Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Donald Trump veut dynamiter la responsabilité des intermédiaires comme TwitterCrédits : ginosphotos/iStock

Suite du bras de fer entre Twitter et Donald Trump. Alors que celui-ci a fustigé une étiquette apposée par le réseau social sur l’un de ses tweets, accusé de comporter une fausse information, Twitter a été plus loin.

Le service en ligne a tout simplement occulté par défaut un autre de ses tweets cette fois pour « apologie de la violence ». Dans « l’intérêt du public », quiconque peut le réactiver d’un clic.

« Quand les pillages démarrent, les tirs commencent. Merci ! » a écrit le chef de l’État américain, en réponse à l’incendie du commissariat de Minneapolis, par des manifestants condamnant encore et toujours la mort de George Floyd, étouffé lors d’une interpellation par des policiers. « Ce tweet viole nos règles d’utilisation concernant l’apologie de la violence » s’est expliqué Twitter qui craint que le message n’inspire des actions similaires. 

« Nous avons pris des mesures pour empêcher d’autres personnes d'être inspirées à commettre des actes de violence, mais avons conservé le tweet, car il est important que le public puisse toujours voir le message initial étant donné sa pertinence pour les sujets en cours d'importance publique ».

Impossible cependant de retweeter le message, de le commenter ou le « liker ». La mesure a évidemment provoqué une nouvelle colère de Donald Trump, qui promet maintenant d’abroger tout simplement la section 230 du Communications Decency Act (CDA) de 1996. 

Texte qui veut qu’aucun « fournisseur ou utilisateur d'un service informatique interactif ne doit être traité comme l'éditeur ou l’auteur de toute information provenant d’un autre fournisseur de contenu d'information », comme expliqué dans notre actualité détaillée.

23 commentaires
Avatar de Darnel Abonné
Avatar de DarnelDarnel- 01/06/20 à 08:46:31

C'est beau. Comme ça Twitter se verra obligé de supprimer complètement une bonne partie des messages de Trump et très rapidement.

Trump et la réflexion ce n'est pas pour demain.....

Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 01/06/20 à 09:08:34

Whouuaaa, j'y crois pas, pour une fois je suis d'accord avec lui…
C'est pas aux intermédiaires de faire la justice !

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 01/06/20 à 09:41:55

Et pendant ce temps la en France, on veut obliger ces intermédiaires à faire de la justice privée...

Avatar de espritordu Abonné
Avatar de espritorduespritordu- 01/06/20 à 09:50:31

eliumnick a écrit :

Et pendant ce temps la en France, on veut obliger ces intermédiaires à faire de la justice privée...

La justice privée existait déjà. La loi Avia veut désormais la rendre préventive.

Avatar de Quiproquo Abonné
Avatar de QuiproquoQuiproquo- 01/06/20 à 10:09:45

Donc Twitter n'a pas le droit d'avoir des conditions d'utilisation et de les appliquer ?

Avatar de Olbatar INpactien
Avatar de OlbatarOlbatar- 01/06/20 à 10:16:06

Si je comprend bien, ce changement ferait porter la responsabilité de propos litigieux, non plus au réseau social où est publié le commentaire mais directement sur l'auteur des propos, et donc si un président accro aux réseaux sociaux lance des propos haineux ou appelant a la haine il pourra être poursuivit pour ces mêmes propos une fois sont immunité présidentiel levée ?!

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 01/06/20 à 10:19:12

Ce que j'ai compris, c'est que aujourd'hui, l'auteur du Tweet est responsable de ses propos, pas celui qui l'héberge.

En supprimant la section 230 , Twitter sera considéré comme l'éditeur du propos, donc il devra le supprimer + rapidement pour éviter des poursuites, donc je ne comprends pas bien la manœuvre de Trump.

Il est trop intelligent pour moi, ou trop bête?

Avatar de Olbatar INpactien
Avatar de OlbatarOlbatar- 01/06/20 à 10:22:58

dylem29 a écrit :

Ce que j'ai compris, c'est que aujourd'hui, l'auteur du Tweet est responsable de ses propos, pas celui qui l'héberge.

En supprimant la section 230 , Twitter sera considéré comme l'éditeur du propos, donc il devra le supprimer + rapidement pour éviter des poursuites, donc je ne comprends pas bien la manœuvre de Trump.

Il est trop intelligent pour moi, ou trop bête?

Ah ouais en fait j'avais pas compris non plus l'intérêt pour trump en fait... Du coup je pense que lui non plus n'a juste pas compris ce qu'il annonçait...

Avatar de refuznik Abonné
Avatar de refuznikrefuznik- 01/06/20 à 10:30:27

Le problème c'est twitter ne bloque pas les messages des présidents des usa.
La base de Trump raconte n'importe quoi maisd eux se font bloquer. Donc le but ici est de laisser sa base de redneck avoir les coudés franches.

Avatar de Quiproquo Abonné
Avatar de QuiproquoQuiproquo- 01/06/20 à 10:33:43

On lui a dit « la section 230 protège les intermédiaires techniques, dont Tweeter », il s'est dit « je vais menacer de supprimer cette protection pour faite pression sur Tweeter ». Sauf qu'en fait, en fournissant une sécurité juridique aux intermédiaires, la section 230 leur permet une plus grande permissivité, et profite in fine aux utilisateurs, dont Trump.

Tweeter peut filtrer certains messages si il le souhaite (liberté d'entreprendre). En supprimant la section 230, Tweeter devrait filtrer même s'il ne le souhaite pas, à cause de l'insécurité juridique.

La liberté d'expression, même aux USA, ne signifie pas que Tweeter doit publier tout ce qu'écrivent ses utilisateurs. Mais ça Trump semble (ou fait semblant de) ne pas l'avoir compris.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3