Le CNRS revient sur le logarithme discret et son utilisation en cryptographie

Il commence par quelques rappels étymologiques et sur ses principes de fonctionnement (confidentialité, authentification, intégrité et non-répudiation). 

Après ces quelques notions toujours intéressantes à se remémorer, le Centre national pour la recherche scientifique se penche sur le cas du logarithme discret utilisé dans certains algorithmes. C’est notamment le cas de Diffie-Hellman, d’ElGamal et de Baby-steps/Giant-steps.

Attention, de solides notions en mathématiques sur les nombres premiers et la théorie des groupes sont parfois nécessaires.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !