Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
SFR et Bouygues Telecom grognent contre la prolongation du contrat d’itinérance 2G et 3G de Free et OrangeCrédits : OcusFocus/iStock

Après l’annonce du prolongement de deux ans de leur contrat, Bouygues Telecom et SFR font part de leur agacement.

« Free n’a aucunement besoin de ce genre de filet de sécurité dans les zones très denses, où il déploie activement son réseau depuis plus de dix ans », affirme ainsi Didier Casas, directeur général de Bouygues Telecom, comme le rapporte le Figaro.

De l’agacement également chez Arthur Dreyfuss, secrétaire général de SFR : « Douze ans après avoir obtenu sa licence, ce nouveau contrat témoigne d’un bien triste constat. Le 4e opérateur n’investit pas suffisamment dans son réseau mobile contrairement à ses promesses répétées depuis douze ans ».

Pour rappel, Free Mobile ne dispose pas de licence 2G, la prolongation de l’itinérance sur ce point n’est donc pas surprenante. Sur la 3G, l’opérateur se justifie par « l’impossibilité […] de rattraper le standard de couverture du marché qui a nettement augmenté avec l’accord de mutualisation Crozon [entre Bouygues Telecom et SFR, ndlr] et les obligations New Deal ».

La balle est dans le camp de l’Arcep qui examine actuellement le contrat.

43 commentaires
Avatar de tiret Abonné
Avatar de tirettiret- 08/04/20 à 07:26:33

Vu comment SFR profite de la crise pour mettre ses employés au chômage technique aux frais de l'État tout en faisant des bénéfices records je pense qu'ils ne méritent aucun soutien pour tout autre problème qui les toucherait.

Avatar de dvr-x Abonné
Avatar de dvr-xdvr-x- 08/04/20 à 07:50:47

Oui, enfin, toutes les occasions sont bonnes pour taper sur SFR, car dans le cas présent, je ne vois pas du tout le rapport avec la news ?

Je comprends très bien le point de vu de BT et SFR pour ma part.

Avatar de sephirostoy Abonné
Avatar de sephirostoysephirostoy- 08/04/20 à 08:33:11

C'est tellement beau ces opérateurs qui pensent au bien être de ses concurrents. J'en verserai une larme.
Que SFR s'occupe de son propre réseau, il y a des clients (qui ferait mieux de changer) attendent toujours qu'on leur répare leur ligne après plusieurs mois et plusieurs appels...

Avatar de j-dub INpactien
Avatar de j-dubj-dub- 08/04/20 à 09:21:03

dvr-x a écrit :

Je comprends très bien le point de vu de BT et SFR pour ma part.

Quand je lis ça dans la brève : "Sur la 3G, l’opérateur se justifie par « l’impossibilité […] de rattraper le standard de couverture du marché qui a nettement augmenté avec l’accord de mutualisation Crozon [entre Bouygues Telecom et SFR, ndlr] et les obligations New Deal »."Free et Orange pourrait reprocher cette mutualisation de la même façon à Bouygues et SFR.

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 08/04/20 à 09:27:32

Il faudrait surtout mutualiser les réseaux au sein d'une entité nationalisée. Il n'y a strictement aucun intérêt ni pour les consommateurs, ni pour l'environnement à dédoubler les réseaux et à séparer les plages de fréquences entre les opérateurs.

Avatar de dvr-x Abonné
Avatar de dvr-xdvr-x- 08/04/20 à 09:53:30

Un contrat d'itinérance et un contrat de mutualisation, il y a quand même une différence à mon sens.
D'ailleurs de mon point de vue, tout devrait être mutualisé.

Édité par dvr-x le 08/04/2020 à 09:54
Avatar de Inodemus Abonné
Avatar de InodemusInodemus- 08/04/20 à 10:29:29

Mais c'est quoi leur problème en fait, à part râler sur quelqu'un qui, d'après eux, fait moins bien qu'eux ? C'est un accord entre Free et Orange, ça ne les concerne pas. Free ne profite d'aucun avantage particulier de la part de l'Etat. Par le biais de cet accord, ils respectent les mêmes conditions que les autres.

