Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Plusieurs organisations dont l’ACLU attaquent ClearView et sa base de milliards de visagesCrédits : Erikona/iStock

La startup américaine est accusée par l’organisation d’avoir collecté des milliards de visages à partir des sources ouvertes sur le Web, dont les réseaux sociaux.

Elle a utilisé tout ce qui lui passait par la main, estime l’American Civil Liberties Union, « des selfies occasionnels aux photos de fêtes d'anniversaire, de diplômes universitaires, de mariages, et bien plus encore ».

La base de données, fruit de ce chalutage, est proposée aux autorités, aux agences fédérales, à la police et possiblement à des entités privées, qui peuvent alors utiliser au besoin un système de reconnaissance faciale. 

La procédure a été lancée avec la Chicago Alliance Against Sexual Exploitation, le Sex Workers Outreach Project Chicago, l’Illinois State Public Interest Research Group et Mujeres Latinas en Acción. Elle s’appuie sur le Biometric Information Privacy Act (BIPA) qui exige information et consentement préalables à de tels traitements.

Les requérants réclament la suppression de l’ensemble des données biométriques collectées et stockées en contradiction avec cette loi ou encore l’information des personnes concernées par cette base de données.

Cette technologie de reconnaissance faciale « offre une capacité de surveillance qui ne ressemble à aucune autre. Il est dangereusement facile de nous identifier, de nous suivre lors de manifestations, de réunions, de rassemblements politiques ou religieux » écrit l’ACLU. 

En créant une telle base de données à l’insu des individus, « Clearview a créé un scénario cauchemardesque que nous craignions depuis longtemps (…) Ni le gouvernement des États-Unis ni aucune entreprise américaine ne sont connus pour avoir compilé un aussi grand nombre de données biométriques ».

Si Clearview est légitimée dans son action, l’ACLU prédit la fin de l’anonymat et de la vie privée. « Les gens peuvent changer leurs noms et adresses (…) mais ils ne peuvent pas changer de visage ».

12 commentaires
Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 02/06/20 à 08:28:44

« Les gens peuvent changer leurs noms et adresses (…) mais ils ne peuvent pas changer de visage »

La police française n'est pas d'accord. :D
La chirurgie de rue aux LBD permet de changer facilement, et rapidement de visage, pour pas cher. :yes:

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 02/06/20 à 08:46:55

xD pas faux, un nouveau service publique !!

Dans tous les cas on est pas pret de pouvoir supprimer notre tronche du service...

Avatar de lmarecha INpactien
Avatar de lmarechalmarecha- 02/06/20 à 09:22:00

Si ca provient de "sources ouvertes sur le Web, dont les réseaux sociaux" a qui la faute ? A une boite qui surf en collectant des informations accessible a tous ou aux utilisateurs qui postent a tout va a propos de n' importe quoi aux yeux de tous.

Avatar de Nozalys Abonné
Avatar de NozalysNozalys- 02/06/20 à 09:22:17

Question bête : cette base est certainement bien gardée au chaud, donc comment savoir si on en fait partie ? Si on peut facilement le savoir, alors c'est que la base est ouverte aux requêtes.

Et puis, ils peuvent toujours jurer sur la bible qu'ils ont supprimé les données à la demande... on n'en saura rien en vrai

Avatar de Nozalys Abonné
Avatar de NozalysNozalys- 02/06/20 à 09:32:23

Je suis bien d'accord, les torts sont clairement partagés.

Néanmoins, si tu habite au 3ème étage, et qu'en montant tu vois la porte de ton voisin au 2ème grande ouverte, est-ce que tu vas rentrer dans son appart et lui piquer son album photo ?

Les réseaux sociaux & cie sont co-responsables de cette dérive mais pas que. Inventer un crawler de photos pour compiler une BDD géante n'était pas un droit non plus. Une photo c'est une donné privée.

Et si c'est pas toi, mais un proche, qui publie une photo de groupe avec toi dessus... à ton insu, bah t'es bien avancé à vouloir rejeter seulement la faute sur les réseaux sociaux et clearview.

C'est ultra complexe comme situation. Et rien ne peut te prémunir d'être dans cette fichu base :craint:

Avatar de Kodovoltas1 Abonné
Avatar de Kodovoltas1Kodovoltas1- 02/06/20 à 09:47:15

C'est ce qu'on appelle "le retour de bâton" ou "retour de manivelle" pour les plus ancien :chinois:

Avatar de Hugues1337 Abonné
Avatar de Hugues1337Hugues1337- 02/06/20 à 10:40:55

Euh, en quoi je suis responsable d'avoir ma tête sur Internet si c'est posté par quelqu'un d'autre ? Tu peux aussi avoir ta tête sur une vidéo si tu vas voir un match de foot, sur une photo dans un journal, etc.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 02/06/20 à 12:00:15

lmarecha a écrit :

Si ca provient de "sources ouvertes sur le Web, dont les réseaux sociaux" a qui la faute ? A une boite qui surf en collectant des informations accessible a tous ou aux utilisateurs qui postent a tout va a propos de n' importe quoi aux yeux de tous.

L'existence de cette base de données est effectivement la faute de la boite qui a surfé, collecté, construite et proposé aux autorités ladite base de données.

Les données biométriques mesurées sur les photos de mon visage constituent un moyen d'identification. Etant un citoyen de l'UE, ce sont donc des données à caractère personnelle entrant dans le champs du RGPD. Et je ne me souviens pas avoir donné mon accord à cette société pour la mesure, collecte et diffusion de ces données.

Édité par 127.0.0.1 le 02/06/2020 à 12:00
Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 02/06/20 à 12:51:20

Il y a quant même une grosse différence ici: cette entreprise se fait de l'argent sur NOS informations. Et sans notre consentement, et sans nous reverser une part des profits qu'elle se fait sur notre dos (sur notre tête plutôt :glasses:)

Édité par ProFesseur Onizuka le 02/06/2020 à 12:52
Avatar de zefling Abonné
Avatar de zeflingzefling- 02/06/20 à 16:53:50

Normalement pour une utilisation commercial de ces données, elle doit te demander si tu es d'accords, ce n'est pas parce que c'est en libre accès, que tu peux faire n'importe quoi.
Si je prends en photo tous les gens de ma ville sans leur demander leur avis et que j'en fais le commerce, je risque fort de finir dernière les barreaux. Pourtant c'était en accès libre, ils sont sortis dehors dans l'espace publique.

Édité par zefling le 02/06/2020 à 16:54
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2