Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Application StopCovid : la prudence de la CNIL

« Un quart au moins de la population ne dispose pas de téléphone permettant de télécharger des applications » a souligné la présidente de la CNIL lors de son audition devant la mission d’information lancée à l’Assemblée nationale.

« Il est même probable que cela corresponde à la catégorie des personnes les plus vulnérables, celles-là mêmes qui, dans le cadre d’une stratégie de déconfinement progressif, resteraient confinées le plus longtemps. C’est un enjeu social important » complète Marie-Laure Denis.

L’idée de mettre à disposition une application permettant de surveiller son historique relationnel et d’alerter le cas échéant de la contamination d’une personne se heurte à plusieurs récifs, et déjà celui de la fracture numérique. Au 8 avril, la CNIL indique ne pas avoir encore été saisie par le Gouvernement d’un projet finalisé. 

Du coup, « il est délicat (…) de se prononcer ex ante sur un outil dont on ne connaît à ce stade les éventuels contours que de manière abstraite et vague, mais si un dispositif nous était soumis, soyez convaincus que nous le décortiquerions de A à Z ». La présidente de l’autorité s’interroge aussi « sur le pourcentage de la population qui devrait adhérer à ce dispositif pour qu’il ait une réelle efficacité sanitaire ».

« Nous sommes dans une situation tellement exceptionnelle que si un dispositif de ce genre voyait le jour avec des incidences potentiellement aussi exceptionnelles sur les libertés publiques, il devrait être assorti d’un contrôle tout aussi exceptionnel pour s’assurer très concrètement de la destruction, dans un délai très rapide, des données collectées ».

De même, « l’instrument doit apparaître réellement utile et non relever d’une solution de confort » et le choix privilégié doit porter sur les dispositifs les moins intrusifs. Elle prévient aussi que l’idée de coupler le consentement à l’installation de cette application volontaire avec l’autorisation de sortie exigerait d’analyser « de très près la réalité d’un consentement ». 

« Pour que le consentement soit réellement libre, il ne faut pas que le refus du consentement donne lieu à conséquences ».

22 commentaires
Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 10/04/20 à 09:10:50

Suffit de voir la "continuité pédagogique" pour savoir que l'état se contre fou de la fracture numérique, c'est pas grave pour eux de laisser 25% de la population dans une situation de "sous-citoyens"...

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 10/04/20 à 09:33:25

« Pour que le consentement soit réellement libre, il ne faut pas que le refus du consentement donne lieu à conséquences ».

C'est exactement ce que j'avais dit dans l'actu qui présentait ce dispositif. Si on conditionne le déconfinement au fait d'utiliser l'application, ce n'est pas un consentement libre. D'autant que le refus de l'appli n'est pas forcément volontaire, pour les raisons invoquées par MLD.

Avatar de carbier INpactien
Avatar de carbiercarbier- 10/04/20 à 09:37:08

secouss a écrit :

Suffit de voir la "continuité pédagogique" pour savoir que l'état se contre fou de la fracture numérique, c'est pas grave pour eux de laisser 25% de la population dans une situation de "sous-citoyens"...

Donc quelle est ta solution pour avoir une continuité pédagogique en période de confinement ?
Parcequ'au dela de la fracture numérique, il y a aussi la précarité, les familles recomposées, les logements insalubres qui sont des freins tout aussi grands.

Ensuite je ne vois pas en quoi le fait de ne pas posséder de téléphone ou d'ordinateur fait de toi un "sous-citoyen"

Avatar de carbier INpactien
Avatar de carbiercarbier- 10/04/20 à 09:39:18

Sinon le résumé fait de cette audition dans cette news est très révélateur...

J'encourage tout le monde à lire l'audition en elle même et pas seulement ce "résumé"

Avatar de carbier INpactien
Avatar de carbiercarbier- 10/04/20 à 09:46:58

Jarodd a écrit :

C'est exactement ce que j'avais dit dans l'actu qui présentait ce dispositif. Si on conditionne le déconfinement au fait d'utiliser l'application, ce n'est pas un consentement libre.

Si l'appli est validée par la CNIL et que tu ne veux pas l'utiliser par pure idéologie, tu fais un choix. Je ne vois pas en quoi ce choix n'aurait pas de conséquences.
SI ce choix n'impactait que ta petite vie, je serai d'accord avec toi, mais en l’occurrence ce n'est clairement pas le cas ici.

Avatar de Paraplegix Abonné
Avatar de ParaplegixParaplegix- 10/04/20 à 09:50:28

L'état devrait t'il s’empêcher de pousser des solutions qui pourrait directement aider 75% car 25% de la population ne pourrait pas télécharger l'application ?
Les 75% de la population pourraient être mieux ciblé pour des tests d'infection au coronavirus et donc indirectement aider les 25% restant car les 75% auront plus de chance d'être remis en confinement rapidement ...

Édité par Paraplegix le 10/04/2020 à 09:52
Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 10/04/20 à 10:10:43

carbier a écrit :

Si l'appli est validée par la CNIL et que tu ne veux pas l'utiliser par pure idéologie, tu fais un choix. Je ne vois pas en quoi ce choix n'aurait pas de conséquences.
SI ce choix n'impactait que ta petite vie, je serai d'accord avec toi, mais en l’occurrence ce n'est clairement pas le cas ici.

Ah moins que tu sois aveugle ou incapable de comprendre les termes de Jarodd (et de l'actualité), il est évident que le terme "consentement libre" t'es parfaitement inconnu.

Épargne nous ta bile et va consulter la définition de "Consentement éclairé", tu y apprendra certainement des choses :love:

Avatar de Lablab Abonné
Avatar de LablabLablab- 10/04/20 à 10:20:53

Dans la même veine, les petits vieux ont "choisi" de ne pas avoir de smartphone donc ne sortent pas ?

Les français ont aussi "choisi" de ne pas avoir de masques ? "choisi" de ne pas avoir de test et d'attendre chez eux dans l'angoisse de mourir de leurs fièvres ?

T'as pas l'impression que ta petite vie est impactait par ces choix aussi ?

 Installe ton appli sans faire de leçon stp.

 
 

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 10/04/20 à 10:46:56

Pour ceux qui n'ont pas de smartphone, je propose:

  1. d'inscrire un numéro d'identification sur leur bras.

  2. de coudre un motif sur leur vêtement s'ils ont été infectés par le covid19.

  3. de signaler aux autorités toute personne qui ne respecterait pas les deux règles ci-dessus.

    Ah... on me dit que j'ai gagné un point. :troll:

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 10/04/20 à 10:59:52

Pas assez 2.0, bracelet électronique pour tout le monde.:transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3