Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
 Orange Bank : 500 000 « clients* », encore des pertes, mais « on ne renonce pas du tout »

Au 31 décembre 2019, la banque en ligne de l’opérateur revendique « 390 000 titulaires de comptes en France et au total plus de 500 000 clients dont 29 % ont un prêt à la consommation ». Un chiffre déjà donné en novembre dernier. Pour rappel, la banque revendiquait 344 000 clients en octobre 2019.

Le résultat d’exploitation est par contre toujours négatif avec -186 millions d’euros, en baisse de 9,8 %, « notamment du fait des charges liées au lancement de l’offre Orange Bank en Espagne ». L’eCAPEX (CAPEX économiques) suit la même tendance avec 28 millions d’euros fin 2019, contre 36 millions fin 2018. Le produit net bancaire est aussi en baisse de 6,3 % pour arriver à 40 millions d’euros. Orange explique qu’elle est due à « la réévaluation des portefeuilles de titres ».

Sur BFM Business, Stéphane Richard jouait ce matin les pompiers alors qu’Orange Bank avoisine les 400 millions d’euros de pertes cumulées : « on ne renonce pas du tout, c’est un projet sur 10 ans ». Le dirigeant ajoute : « La banque est un vrai succès aujourd’hui avec 500 000 clients en deux ans, regardez ce qu’on fait les banques digitales qui se sont lancées depuis 15 ans : aucune n’a fait ce chiffre ».

N26 revendique pourtant plus d’un million de clients en France depuis plusieurs mois déjà (elle s’est lancé dans l’Hexagone il y a quatre ans), Revolut est à 8 millions de clients dans le monde (lancée en juillet 2015). Ce, sans se baser au départ sur le rachat d'un acteur tel que Groupama Banque.

17 commentaires
Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 13/02/20 à 09:32:39

jamais compris pourquoi Orange s'est lancé là dedans... :reflechis::mdr:

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 13/02/20 à 09:39:21

C'est dans la news..."banques digitales"
Orange cherche donc à nous....bref. :D

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 13/02/20 à 09:41:04

dylem29 a écrit :

C'est dans la news..."banques digitales"
Orange cherche donc à nous....bref. :D

oui pas faux :transpi:

Avatar de Dj Abonné
Avatar de DjDj- 13/02/20 à 09:56:28

Donner du boulot au personnel dans les boutiques, diversifier ses revenus, utiliser son image de marque pour rassurer le client (N26 et Revolut ne sont pas aussi connu qu'Orange)

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 13/02/20 à 10:16:28

en fait je pense que c'est une idée de m:censored:, comme la poste devenue banque, assurance, opérateur mobile :reflechis::francais:

Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

Je dirais que Orange est un distributeur de services numériques... comme Google, Amazon, LaPoste, etc. La banque de détail devient de plus en plus un service numérique comme un autre (en tout cas les services bancaires courants se font par internet). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les banques ferment leurs agences bancaires et transforment celles qui restent en espaces à automates.

Et en parlant d'automates, les buralistes vendent aussi des abonnements Free grâce à un automate, ils vendent de la banque avec Nickel entre autres choses. On appelle ça du commerce de proximité, et il paraît que c'est l'avenir du commerce de détail (les entrepôts de vente type hypermarché, ça s'essouffle actuellement).

Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 13/02/20 à 10:41:45

Un vrai succès à la française ! :fr:

Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

Un jour, les bureaux de poste de LaPoste vendront de l'alimentaire... comme Amazon Go ou les enseignes Casino Franprix Monop' (qui font également snack ou vendeurs de journaux). J'en ai une forte intuition.

Édité par joma74fr le 13/02/2020 à 10:42
Avatar de spidermoon Abonné
Avatar de spidermoonspidermoon- 13/02/20 à 11:51:47

J'ai Orange Bank, et cela fonctionne très bien comme portefeuille numérique. J'ai mon compte principal pour le salaire et les prélèvements mensuel, et Orange Bank que j'alimente tous les mois pour les dépenses courantes Voir son solde diminuer en temps réel à chaque achat est un bon moyen d'éviter les dépenses superflues et de faire des économies. J'ai aussi quelques sous sur le livret Orange Bank, ça rapporte autant qu'un livret A, mais en cas de besoin, c'est une réserve de trésorerie.
Le tout pour 0€ par mois, à condition de faire au moins 3 achat dans le mois. Pas étonnant qu'Orange Bank ait des pertes, surtout avec les offres de parrainage.

Avatar de janiko Abonné
Avatar de janikojaniko- 13/02/20 à 12:58:45

Je ne vois toujours pas comment une entreprise sans revenus peut survivre. Or le modèle économique de la plupart des startup est le même que lors de la bulle internet des années 2000 : d'abord conquérir les clients, puis rentabiliser (en faisant payer ce qui était gratuit jusque là). On connaît le résultat. Où ira un client quand Orange Bank cherchera enfin à faire du PNB (produit net bancaire) ? Aujourd'hui, ce PNB (= chiffre d'affaire) est à peine 1/5e de leur perte annuelle, et il est en baisse malgré l'augmentation du nombre de clients. Si ça n'était pas une "startup", adossée à un grand groupe, la boîte aurait fermé depuis longtemps.

Y a donc personne qui regarde la réalité économique des startups et autres fintechs ? Combien de milliards vont s'envoler encore, au lieu de les investir dans des entreprises productives et un chouia plus rentables ? Une entreprise rentable n'est pas qu'une entreprise qui gagne de l'argent, c'est aussi souvent une entreprise qui peut garantir l'emploi de ses salariés...

:fumer:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2