Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
« Cheating As a Service » : UL Benchmarks retire les scores de huit SoC MediaTek

La semaine dernière, AnandTech expliquait qu’une liste blanche permettait aux fabricants de smartphones d’activer un « mode sport » sur certaines applications (notamment de benchmarks). MediaTek se défendait en affirmant que c’était une demande et qu’il n’était pas le seul à le faire.

Accusé indirectement, Qualcomm répondait que « cette action est généralement considérée par l'industrie comme de la triche, car elle va à l'encontre de l'objectif d’un benchmark qui est de refléter l'expérience utilisateur ». 

UL Benchmarks (3DMark, PCMark,VRMark, etc…) a décidé de supprimer de sa liste les résultats d’une cinquantaine de smartphones équipés de SoC MediakTek donnant des résultats suspects dans les benchmarks.

25 fabricants sont concernés et on trouve dans le lot des modèles comme les Xiaomi Redmi Note 8 Pro, Oppo Reno3 Pro, Vivo Y19 et Realme 6. « Personne n’en profite lorsqu’une entreprise tente de manipuler les scores de référence à son avantage », affirme l’éditeur UL. 

Ce dernier ajoute que, « en termes simples, un appareil doit exécuter un benchmark comme s'il s'agissait d'une autre application. Les gains de performances doivent provenir de la réaction à la nature des charges de travail, plutôt qu'au nom de l'application elle-même ».

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.