Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Google présente son TensorFlow Quantum, destiné aux modèles d’informatique quantique

C’est autant un nouvel élément dans le portefeuille de Google qu’un travail de recherche, car l’informatique quantique, même aujourd’hui, reste balbutiante face au potentiel pressenti.

En partenariat avec l’université de Waterloo, X et Volkswagen, l’éditeur présente TensorFlow Quantum, conçu pour prototyper rapidement des modèles pour ordinateurs quantiques, dont les machines NISQ (Noisy Intermediate-Scale Quantum), capables de stabiliser de 50 à 100 qubits, mais sur une courte période seulement.

Suffisante en tout cas pour que Google rappelle les défis que serait capable de remporter l’informatique quantique dans les prochaines années, en travaillant sur des tâches presque impossibles aujourd’hui pour l’informatique classique : simulation de processus chimiques et de catalyseurs, comportement de molécules dans leur environnement, découverte de nouveaux matériaux, etc.

La décohérence quantique – les qubits perdent rapidement leurs propriétés à cause de leur grande sensibilité à l’environnement – entraine cependant un « bruit » pouvant perturber les résultats. Les machines NISQ travaillent donc en association avec des calculateurs classiques.

Google rebondit sur la question en rappelant que son TensorFlow est déjà très efficace en environnements hétérogènes (CPU, GPU et TPU). Il se présente comme solution « naturelle » avec ses hybrid quantum-classical models.

TensorFlow Quantum, toujours open source, gère l’ensemble des structures basiques de l’informatique quantique, comme les qubits, les portes, les circuits ou encore les opérateurs de mesure. Les calculs peuvent ensuite être réalisés en simulation ou sur du véritable matériel.

2 commentaires
Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 10/03/20 à 10:52:58

L'IA quantique : réponse est dans un état indéterminé. En gros c'est une IA normande.

Avatar de j34n-r0x0r INpactien
Avatar de j34n-r0x0rj34n-r0x0r- 10/03/20 à 13:04:41

:mdr:

Quand mon prof de math écrivait le signe " = " au tableau je me demandais si en plus du théorème qu’il utilisait il n'y en avait pas un autre pour définir l’emplacement et l’espace qui se trouvait autour du signe (plus il était tendu plus c’était aléatoire).

L’étude sur la physique quantique doit enfin pouvoir répondre a cette question.

(sinon une sieste et une balade en foret, mais c’est trop abstrait surement :fumer:)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.