Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Telegram débloqué en Russie après certaines « concessions »

L’histoire de la messagerie en Russie est une longue suite d’affrontements. Son créateur, Pavel Durov, en est originaire, mais a développé son activité ailleurs. La société est actuellement domiciliée à Dubaï, après s’être déplacée à Berlin puis Singapour. Les serveurs sont situés dans différents lieux dans le monde, dont la Suisse. Mais pas en Russie.

La loi russe s’étant largement durcie sur la cybersécurité au cours des dernières années, il fut demandé à Telegram plusieurs efforts, dont le code source de sa partie serveur, la construction de serveurs au sein des frontières pour y stocker les données des utilisateurs russes ainsi que les clés de chiffrement.

La société avait tout refusé, le service écopant alors d’un bannissement qui, dans la pratique, n’a jamais bien fonctionné. Il avait suffi à Telegram de changer quelques paramètres dans son protocole pour échapper à un blocage massif d’adresses IP, les Russes pouvant alors continuer à s’en servir. Sans garantie de stabilité toutefois.

On apprend via Reuters que ce bannissement est désormais fini. L’agence russe des communications, Roskomnadzor, a annoncé être parvenue à un accord avec l’entreprise, qui ferait quelques « concessions ».

Le détail n’en est pas connu. L’agence indique simplement que Pavel Durov aurait accepté de travailler avec le gouvernement russe « à combattre le terrorisme et l’extrémisme ».

Une ligne excessivement fine pour Telegram, qui s’est bâti une réputation de respect de la vie privée, quand bien même les conversations classiques n’y sont pas chiffrées de bout en bout, contrairement à Signal par exemple. 

Si les détails de l’accord venaient à être connus et impliquaient une collaboration un peu trop assidue – révélant par exemple de nombreuses informations sur les utilisateurs – l’image de la messagerie en serait sérieusement écornée. 

5 commentaires
Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 19/06/20 à 09:23:01

Ça sent pas bon...

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 19/06/20 à 10:24:25

Pourquoi donc Durov a-t'il  fait des concessions, si le bannissement n'était pas efficace?

Avatar de dada051 Abonné
Avatar de dada051dada051- 19/06/20 à 13:05:59

Vivement qu'on sache les concessions faites.

Avatar de Macarie Abonné
Avatar de MacarieMacarie- 19/06/20 à 15:04:18

Ca sent le sapin ("c'est pas moi", a qui reconnaitra la référence). 

Avatar de kirisakow Abonné
Avatar de kirisakowkirisakow- 19/06/20 à 16:39:34

Un petit tour sur le blog Telegram de Durov et on arrête la polémique : Son dernier post https://t.me/durov_russia/24) en russe (je résume) parle effectivement que l'autorité des communications a débloqué Telegram, se félicite, s'attend à ce que Telegram devrait désormais en principe fonctionner plus vite, remercie tout le monde pour le soutien sans lequel cela ne serait pas possible.

Pas un seul mot sur une quelconque concession. ☝

On connaît suffisamment l'attitude de Durov, libertarien sans concessions justement, comme on connaît aussi la fâcheuse tendance du gouvernement actuel russe à répandre de la désinformation à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières, visant à nuire les pays de l'UE, les États-Unis, l'Ukraine et la Biélorussie.

NI c'est décevant de vous voir reprendre de telles infos sans les fact-check'er 👎👎👎

Si vous avez besoin d'aide avec le russe, je suis à votre disposition.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.