Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Covid-19 : le CEPD plaide pour une application mobile paneuropéenne

« Nous ne serons pas capables de résoudre cette crise avec des outils nationaux. Plus notre réponse sera européenne, meilleurs seront les résultats ». 

Wojciech Wiewiórowski, contrôleur européen de la protection des données, milite pour une application mobile paneuropéenne destinée à assurer le suivi des personnes. L’intérêt ? Éviter un morcellement des approches alors que des États ont développé ou sont en train de développer des applications mobiles chacun dans leur coin. 

Autre avantage : une solution au niveau de l’Union permettrait d’assurer une meilleure coordination. Il pense sur ce point à l’intervention de l’Organisation mondiale de la santé. L’enjeu serait finalement de faciliter le contrôle des données et des grands principes du RGPD : légalité, transparence, proportionnalité, ou encore la minimisation.

2 commentaires
Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 07/04/20 à 15:08:36

Nous ne serons pas capables de résoudre cette crise avec des outils nationaux européens. Plus notre réponse sera européenne mondiale, meilleurs seront les résultats

Où quant ton principal argument contient une logique qui le contredit :fumer:

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 07/04/20 à 16:03:49

La logique est pourtant compréhensible : on a déjà une coordination européenne sur divers sujets, autant en profiter pour y inclure celui de l'application.
Pour la coordination mondiale, on n'en est pas encore là.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.