Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Les notifications de violations de données personnelles à la CNIL ont progressé de 25%

D'après le baromètre « Data Breach » Fic-Bessé-PWC, sur la base de données ouvertes de la CNIL, 812 536 personnes étaient concernées par les violations notifiées au premier semestre 2019, au titre du RGPD.

54 % étaient dues à de la malveillance (dont 70 % du piratage, et 15 % du vol physique), 26 % étaient accidentelles, comme par exemple l'envoi par erreur d'un fichier de tableur contenant des données clients, et 20 % « autre » ou « inconnues ».

10,4 % des données concernées par les notifications étaient des données « sensibles » (vie et orientation sexuelles, données biométriques, convictions religieuses ou philosophiques, appartenance à un syndicat, origines ethniques...).

Mais « ce n'est que la partie visible de l'iceberg », et ce nombre d'incidents « est sans doute largement inférieur à la réalité », a indiqué à l'AFP Guillaume Tissier, directeur général de Compagnie européenne d'intelligence stratégique (CEIS) qui organise le Forum international de la cybersécurité (FIC).

Non seulement parce qu'il y a encore « pas mal d'entreprises » qui ne notifient pas les violations dont elles sont victimes, jugeant que les personnes concernées (clients, salariés, etc...), sont peu affectées. Mais également parce que d'autres ignorent encore que c'est à elles de notifier une violation de données dont elles ont la charge, même si c'est un sous-traitant qui est à l'origine de celles-ci, a-t-il expliqué. 

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.