/20 à 03:48:15

donc Snowden qui sort de la NSA avec une cle USB qui contient toutes les revelations sur le controle des citoyens US, c'est pas un leak par ce que c'etait illegale de sortir avec? J'avais pas pense tiens! Et c'est vrai que l'utilite de cette revelation reste a demontrer. +1 pour toi.

Avatar de Golffies Abonné
Avatar de GolffiesGolffies- 29/06/20 à 04:43:15

Ce que les journalistes répondent, c'est qu'ils le font avec toutes leurs sources.

fred42 a écrit :

Et si ces accusations sont fondées, l'incitation à la commission d'actes illégaux comme des attaques informatiques est inexcusable et condamnable.

Demander "as-tu plus de documents, peu importe, des mails, une BD ou des PDF ?", demander "as-tu des infos à propos de telle boîte en particulier ?", c'est le B.A.BA de l'investigation. Il n'y a pas un journaliste à qui tu présentes des docs confidentiels qui ne te demande pas "qu'est-ce que tu as d'autres ?". Ce n'est pas de "l'incitation à la commission d'actes illégaux", c'est de l'investigation.
 
Les USA veulent déplacer cette frontière entre licite/illicite et imposer cet abus de pouvoir en dehors de leurs frontière. Comprends-tu l'enjeu de l'incarcération d'Assange ? La procédure contre lui s'applique au journalisme d'investigation en général.

EDIT: suppression de retours à la ligne.

Édité par Golffies le 29/06/2020 à 04:45
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2