Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Mon réseau Mobile : cartes plus précises et ajout de mesures de qualité de service produites par des tiers

En plus du lancement en version bêta du service Ma connexion Internet, l’Arcep revoit la précision de son équivalent sur le mobile. Une demande de longue date des clients et collectivités : disposer de cartes de couvertures plus précises.

Celles-ci sont fournies par les opérateurs et agrégés par le régulateur. Une « décision » a été prise : la fiabilité « sera dorénavant de 98 % avec un seuil local de 95 % ». Rien de surprenant puisqu’une consultation publique avait été mise en place au début de l’année. L’Arcep donne quelques détails :

« Cette décision, qui devra faire l’objet d’une homologation par le ministre chargé des communications électroniques, introduit un seuil de fiabilité « global » des cartes à 98 %, contre 95 % actuellement. Elle décline également cette exigence localement avec un seuil de 95 % pour les zones de moins de 1 000 habitants et de plus de 100 km² »

Les cartes « plus précises devront ainsi être transmises à l’Arcep et publiées par les opérateurs au cours de l’automne prochain », ajoute enfin le régulateur. De plus, à compter d’aujourd’hui, le site Mon réseau mobile intègre pour la première fois des données de mesure de la qualité de service mobile réalisées par des tiers. 

On retrouve celles produites par des territoires (le Cher, les Hauts-de-France, les Pays de la Loire et l’Auvergne-Rhône-Alpes) et la SNCF. Ces données sont mesurées « conformément au "Kit du régulateur" de l’Arcep ». Il comporte des « modèles de cahiers des charges techniques, pouvant être réutilisé simplement dans le cadre de marchés relatifs à la sélection d’un prestataire pour réaliser sur le terrain une campagne de mesures ».

Enfin, le tableau de bord du New Deal a été mis à jour au 4e trimestre 2019. « En métropole, la très grande majorité des sites en propre des opérateurs sont désormais équipés en 4G, et un effort sera attendu sur les sites des anciens programmes "Zones blanches – centre-bourgs". En outre-mer, les opérateurs poursuivent également leurs déploiements ».

6 commentaires
Avatar de vampire7 INpactien
Avatar de vampire7vampire7- 10/04/20 à 08:27:01

https://www.monreseaumobile.fr/

Édité par vampire7 le 10/04/2020 à 08:27
Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 10/04/20 à 09:01:44

Amusant quand on double clique dans un océan ou dans une mer il y a un poisson qui saute!!

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 10/04/20 à 09:08:17

J'ai du bon data dans mes data tier

Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 10/04/20 à 09:27:26

L'ajout des données de tiers est un vrai plus. Je vois que certaines collectivités comme le Cher ou les Pays de Loire ont fait un nombre important de mesure. C'est un bon moyen d'avaluer les opérateurs et d'arrêter de leur prendre leur paroles pour argent comptant!!

Avatar de linconnu INpactien
Avatar de linconnulinconnu- 10/04/20 à 09:47:37

Il faudrait que les opérateurs fassent circuler des voitures pour mesurer leur réseau, car ces cartes dès que l'on s'éloigne des grandes routes, les mesures sont quasi inexistantes.

Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 10/04/20 à 10:46:20

Les obligations de l'ARCEP concerne uniquement les axes prioritaires:
"Les axes routiers prioritaires sont définis dans
les autorisations d'utilisation des fréquences délivrées aux opérateurs
de réseaux mobiles métropolitains comme étant « les autoroutes, les
axes routiers principaux reliant, au sein de chaque département, le
chef-lieu de département (préfecture) aux chefs-lieux d’arrondissements
(sous-préfectures) et les tronçons de routes sur lesquels circulent en
moyenne annuelle au moins cinq mille véhicules par jour, tels qu’ils
existent au 1er janvier 2018. Si plusieurs axes routiers
relient un chef-lieu de département (préfecture) à un chef-lieu
d’arrondissement (sous-préfecture), le titulaire est tenu d’en couvrir
au moins un. »

Donc les chemins communaux ne sont pas concernés. Par contre, dans les mesures de tiers comme les Pays de Loire ou le Cher, on voit clairement que des mesures ont été effectués sur des départementales par exemple.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.