Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
StopCovid, l’application de suivi des populations envisagée par le gouvernementCrédits : wildpixel/iStock

Dans une interview au Monde, Olivier Véran, ministre de la Santé et Cédric O, secrétaire d’État au Numérique donnent de nouveaux détails sur l’application de tracking envisagée par la France.  « Nous en sommes à une phase exploratoire, mais nous ne voulons fermer aucune porte »

Ce projet, « StopCovid » permettrait « de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner », indique le secrétaire d’État. L’application serait installée volontairement. 

« Lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l’un enregistre les références de l’autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique ».

Ils n’indiquent pas qui sonnerait alors l’alerte. La solution reposerait en tout cas sur le Bluetooth, sans géolocalisation. « Elle retracera l’historique des relations sociales qui ont eu lieu dans les jours précédents, sans permettre aucune consultation extérieure, ni transmettre aucune donnée ».

Les données seraient anonymes, effacées au bout d’une période donnée. « Personne n’aura accès à la liste des personnes contaminées, et il sera impossible de savoir qui a contaminé qui ». Le code sera ouvert et la CNIL sera associée à ce projet. 

Sa présidente est d’ailleurs auditionnée à 10h aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Les deux représentants du gouvernement expliquent également ne pas savoir « aujourd’hui ni si l’application fonctionnera ni quelle sera la stratégie de déconfinement ». 

De même, « nous ne sommes pas certains de réussir à franchir toutes les barrières technologiques, car le Bluetooth n’a pas été prévu pour mesurer des distances entre les personnes ». 

Olivier Véran assure dans cette interview que « depuis le premier jour de la crise épidémique, nous avons décidé d’être dans l’anticipation, c’est-à-dire de disposer au moment opportun de tous les moyens possibles pour lutter contre la diffusion du virus ».

115 commentaires
Avatar de xillibit Abonné
Avatar de xillibitxillibit- 08/04/20 à 07:35:34

On tourne toujours en rond, il y a des personnes qui peuvent porter le virus sans symptômes, celles-là comme elles savent qu'elles sont positives ?

Avatar de Nicky5 Abonné
Avatar de Nicky5Nicky5- 08/04/20 à 07:39:49

Pour que ce soit bien étanche, les smarts doivent s'identifier via un id anonyme, une emprunte unique, mais comment est généré cette emprunte unique sur le smart, il y a forcément un lien entre le smart et l'id. Car en effet, il y a des api pour ça mais qui gardent tout de même un lien.

Ou alors, c'est le serveur central qui fournit un id (auto-incrément par exemple, ou autre) à chaque nouvelle inscription et là c'est relativement étanche, sauf que....

Malheureusement, je doute qu'il y est un VPN dans l'appli donc le gestionnaire du serveur central pourra toujours retracer l'Ip et demander au fournisseur l'identité de la personne.

Avatar de mh Abonné
Avatar de mhmh- 08/04/20 à 07:41:40

Facile, si tu contamines quelqu'un et que des symptomes chez cette personne apparaissent, tu seras prévenu via l'appli et tu vas donc pouvoir te dépister

Avatar de xillibit Abonné
Avatar de xillibitxillibit- 08/04/20 à 07:46:27

Dans ce cas-là c'est trop tard

Avatar de bilbonsacquet Abonné
Avatar de bilbonsacquetbilbonsacquet- 08/04/20 à 07:47:12

mh a écrit :

Facile, si tu contamines quelqu'un et que des symptomes chez cette personne apparaissent, tu seras prévenu via l'appli et tu vas donc pouvoir te dépister

Non, ça déclenchera une décharge de 20kV, comme ça plus de problème… :D

Avatar de spidermoon Abonné
Avatar de spidermoonspidermoon- 08/04/20 à 07:48:06

Sur la base du volontariat, mais qui va installer ça ? La caution de la cnil et les promesse d’anonymat, c’est du pipeau.

Avatar de GrosMatou27 Abonné
Avatar de GrosMatou27GrosMatou27- 08/04/20 à 07:52:57

Comme déjà dit sur une autre news, de mon point de vue, beaucoup de monde.
L'écrasante majorité des gens n'en a rien à faire de la vie privée, et partage tout et n'importe quoi sur les réseaux sociaux de manière publique... Si là on leur vend en disant "ça peut sauver la vie de vos proches, et c'est approuvé par la CNIL (même s'ils ne savent pas réellement ce que c'est)", je suis persuadé que beaucoup de gens l'installeront.

Avatar de sebtx Abonné
Avatar de sebtxsebtx- 08/04/20 à 07:53:04

Euh sinon les gens installent happn ça sera plus simple non ? (en plus de coûter moins cher). Et en plus ça permet de rendre le confinement moins pénible :D

 

Avatar de sebtx Abonné
Avatar de sebtxsebtx- 08/04/20 à 07:54:49

Je vois d'ici comment ça fa vinir :

  • Seuls ceux qui s'en foutent de leurs libertés vont l'installer, c'est à dire la majorité des gens.

  • La minorité qui n'aura pas installé l'appli (donc ceux qui sont conscient du danger et des dérives potentielles de ce genre chose) seront montrés du doigts et contraints de l'installer à leur tour.

     

Avatar de HunterZer0 Abonné
Avatar de HunterZer0HunterZer0- 08/04/20 à 08:08:21

Après je pense qu'a un moment il faut arrêter de voir le mal partout. Cette news d'hier détaillait les initiatives en cours au niveau européen.

Les gens sont conscient de la problématique de la vie privée et tout n'est pas forcément à jeter.

Après pour répondre à certains commentaires ici, je ne me fous pas de mes libertés ni de celles des autres mais si en installant cette application je peux contribuer à prévenir des cas et protéger des gens je veux bien le faire. Je respecte les consignes et tout, ça ne me protègera pas d'une éventuelle contamination lors d'une sortie au supermarché pour les courses et donc de potentiellement contaminer des membres de ma famille que je vais voir car personnes fragiles pour lesquelles je fais les courses.

sebtx a écrit :

La minorité qui n'aura pas installé l'appli (donc ceux qui sont conscient du danger et des dérives potentielles de ce genre chose) seront montrés du doigts et contraints de l'installer à leur tour.

Tu vas savoir comment si la personne l'a installée ou pas ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12