Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Franck Riester annonce le retrait de la page Desinfox du gouvernement, Next INpact diffuse la requête du SNJCrédits : Patrick Daxenbichler/iStock

« À la suite des inquiétudes suscitées par la page #desinfoxcoronavirus, j'ai annoncé que celle-ci serait supprimée du site du gouvernement ». Franck Riester indique que la page litigieuse sera donc retirée. « Il ne s’agit pas pour l’État de labelliser les médias ou d’orienter le choix des Français vers tel ou tel média » a-t-il soutenu hier dans l’hémicycle.

La mesure fait suite à de nombreuses critiques de la profession et surtout d’une procédure de référé lancée par le Syndicat national des journalistes.  Nous diffusions d’ailleurs cette requête déposée devant le Conseil d’État :

Pas plus tard qu’hier matin, a-t-on appris, celle-ci avait d’ailleurs fait l’objet d’une transmission au Premier ministre pour qu’il produise ses observations, signe de l’avancement du dossier.  

Dans ce document, Mes William Bourdon et Vincent Brengarth, avocats à la Cour au cabinet AARPI Associés estiment que « la sélection d’articles de presse émanant de certains médias sur un site officiel du gouvernement constitue une atteinte au pluralisme de l’expression des opinions et à la neutralité des autorités publiques ».

« En effet, poursuivent-ils, au prétexte de lutter contre la désinformation, le gouvernement opère une sélection entre les contenus informatifs considérés comme fiables et ceux qui pourraient être des « fake news » ». De plus, cette page crée « une confusion entre les médias qui bénéficient d’un référencement et le gouvernement, au risque d’introduire dans l’esprit du lecteur de la suspicion quant aux relations entre la presse et le monde politique ».

Cette labellisation des contenus informatifs « est une ingérence manifeste des autorités publiques dans la liberté de la presse alors même que les journalistes devraient, selon la Cour européenne des droits de l’homme, constituer les « chiens de garde de la démocratie » ».

30 commentaires
Avatar de anonyme_f3cfc6423586ba6bed42154d795b2b3f INpactien

Ce qui dérangeait ces médias, c'était la reconnaissance officielle d'être pro-gouvernement.
Ils préfèrent faire croire qu'ils sont indépendants, mais personne n'est dupe, leurs journalistes sont alignés sur la pensée LREM, ils ont tous voté Macron d'ailleurs.

Avatar de dylem29 Abonné
Avatar de dylem29dylem29- 06/05/20 à 08:29:28

Je me demande ce qu'il se passe par la tête des bureaucrates qui font ce genre de conneries...

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 06/05/20 à 08:40:59

dylem29 a écrit :

Je me demande ce qu'il se passe par la tête des bureaucrates qui font ce genre de conneries...

Justement rien, c'est bien ca le problème...

Avatar de espritordu Abonné
Avatar de espritorduespritordu- 06/05/20 à 09:02:50

dylem29 a écrit :

Je me demande ce qu'il se passe par la tête des bureaucrates qui font ce genre de conneries...

Quand tu regardes les CV des dirigeants du SIG qui a édité cette page ce ne sont pas vraiment des bureaucrates. Plutôt des yuppies de la com/marketing/digital/bullshitologie.

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 06/05/20 à 09:25:20

Ce doit être "si ça passe c'est tout bénef, sinon tant pis ça ne changera pas grand chose"

Avatar de MeGusta INpactien
Avatar de MeGustaMeGusta- 06/05/20 à 09:48:11

Norde a écrit :

Ce doit être "si ça passe c'est tout bénef, sinon tant pis ça ne changera pas grand chose"

Au fond c'est un peu ça le problème, c'est qu'au final, ils s'en tapent. En soit les conséquences ne sont pas énormes, ça ne reste qu'une liste d'articles, mais je trouve que ça reflète la mentalité actuelle de nos dirigeants : on dit/fait tout et n'importe quoi, et on se moque des conséquences.

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 06/05/20 à 09:55:28

MeGusta a écrit :

Au fond c'est un peu ça le problème, c'est qu'au final, ils s'en tapent. En soit les conséquences ne sont pas énormes, ça ne reste qu'une liste d'articles, mais je trouve que ça reflète la mentalité actuelle de nos dirigeants : on dit/fait tout et n'importe quoi, et on se moque des conséquences.

Oh je pense que c'est calculé.
Mais vu que le risque est faible (on est rarement condamné dans le milieu politique, et même si c'est le cas les peines sont dérisoires), autant tenter le tout pour le tout.

Puis c'est toujours pareil : on réalise un test à petite échelle. Si ça passe et bien on ouvre la porte à quelque chose de plus grand. Si le SNJ (et les journaux concernés) n'étaient pas montés au créneau la page serait toujours là.

Enfin ce n'est que mon humble avis (il est vrai qu'il devient difficile de distinguer ce qui relève du prémédité de l'amateurisme).

Avatar de bast73 Abonné
Avatar de bast73bast73- 06/05/20 à 09:56:36

De mon côté je pense plutôt à un manque de réflexion et de recul sur la page. Genre "Ah on va faire un truc anti fake news et on va rediriger vers des articles de journaux comme ça tout le monde sera content" sans même penser au fait que ça va orienter les gens vers certains journaux ou bien que ça biaise l'information.

Je trouve beaucoup plus grave l'histoire de l'interdiction/pas interdiction du vélo qui a provoqué des amendes injustifiés plutôt que ce truc qu'ils ont d'ailleurs enlevé assez rapidement. ça sent vraiment le truc pas réfléchi, sans doute fait par les équipes du site sans validation d'un quelconque ministre/secrétaire d'état.

Avatar de anagrys Abonné
Avatar de anagrysanagrys- 06/05/20 à 10:03:23

c'est normal, on ne mord pas la main qui nous nourrit. Entre leur régime fiscal spécial et les subventions plus ou moins directes aux journaux, ils ont intérêt à être copains avec les politiques.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 06/05/20 à 10:17:38

Une Startup Nation avec un Gouvernement utilisant la méthode La Rache.

Vive leu Frènsse :fr:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3