Et si SFR et Bouygues considèrent qu'être autorisé à passer cet accord est un privilège, je serais excessivement étonné de penser qu'eux-mêmes auraient envie de passer un tel accord avec un de leurs concurrents. Râler parce que quelqu'un fait ce qu'on ne voudrait soi-même jamais faire, voilà qui est quand même bien étrange.

Qruby a écrit :

Il faudrait surtout mutualiser les réseaux au sein d'une entité nationalisée. Il n'y a strictement aucun intérêt ni pour les consommateurs, ni pour l'environnement à dédoubler les réseaux et à séparer les plages de fréquences entre les opérateurs.

Alors autant je suis d'accord sur cette idée, autant ça ne changerait quasiment rien au nombre d'antennes et fréquences utilisées. Chaque antenne et chaque bande de fréquence peut supporter un nombre limité d'utilisateurs. Si les opérateurs sont sur des bandes différentes, c'est pour pouvoir gérer chacun la part des utilisateurs qui leur revient (par exemple si la répartition était égale, 1/4 de la population sur 1/4 des antennes et 1/4 des plages de fréquences). Si demain on mutualise tout, on ne pourra pas rassembler tous les abonnés d'un endroit sur une seule antenne, ni sur la plage de fréquences d'un seul opérateur, il faudra toujours les répartir entre antennes et fréquences. Il est vrai qu'en s'épargnant la marge que chaque opérateur se garde pour ses nouveaux clients, il y aurait besoin d'un peu moins d'antennes et de fréquences. Mais pas beaucoup moins non plus. Même chose pour la partie hertzienne du réseau de distribution, qui n'a pas tant de marge que ça. Ce raisonnement serait par contre beaucoup plus rentable sur le fixe, où les réseaux de distribution ont beaucoup plus de marge disponible (et il y en a plus que 4 au passage), et sont plus difficiles à agrandir, donc beaucoup plus de potentiel d'économie en les mutualisant. Par contre ça ne diminuerait que peu le nombre d'équipement de terminaison DSL ou optique, qui dépend directement du nombre d'abonnés. C'est ce qui se passe avec la fibre et les réseaux d'initiative publique.
Édité par Inodemus le 08/04/2020 à 10:32
Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

Contrat d'itinérance = MVNO
Réseau mutualisé = déploiement d'infrastructure

Dansle cas de Free, l'opérateur bouche ses trous de couverture et ses zones blanches grâce à un réseau tiers (réseau Orange), alors que Bouygues et Sfr co-investissent ensemble.

Le 1er est un Mvno qui achète une prestation et de la bande passante, les 2ds sont des opérateurs de réseaux qui fiabilisent le réseau.

Avatar de PS12r Abonné
Avatar de PS12rPS12r- 08/04/20 à 10:39:45

Ceci.

Finalement un réseau nationalisé et planifié dans un objectif de service publique (aka. couverture de tout le territoire) et loué à des opérateurs qui se battraient sur les offres et services associés, ça serait pas si déconnant. Moins de doublons, meilleure couverture, coût matériel réduit, exposition aux ondes plus faible, consommation énergétique plus faible…

Ah ? On me dit dans l'oreillette que c'est remettre en cause le libéralisme et la sacro-sainte, intouchable et si saimne concurrence et que c'est une idée méchamment communiste. :fumer:

De même pour le développement de la fibre qui patine malgré les promesses des opérateurs et les courbettes du régulateur.

Où en serait-on aujourd'hui si le développement des réseaux d'égouts, électricité, eau courante avaient été gérés par des entreprises privées ? On aurait ces services dans les zones denses où les "clients" sont nombreux ; mais ailleurs, dans les zones blanches, qui sait ?

Avatar de bakou Abonné
Avatar de bakoubakou- 08/04/20 à 10:47:32

Si si ça revient au même. Avec le contrat d’itinérance, Free paye pour profiter des antennes d’Orange qui, de son côté, utilisé cet apport d’argent pour améliorer son infrastructure. Il faut bien que cette dernière soit capable d’absorber l’augmentation du nombre d’utilisateurs.
Donc d’un côté on a Free qui finance l’infrastructure d’Orange, de l’autre Bouygues et SFR qui partage les couts. Ce qui revient au même au final. On pourrait même dire qu’il y a actuellement deux infrastructures: Orange/Free et Bouygues/SFR

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5