Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Fake news, Donald Trump : Joe Biden attaque Facebook, qui se rebiffeCrédits : marchmeena29/iStock

L’ancien vice-président des États-Unis et candidat à l’élection présidentielle face à Donald Trump fait d’une pierre deux coups en parlant de désinformation et de Facebook, dans une lettre ouverte adressée à Mark Zuckerberg. 

Il accuse le réseau social de n’avoir « pris aucune mesure significative » et de « continuer de permettre à Donald Trump de dire n’importe quoi, et de payer pour s’assurer que ses revendications sauvages atteignent des millions d’électeurs ». Cette question divise d’ailleurs Facebook en interne, quand Twitter et Snapchat ont décidé d’agir.

Joe Biden demande « à Facebook d’endiguer de manière proactive la marée de fausses informations » et de « cesser de permettre aux politiciens de se cacher derrière la désinformation payée dans l’espoir que la vérité ne rattrapera qu’après le jour de l’élection ». Facebook n’a pas traîné pour répondre :

« Nous vivons dans une démocratie, où les élus décident des règles sur les campagnes. Il y a deux semaines, le président des États-Unis a publié un décret ordonnant aux agences fédérales d’empêcher les sites de médias sociaux de s’engager dans des activités telles que la vérification des faits. »

Le réseau social ajoute que, « cette semaine, le candidat démocrate à la présidence a lancé une pétition nous demandant de faire exactement le contraire […] les élus du peuple devraient fixer les règles, et nous les suivrons ». Pour finir, la société explique que « des élections auront lieu en novembre et nous protégerons le discours politique, même en cas de désaccord total ».

26 commentaires
Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 12/06/20 à 08:33:24

« Nous vivons dans une démocratie, où les élus décident des règles sur les campagnes. Il y a deux semaines, le président des États-Unis a publié un décret ordonnant aux agences fédérales d’empêcher les sites de médias sociaux de s’engager dans des activités telles que la vérification des faits. »

Ca arrange bien Zucky ce machin, au moins il peut justifier officiellement sa position...

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 12/06/20 à 09:05:03

C'set une des limites de la liberté d'expression : on a le droit de dire n'importe quoi. Libre à chacun d'écouter, ou pas.

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 12/06/20 à 09:49:04

Ce qui m'étonne c'est qu'il soutienne si ouvertement Trump, j'avais l'impression que pendant la campagne précédente ils étaient frileux sur le sujet, bizarre comme changement de veste Oo

Avatar de CsXmmTNj Abonné
Avatar de CsXmmTNjCsXmmTNj- 12/06/20 à 10:30:56

Bravo à Mark Zuckerberg pour sa prise de position très saine sur la liberté d'expression, je suis agréablement surpris.
 

secouss a écrit :

Ce qui m'étonne c'est qu'il soutienne si ouvertement Trump, j'avais l'impression que pendant la campagne précédente ils étaient frileux sur le sujet, bizarre comme changement de veste Oo

Ce que dit Zuckerberg : "nous protégerons le discours politique, même en cas de désaccord total" Ce que comprennent les malades du Trump derangement syndrome :  "il soutient ouvertement Trump"

:fou:

Édité par CsXmmTNj le 12/06/2020 à 10:31
Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 12/06/20 à 10:58:01

secouss a écrit :

Ce qui m'étonne c'est qu'il soutienne si ouvertement Trump, j'avais l'impression que pendant la campagne précédente ils étaient frileux sur le sujet, bizarre comme changement de veste Oo

Possible (je dirais même probable) qu'il y ait eu des discussions entre les 2, et que chacun protège l'autre maintenant...

CsXmmTNj a écrit :

Bravo à Mark Zuckerberg pour sa prise de position très saine sur la liberté d'expression, je suis agréablement surpris.

Soutenir le partage de fakenews potentiellement dangereuses de la part d'un dirigeant (les mêmes fakenews qui provoqueraient potentiellement un bannissement pour un membre lambda) c'est une prise de position saine sur la liberté d'expression? :mdr:  

CsXmmTNj a écrit :

Ce que dit Zuckerberg : "nous protégerons le discours politique, même en cas de désaccord total"
Ce que comprennent les malades du Trump derangement syndrome :  "il soutient ouvertement Trump"
:fou:

Il a juste dit "je ne censurerai rien", pas ton truc bizarre... Mais bon.

Édité par Patch le 12/06/2020 à 10:59
Avatar de misterB Abonné
Avatar de misterBmisterB- 12/06/20 à 11:23:08

CsXmmTNj a écrit :

Bravo à Mark Zuckerberg pour sa prise de position très saine sur la liberté d'expression, je suis agréablement surpris.  

Ce que dit Zuckerberg : "nous protégerons le discours politique, même en cas de désaccord total"

Ce qui dérange c'est surtout que ça laisse passer des théories du complot, des fake news et autres mensonges qui biaises le débat si en face tu as un gars qui ne veut pas s'abaisser au niveau de son concurrent.

ET on le sait les gens ne sont pas du tout influençable par ces merdes :mdr::mdr:

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 12/06/20 à 11:39:35

Patch a écrit :

Possible (je dirais même probable) qu'il y ait eu des discussions entre les 2, et que chacun protège l'autre maintenant...

