Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
LDLC : « pas d'impact significatif lié à l'épidémie », le rachat de Top Achat sans doute retardé

Le revendeur subit comme d'autres les foudres de la bourse ces derniers jours, faisant partie d'une industrie très liée à l'Asie et au niveau de dépense des ménages, mais aussi des entreprises, l'activité B2B ayant été fortement développée ces dernières années.

Après avoir réussi à relever l'action à 16 euros fin janvier après de multiples annonces, contre 6 euros un an plus tôt (et 37 euros en 2017), elle est revenue à 6 euros en début de semaine, avant de rebondir à 8,5 euros lors de la séance d'hier. Silencieux jusque-là, le groupe se devait de communiquer et rassurer ses actionnaires. Il déclare donc qu'il « maintiendra autant que possible ouvertes, dans le respect des mesures « barrières » préconisées, et sauf dispositions ultérieures contraires, les boutiques du Groupe LDLC ».

Si une fermeture avait tout d'abord été annoncée sur Twitter, l'évolution du décret sur les lieux pouvant tout de même ouvrir a autorisé ce lundi les revendeurs informatique. L'objectif est de « permettre notamment la distribution et la gestion des SAV de matériel informatique aux particuliers et aider les entreprises dans l’accès au matériel nécessaire au télétravail » selon LDLC. Tous ses services devraient donc rester actifs.

Le groupe dit disposer des « stocks et canaux d’approvisionnement appropriés pour satisfaire la demande, dans la mesure où cette dernière ne fait pas l’objet d’une forte et soudaine augmentation ». L'évolution des prix, elle, n'est pas évoquée. Ainsi, aucun « impact significatif lié à l'épidémie » ne serait à noter sur son activité.

Il y a tout de même une exception au tableau chatoyant que nous dresse l'entreprise : « un probable décalage dans l’acquisition en cours du fonds de commerce de Top Achat ». Elle devrait néanmoins être finalisée d'ici le 30 avril prochain, étant actuellement en attente de l'accord de l'Autorité de la concurrence.

Sur Twitter, la boutique HFR n'a pour le moment rien annoncé. Materiel.net a de son côté confirmé qu'elle continuait son activité via son site internet, les boutiques et relais colis étant par contre fermés dès lundi (sans changement depuis). Top Achat évoque aussi des relais fermés, mais un traitement des commandes qui continue. « Il faut tout de même s'attendre à des perturbations », précise le revendeur sur Twitter.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.