Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le gouvernement veut aiguiser par ordonnance les pouvoirs de la DGCCRF sur InternetCrédits : alphaspirit/iStock

Le projet de loi portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19 sera examiné en séance le 14 mai. 

L’article 1er habilite le gouvernement à prendre par voie d’ordonnance plusieurs mesures législatives dont celles permettant la mise en œuvre du règlement 2017/2394 sur la coopération entre les autorités nationales chargées de veiller à l’application de la législation en matière de protection des consommateurs.

Le texte « dote les autorités nationales de contrôle des pouvoirs nécessaires pour garantir l’effectivité des règles protégeant les intérêts des consommateurs », en particulier sur Internet. Le cas typique ? Quand « l’auteur d’une infraction ou d’un manquement ne peut être identifié ou poursuivi ou encore s’il n’a pas répondu à une précédente injonction de mise en conformité », explique le gouvernement dans son étude d’impact.

Avec un tel texte, la DGCCRF pourra prendre des mesures visant à « restreindre l’accès à une interface en ligne sur laquelle des contenus illicites sont proposés ou à informer les consommateurs par l’affichage d’un message d’avertissement sur cette interface en ligne des risques de préjudices encourus ou encore de suppression de noms de domaines ». 

Le gouvernement souhaite « étendre ces mesures à l’ensemble des règles de protection des consommateurs et pas seulement à celles prévues par le droit de l’Union européenne pour protéger les intérêts économiques des consommateurs. » Le texte sera taillé pour s’attaquer aux pratiques frauduleuses et autres arnaques en ligne. 

Le gouvernement donne quelques exemples : « faux sites officiels cherchant à collecter des données personnelles ; sites se présentant comme des pharmacies commercialisant des équipements de protection contre le coronavirus ou des tests de dépistage ». Également dans le viseur, les sites « se présentant comme ayant une vocation caritative, mais ne pouvant justifier de la destination réelle des fonds collectés ».

L’éventail des nouveaux pouvoirs de la DGCCRF ne sera connu que lors de la publication de l’ordonnance en question. 

9 commentaires
Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 11/05/20 à 10:01:34

Faudra m'expliquer en quoi de "nouveaux" pouvoirs attribués à la DGCCRF seraient des dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19???

Y avait-il vraiment besoin du covid19 pour "informer les consommateurs par l’affichage d’un message
d’avertissement sur cette interface en ligne des risques de préjudices
encourus"? En temps normal, cela aurait été aussi bien admis.
 
Par contre, si je lis bien, la DGCCRF pourrait décider de la suppression du nom de domaine d'un site marchand, ça serait quand même radical.

A voir comment cela va se transformer.
 

Avatar de MeGusta INpactien
Avatar de MeGustaMeGusta- 11/05/20 à 10:17:22

le réel problème c'est que vu le nombre d'agents restant, je ne vois pas bien comment ils vont pouvoir appliquer quoi que ce soit alors qu'ils ne sont déjà pas en mesure de réaliser leurs missions...

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 11/05/20 à 12:05:43

js2082 a écrit :

Faudra m'expliquer en quoi de "nouveaux" pouvoirs attribués à la DGCCRF seraient des dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19?

A vendre: spray à la chloroquine pour désinfecter votre lieu de travail.
50€ le flacon 200ml. (existe également en recharge pour diffuseur automatique)
Plus que 50 exemplaires en stock.
Commandez vite !

tu vois le genre ?

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 11/05/20 à 12:17:34

Tout à fait d'accord, de nouveaux pouvoirs pourquoi pas mais ce qui manque cruellement ce sont des moyens !

Avatar de MeGusta INpactien
Avatar de MeGustaMeGusta- 11/05/20 à 14:44:23

Norde a écrit :

Tout à fait d'accord, de nouveaux pouvoirs pourquoi pas mais ce qui manque cruellement ce sont des moyens !

2800 agents pour environ 66M de Français ^^
Sans compter que pour agir, ils doivent de toute façon avoir l'aval du préfet, qui est lui même à la botte de l'Etat.
Autant dire qu'ils ont les mains liées...
On a un contrôle et des contrôleurs, mais faut pas trop qu'ils fassent de vagues en somme :ooo:

Avatar de Nozalys Abonné
Avatar de NozalysNozalys- 12/05/20 à 10:30:04

Et *POF* une ordonnance en temps de COVID ou 100% des médias ne parlent que de ça. Ils ont réinventé le "mode incognito".

Avatar de gg40 INpactien
Avatar de gg40gg40- 12/05/20 à 12:51:50

MeGusta a écrit :

le réel problème c'est que vu le nombre d'agents restant, je ne vois pas bien comment ils vont pouvoir appliquer quoi que ce soit alors qu'ils ne sont déjà pas en mesure de réaliser leurs missions...

Tout à fait... Vive le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux (sans distinction) d'une certaine époque. J'ai lu quelque part que cela avait mis à genoux la DGCCRF

Édité par gg40 le 12/05/2020 à 12:52
Avatar de MeGusta INpactien
Avatar de MeGustaMeGusta- 12/05/20 à 14:20:33

gg40 a écrit :

Tout à fait... Vive le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux (sans distinction) d'une certaine époque. J'ai lu quelque part que cela avait mis à genoux la DGCCRF

Mais rassures toi, c'est la même chose dans le Trésor Public, l'Hospitalier, le Territorial...

Avatar de j34n-r0x0r INpactien
Avatar de j34n-r0x0rj34n-r0x0r- 13/05/20 à 07:43:27

+1

Et du fric et des agents on en trouverait rapidement si on retirait l’obligation qu’a l’état de proposer un poste équivalent en cas de fermeture de service.

Ohhh que oui...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.