Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Wirecard dépose le bilan, 1,9 milliard d’euros « envolés »Crédits : Mike_Kiev/iStock

L’histoire a pris de l’ampleur lorsque des auditeurs d’EY (Ernst & Young) ont refusé de certifier les comptes de la société allemande pour 2019, ce qui n’est jamais bon signe. Pour rappel, cette fintech est un géant mondial du paiement, notamment concurrent de PayPal.

Depuis plusieurs jours, le scandale couve et l’action a rapidement dégringolé, perdant plus de 90 % de sa valeur explique Reuters. De plus de 100 euros mi-juin, elle est désormais à 3,5 euros… La cotation du titre a été suspendue.

En cause : un « trou » – on est plus au niveau de la fosse des Mariannes qu’à celui d’un vulgaire coup de pelle dans le cas présent – de 1,9 milliard d’euros dans les comptes de la société, soit un quart de son bilan.

« Elle laisse ainsi ses créanciers face à une dette de 3,5 milliards d’euros qui ne leur sera pour l’essentiel probablement jamais remboursée, dont 1,75 milliard empruntés à quinze banques et 500 millions auprès d’investisseurs obligataires », détaillent nos confrères en s’appuyant sur les déclarations d’une source proche du dossier.

Markus Braun, président du directoire de Wirecard depuis 2002, est soupçonné d’avoir truqué les comptes de la société afin de rendre le bilan « plus attractif pour les investisseurs et les clients ». « Il a été remis en liberté conditionnelle contre une caution de 5 millions d’euros », ajoute Reuters.

De son côté, Wirecard a publié un communiqué indiquant qu’elle a lancé une procédure de dépôt de bilan à Munich, « en raison d’une insolvabilité imminente et d’un surendettement ».

« La justice peut désormais opter pour l’ouverture d’un règlement judiciaire, qui permettrait à la société de se restructurer, ou bien sa mise en liquidation s’il n’y a aucun espoir de reprise », indique Le Monde.

51 commentaires
Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 26/06/20 à 08:57:28

En cause : un « trou » – on est plus au niveau de la fosse des Mariannes qu’à celui d’un vulgaire coup de pelle dans le cas présent – de 1,9 milliard d’euros dans les comptes de la société, soit un quart de son bilan.

Ça fait peur :eeek2:

Et d'autant plus que Paypal est vraiment trop omniprésent…

Avatar de tifounon Abonné
Avatar de tifounontifounon- 26/06/20 à 08:58:12

Quand je pense qu'on cherche à étudier des trous noirs à des milliers d'AL alors qu'il suffit de se pencher sur les entreprises....

Comment peut-on arriver à truquer autant les comptes sans que cela se voit rapidement ?

Avatar de GérardMansoif Abonné
Avatar de GérardMansoifGérardMansoif- 26/06/20 à 09:10:18

Comment appelle une licorne qui meurt? (je n'ai pas la réponse - je pense que le terme est à inventer et déposer de toute urgence)

Avatar de Jaibi Abonné
Avatar de JaibiJaibi- 26/06/20 à 09:16:25

Un effondrement gravitationnel ;)

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 26/06/20 à 09:18:51

Une ripcorne ?

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 26/06/20 à 09:21:22

Comment ils ont pu ne pas s'en rendre compte oO
Soit ils étaient particulièrement mauvais, et ça fait peur pour le milieu de la « fintech »
Soit ils savaient qu'il y avait un trou et pensaient Qu'Ernst&Young ne le verrait pas, dans ce cas c'est leur honnêteté que je remets en question.
On se dirige si je lis entre les lignes vers la deuxième option. Réjouissant.

Avatar de Plastivore Abonné
Avatar de PlastivorePlastivore- 26/06/20 à 09:26:31

Ça va causer un sacré bordel, quand même, parce que pas mal de services fintech reposent sur Wirecard pour l'émission de leurs cartes de paiement. Je pense notamment à Curve, qui reposait dessus jusqu'à très récemment (mais dont beaucoup de cartes Wirecard sont encore en circulation - dont la mienne), ou Boon.

Est-ce que l'on connaît les conséquences que cela va avoir sur ces clients et les utilisateurs finaux ?

Avatar de sscrit Abonné
Avatar de sscritsscrit- 26/06/20 à 09:29:20

c'est super facile jusqu'a ce que un commissaire aux compte ou un cabinet refuse de signer. En france willam saurin a fait disparaitre 500 millions d'euros avec des fausse factures pendant .... une trentaine d'année. C'est lorsque la proprio est decedé que plus personne ne voulait signer/couvrir le montage financier. Comme par hasard ! elle a du arroser sévère pour que cela passe aussi longtemps.

la le montage est tellement simple que c'en ai presque triste que personne ne l'ai vue avant, faux virement, avec faux avoir et faux compte. Ya que le nom de la banque qui existe :D. Lorsque tu participe a un tour de table c'est mieux de fouiller dans les comptes et ne pas juste  ecouter le bullshit du commercial, après le gars il va t'envoyer chier car tu ne lui fait pas confiance c'est une honte, je tape dans une poubelle il y en a 10 des investisseurs qui sortent. Vous avez de la chance que je vous ai choisi ! Et oui  il faut faire un choix pas juste sur des powerpoints.

après les lanceur d'alerte (ceux qui l'ouvre bien grand) se font banir du monde professionnelle, limite il y aura des poursuites contre eux (merci les loi), je doute qu'il y en aura des nouveaux dans les prochaine années.

EY ont du voir le pb en 2018 et ont probablement demandé a ce que cela soit resolu, 2019 même problème -> refus de signer.
 
la confiance cela se gagne, cela ne se donne pas.

Avatar de Plastivore Abonné
Avatar de PlastivorePlastivore- 26/06/20 à 09:29:23

C'est pire que ça, je trouve la comparaison à PayPal dans l'article très réductrice. Wirecard offre aussi un backend à pas mal de compagnies fintech (services de paiement en marque blanche, à peu de choses près), et j'ai vraiment peur que ces dernières en patissent fortement.

Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

La question est plutôt : jusqu'à quel point l'expertise comptable est susceptible de couvrir la manigance ?

La largeur du trou dans la raquette n'est pas extensible à l'infini. Il est là, le problème (sauf à trouver un comptable capable de se compromettre à l'infini).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6