Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Stadia : des développeurs peu satisfaits de la rémunération proposée par Google

Depuis son lancement en novembre dernier, Stadia a bien du mal à décoller. La faute essentiellement à une bibliothèque de jeux trop peu fournie : 28 titres seulement.

Pour un service ambitionnant de devenir une référence dans le domaine du cloud gaming, le ticket d’entrée est cependant élevé, car il faut toujours s’acquitter de 129 euros pour acheter la Premiere Edition, seule disponible. Il faudra ensuite acheter les jeux à l’unité depuis le service pour pouvoir en profiter.

Business Insider a posé la question à plusieurs développeurs : pourquoi ne pas mettre leurs jeux sur Stadia ? La réponse la plus courante est directe : les conditions financières proposées par Google ne sont pas assez intéressantes. L’incitation financière, souvent marquée au lancement d’un nouveau service, serait « presque inexistante ».

Un commentaire revenant souvent, tout particulièrement chez les petits studios, ceux-là même capables de faire le succès d’une plateforme, au-delà des fameux titres AAA. Selon un développeur, la question se résume à un équilibre entre préserver sa propre direction quand les finances le permettent, ou accepter un contrat d’exclusivité par sécurité.

Si Google ne place pas assez d’argent sur la table, il y a donc un risque de ne pas amorcer la fameuse pompe permettant d’enclencher le cercle vertueux d’une boutique à succès : davantage de titres, donc davantage de clients, donc davantage d’attraction pour les développeurs.

L’un d’eux résume : « Il y a des plateformes sur lesquelles vous voulez être parce qu’elles ont une audience et que vous voulez atteindre cette audience. C’est ce qu’est Steam, ou ce qu’est la Switch ».

Autre facteur influant les décisions dans ce domaine, la longue suite de projets lancés puis abandonnés. Une inquiétude revenant souvent, selon Business Insider. « Avec Google, c’est facile de les regarder et de se dire « C’est Google ! ». Si quelqu’un peut faire fonctionner ça, ce sont eux. Mais ils ont très souvent échoué dans le passé et ont abandonné des services majeurs ».

Interrogé, Google n’a évidemment pas le même avis sur la question. Selon l’éditeur, les développeurs avec qui l’équipe est en contact « soutiennent beaucoup » Stadia. 120 titres seraient prévus, en provenance de grands studios comme EA, Bethesda, Ubisoft, 2K Games et Rockstar Games. Mais rien semble-t-il des indépendants.

19 commentaires
Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 02/03/20 à 09:51:04

C'est plus facile pour les gros studios de dédier une personne ou deux sur le sujet, et c'est plus facile pour Google de les soutenir car ils rapportent plus.

Je pense que Google s'est planté de modèle économique, celui de Nvidia est bien plus logique car non captif pour le joueur. Nvidia profite en plus de sa renommée dans le domaine du jeu vidéo, de son expérience, d'une plus grande ouverture, etc.

Bref Stadia est un bide et il y a de grandes chances pour qu'il soit abandonné dans 2 ans, le temps que Google s'en rende compte.

Avatar de anonyme_f3cfc6423586ba6bed42154d795b2b3f INpactien

« ils ont très souvent échoué dans le passé et ont abandonné des services majeurs »

198 services. Nouveau service de Google est devenu synonyme d'échec assuré.

Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 02/03/20 à 10:29:16

Ca reste une boite de vente de pub globalement, effectivement le reste de leurs services n'a pas le même succès et à part MAPS et chrome je dirais que quasi tout est issu de rachats de boites à succès non?

Édité par yvan le 02/03/2020 à 10:29
Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 02/03/20 à 10:40:37

Pour faire décoller STADIA, il "suffirait" de pouvoir y accrocher son compte STEAM... mais vu que Google veut le beurre de la plateforme mais aussi des ventes de jeux...

Le modèle de Shadow est bien je trouve. La plateforme n'est pas liée aux stores.

Avatar de Jypyx INpactien
Avatar de JypyxJypyx- 02/03/20 à 10:56:51

Il y a plein d'articles sur internet qui relèvent les performances déplorables de Stadia en plus de sa politique désastreuse (repayer un jeu plein pot juste pour cette plateforme, pas de multi cross plateforme). Je donne également pas cher de la pérennité de ce service.

 En gros ils font payer à prix d'or un service en accès anticipé...

Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 02/03/20 à 11:16:20

Witcher a écrit :

« ils ont très souvent échoué dans le passé et ont abandonné des services majeurs »

198 services. Nouveau service de Google est devenu synonyme d'échec assuré.

On va aussi bien se marrer quand ils vont se rendre compte qu'Angular est une usine à gaz mais qu'heureusement ils ont une solution à apporter avec un nouveau framework.

Avatar de TexMex Abonné
Avatar de TexMexTexMex- 02/03/20 à 12:14:55

jpaul a écrit :

On va aussi bien se marrer quand ils vont se rendre compte qu'Angular est une usine à gaz mais qu'heureusement ils ont une solution à apporter avec un nouveau framework.

Usine à gaz?? Une hérésie tu veux dire.

<mod dev>
Le principe de l'Ahead Of Time n'est pas mauvais mais la forme pue gravement. Il faut développer avec l'approche AOT de suite ou ne pas le faire et rester dans une approche classique mais se privant de la fonctionnalité.

Au moment de la sortie d'Angular 5 : Le principe est que les "template" (qui sont dans une classe) sont élevées au rang de classe au moment de la "trans-pilation avec AOT" et par conséquent elles encapsulent. Donc ta classe qui "possédait" le "template" va devoir maintenant parler à une autre classe.

 Ça pose plein de problèmes.  Ne serait que d'écrire un truc qui va ressembler à autre chose. C'est pas rien en fait. Déjà que le passage à TypeScript a du en refroidir plus d'un.
 
Réponse officielle du support de l'époque (2017) : Rendre les classes "publique"pour que le "template" le soit aussi et devienne accessible facilement. Quid du langage objet et de l'encapsulation ?
 
 C'est juste con. Voir dangereux.
 </mod dev>

 Et puis

&nbsphttps://trends.builtwith.com/framework/Angular

Depuis le temps... ça casse pas des briques.
 

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 02/03/20 à 12:23:10

ErGo_404 a écrit :

C'est plus facile pour les gros studios de dédier une personne ou deux sur le sujet, et c'est plus facile pour Google de les soutenir car ils rapportent plus.

Je pense que Google s'est planté de modèle économique, celui de Nvidia est bien plus logique car non captif pour le joueur. Nvidia profite en plus de sa renommée dans le domaine du jeu vidéo, de son expérience, d'une plus grande ouverture, etc.

Bref Stadia est un bide et il y a de grandes chances pour qu'il soit abandonné dans 2 ans, le temps que Google s'en rende compte.

Celui de NVidia permet surtout aux plateformes (battle.net, Epic, Steam....) de négocier l'accès à leur catalogue.

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 02/03/20 à 12:39:16

De toute façon le cloud gaming ça ne sera surement jamais au point entre la connexion et les systèmes d'abonnement à la con pour pouvoir jouer. Pour l'instant le seul capable de tenir à peu près la route c'est shadow et même la c'est pas la joie. Après ça serais cool aussi de pouvoir dissocier le contenu d'un jeu des préférences utilisateurs histoire de pouvoir passer rapidement d'une machine à l'autre.

Avatar de XyLiS Abonné
Avatar de XyLiSXyLiS- 02/03/20 à 13:47:22

Sur Shadow quasiment depuis le début, et actuellement je ne vois pas en quoi " c'est pas la joie ". Le service marche très bien.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2