Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
L’UFC-Que Choisir attaque LastMinute pour pratiques commerciales trompeuses et agressives

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé hier avoir saisi le tribunal de grande instance de Paris de « procédés pernicieux utilisés par Lastminute pour vendre sur son site des assurances voyages à l’insu de ses clients ».

Des pratiques que l’organisation présidée par Alain Bazot décrit ainsi :

« Depuis quelques mois, alors que les consommateurs ne choisissent pas initialement d’assurance, le voyagiste fait apparaître, après la validation du moyen de paiement, une fenêtre pop-up qui détourne l’attention des consommateurs et leur fait souscrire l’assurance la plus chère sans s’en rendre compte.

Alors que le site lastminute.com est configuré pour pousser le consommateur à acheter et finaliser le plus vite possible son achat, cette fenêtre pop-up reprend les mêmes codes graphiques qu’un pop-up qui demanderait au consommateur de confirmer son paiement pour profiter des réflexes inconscients des internautes et ainsi leur vendre l’assurance qu’ils ont pourtant refusée quelques clics plus tôt. »

L’UFC-Que Choisir estime que ce « piège marketing » est contraire au principe du « double-clic », qui « impose que l’internaute puisse vérifier une dernière fois sa commande et son prix avant de procéder à l’achat ». LastMinute se voit ainsi poursuivi pour pratiques commerciales « illicites, agressives et trompeuses ».

Des infractions passibles de peines pouvant atteindre deux ans de prison et 300 000 euros d’amende. Le montant peut même être porté à 10 % du chiffre d’affaires moyen annuel, en fonction des avantages tirés du manquement. Or dans ce dossier, l’UFC-Que Choisir estime que ces pratiques rapportent « plusieurs millions d’euros par an à LastMinute ».

La décision du tribunal n’ayant pas vocation à être rendue « avant plusieurs mois du fait des délais judiciaires », l’association de consommateurs invite pour l’heure les internautes « à la plus grande prudence et vigilance s’ils devaient utiliser ce site ».

10 commentaires
Avatar de Coeur2canard Abonné
Avatar de Coeur2canardCoeur2canard- 28/01/20 à 10:22:21

Y a pas que lastminute tous les opodo et les trucs comme ça c'est un scandale ces services pourris. C'est plus de la pratique commerciale agressive c'est du foutage de gueule en bonne et due forme. 

Avatar de Jossy Abonné
Avatar de JossyJossy- 28/01/20 à 11:33:54

Moi ce qui m'énerve ce sont les pubs après la commande pour une espèce de cashback arnaque qui cache un abonnement à quelque chose comme 20€/mois. Du genre "Faites-vous rembourser 15€ sur votre commande d'aujourd'hui". On trouve ce service sur oui.sncf, carrefour.fr et d'autres, c'est bien mis en valeur, ça ne laisse guère de doute c'est un "service tiers" avec complicité du vendeur. 

Avatar de user_6677 INpactien
Avatar de user_6677user_6677- 28/01/20 à 13:36:48

+1 Jossy,
ce qui m'etonne aussi a chaque fois c'est qu'il faille qu'une asso de protection du consommateur s'en charge. Ce genre d'initiative ne pourrait-il jamais venir du ministere public?

Avatar de fabcool Abonné
Avatar de fabcoolfabcool- 28/01/20 à 14:34:54

C'est toujours la mmême lacune en France : il y a rien jamais rien pour contrôler.

Avatar de Nerg34 Abonné
Avatar de Nerg34Nerg34- 28/01/20 à 16:37:30

Contrôler ça coûte de l'argent. En cas de restriction budgétaire comme ces 10 dernière années, il est évident que le service de "contrôle" saute en premier.

Et oui, le service public ça a un coût.

Avatar de ilink Abonné
Avatar de ilinkilink- 28/01/20 à 18:24:30

Ce genre de pratique nuit à l’image a moyen terme. Comme pour les cashbacks rappelés ci dessus.. Amazon ne le fait pas..

C’est symptomatique d’une absence de culture de service.. un peu comme une chaîne de magasin qui forçait la vente d’une assurance hyper chère sous couvert d’un remboursement

Avatar de tipaul Abonné
Avatar de tipaultipaul- 28/01/20 à 18:54:02

la dernière fois que j'ai commandé sur opodo, certes l'assurance était vivement encouragée, ptet même cochée par défaut, mais c'était AVANT que tu mettes ton N° de CB. Là, si j'ai bien compris, c'est APRES. Et la formulation est telle que tu peux croire que cliquer sur "annuler" annule toute ta commande.
Et du coup, c'est à cause de ce "après" que l'UFC-QC lance une poursuite, c'est pas légal (Les propositions avant paiement c'est pas moral, mais c'est légal [1])

[1] le 1er qui trouve un double sens à cette phrase est prié de sortir immédiatement :D

Avatar de Damarama INpactien
Avatar de DamaramaDamarama- 29/01/20 à 01:44:11
Édité par David_L le 29/01/2020 à 05:38
Avatar de Coeur2canard Abonné
Avatar de Coeur2canardCoeur2canard- 29/01/20 à 08:14:22

Certes! Je ne dis pas que Opodo est dans l'illégalité, mais que leurs pratiques commerciales sont tout aussi dégueu (et c'est pareil pour les autres en général). 
Dernière commande chez Opodo, je prends mon billet, je suis à l'étape de paiement (tout ça me prend genre 1min), je rentre mon numéro de CB et je clique sur "Payer". Mà j'au une popup qui apparaît et me dit "oups le prix du billet a varié depuis que vous avez commencé l'opération" et une joli +30 euros tout rond. Et bien sûr un énorme bouton pour continuer.

Ben j'ai pas continué en mode ragequit. Et 5min après je reçois un mail (ben oui parce que j'avais tout rempli avant d'arriver au paiement) d'Opodo en mode "Oh votre billet est revenu au prix initial". 

Quelle blague! 

Avatar de BurritoBob Abonné
Avatar de BurritoBobBurritoBob- 29/01/20 à 13:26:19

Le site de Ryanair a longtemps été une démo de tout ce qui pouvait se faire de pire dans le domaine. Avec des boutons opt-out cachés dans des éléments de l'interface, l'enfer. Le genre de site qui demande d'être super concentré et patient.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.