Soutenir le partage de fakenews potentiellement dangereuses de la part d'un dirigeant (les mêmes fakenews qui provoqueraient potentiellement un bannissement pour un membre lambda) c'est une prise de position saine sur la liberté d'expression? :mdr:
 
Il a juste dit "je ne censurerai rien", pas ton truc bizarre... Mais bon.

:yes:

CsXmmTNj a écrit :

Ce que dit Zuckerberg : "nous protégerons le discours politique, même en cas de désaccord total"
Ce que comprennent les malades du Trump derangement syndrome :  "il soutient ouvertement Trump"
:fou:

Donc on récapitule, tous les RS commencent à traiter le président US tel qu'il est, un menteur et un manipulateur qui ne respecte en rien les conditions d'utilisation et de modération de leur service.

Sauf un gros, Facebook qui va pourtant shooter le moindre téton, des tableaux (l'origine du monde) et a peu près tous les discours terroriste (on se souvient tous de Christchurch) et les discours plus ou moins violents.
Dans le même temps Facebook laisse 1 utilisateur libre de ne pas respecter ses règles de modérations et d'utilisation malgré la gâchette facile de sa modération.

Mais t'a raison c'est pas un soutien ^^ au pire de la complaisance mais dans les faits Facebook n'agit pas pour les libertés (puisque sa modération est plus qu’extrême sur des sujets choisis par eux même)

Enfin ta citation est fausse, Facebook n'a jamais tenu ces propos, ils ont seulement dit qu'ils ne feront rien tant que l'état américain ne leur dira pas via une loi de faire quelque-chose. (en sachant pertinemment qu'aucune loi ne passera avant un bon moment)

Avatar de S8N Abonné
Avatar de S8NS8N- 12/06/20 à 12:46:48

secouss a écrit :

Sauf un gros, Facebook qui va pourtant shooter le moindre téton, des tableaux (l'origine du monde) et a peu près tous les discours terroriste (on se souvient tous de Christchurch) et les discours plus ou moins violents.
Dans le même temps Facebook laisse 1 utilisateur libre de ne pas respecter ses règles de modérations et d'utilisation malgré la gâchette facile de sa modération.

le moindre téton et l'origine du monde = problème du puritanisme américain
pour le terrorisme cela est interdit par la loi donc ces 2 cas sont logiques

or pour les fake news, rien n'est actuellement interdit, alors pourquoi censurer ce qui est dit ? les réseaux sociaux ont-ils le droit de censurer ? car c'est de l'éditorialisme de censurer des propos qui ne sont pas interdites par la loi or les RS sont seulement hébergeur;
Dans les années 2000, les hackers qui disaient que nous étions espionnés par la NSA étaient considérés comme des complotiste et donc fake news; or maintenant, ce ne sont plus des fake news,

tu vas dire : "il faut interdire parce que ça fait mal, les gens croient les fake news." je suis d'accord avec toi, mais le problème n'est pas les fake news MAIS le manque de sens critique du lecteur, la suppression des fake news sur les réseaux sociaux ne changera rien,
ou même pire encore parce que nous savons où se trouvent la plupart des fake news, il est donc plus facile de les répertorier et de les débunker ensuite sur le même média, car c'est la seule solution (à mon avis) pour éradiquer les fake news.

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 12/06/20 à 13:03:42

En effet je te rejoins sur la majeure partie de ton raisonnement.

Par contre il y a un biais, si le pouvoir législatif appartient au pouvoir politique et que ce même pouvoir fait exprès de traîner les pieds pour ne pas légiférer contre ses propres pratiques le serpent se mord la queue.

Et c'est là que la responsabilité de l'entreprise privée qui diffuse les messages devient importante.
Disont que je suis sur Facebook et que je suit le Capitaine Roudoudou. Je fais confiance (dans une certaine mesure) à ce que dit le Capitaine Roudoudou mais aussi à Facebook qui me met à disposition ce contenu.
Donc si le Capitaine Roudoudou raconte n'importe quoi dans le but de me manipuler, et ça peut être un mensonge, de la diffamation, de la falsification d'informations, ... fake news ça regroupe un peu de tout ça qui est bien répréhensible), alors je compte sur Facebook pour me le dire.

Soit Facebook ne me le dit jamais (hors cas légal comme le terrorisme) mais en aucun cas Facebook ne juge mes orientations sexuelles, ni politiques, ni mes intentions, .... et dans ce cas il est "neutre" et pas "de confiance"
Soit Facebook modère comme il le fait sur de très nombreux sujets bien éloignés de la législation, dans ce cas il devient pour moi un "modérateur de contenu de confiance"
Dans ce dernier cas s'il décide de ne pas modérer un contenu c'est bel et bien un choix, s'il y à choix en faveur du contenu cela veut dire que Facebook soutien le propos en question et le juge "de confiance".

Si on suit le raisonnement de Facebook, si demain Trump écrit que des scientifiques ont prouvé que les LGBTQ sont plus souvent des pédophiles, des fous, des meurtriers et des violeurs alors Facebook n'as aucune raison de modérer le contenu en question.
Tout en allant à l'encontre de ses propres règles de modération (#schizophrénie)

Avatar de Azerty38 INpactien
Avatar de Azerty38Azerty38- 12/06/20 à 13:17:03

oups!! doublon
 

Édité par Azerty38 le 12/06/2020 à 13:21
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3