Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Science ouverte : le CNRS appelle à une « révolution nécessaire »

Fin novembre, le Centre national pour la recherche scientifique dévoilait son plan pour arriver à 100 % de publications en libre accès. Dans son Journal, le CNRS revient en détail sur cet épineux – et très coûteux – problème.

« Accéder à la connaissance peut coûter cher... même lorsque celle-ci est produite grâce à des financements publics. Afin de contrer le monopole imposé par certains éditeurs spécialisés, acteurs de la recherche et pouvoirs publics travaillent ensemble pour rendre accessible à tous, gratuitement, l’intégralité des publications scientifiques ».

Dans un long article, le CNRS aborde cette question sous plusieurs angles, avec notamment un historique de la science ouverte, l’évaluation des chercheurs et HAL (Hyper articles en ligne).

20 commentaires
Avatar de Guillaume_LG Abonné
Avatar de Guillaume_LGGuillaume_LG- 09/01/20 à 09:15:33

Science ouverte mais quand même "inégalitaire" et ultra compétitive qui favorise justement de garder ces données pour soi et la publication dans des revues déténues justement par ces "certains éditeurs" qui est une condition pour avoir un poste au CNRS... Un peu schyzo le Petit, non ?

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 09/01/20 à 09:26:33

Là on parle d'articles scientifiques financés par les États, mais disponible que de façon payantes par des  entreprises privées...

Avatar de Guillaume_LG Abonné
Avatar de Guillaume_LGGuillaume_LG- 09/01/20 à 09:30:40

Payante deux fois qui plus est, une fois pour publier, une fois pour y accéder. Mais pourtant, quasi aucune chance d'avoir un poste au CNRS si tu ne publies pas dans ces revues à haut facteur d'impact. Donc c'est bien de réagir (enfin) à ce système de publications fermées et discriminatoires, mais il s'agirait aussi de se remettre en question...

Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 09/01/20 à 09:30:51

On peut espérer que ça change alors ?

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 09/01/20 à 09:31:49

Il faut bien commencer quelques part non?

Avatar de flan_ Abonné
Avatar de flan_flan_- 09/01/20 à 09:50:26

Guillaume_LG a écrit :

Payante deux fois qui plus est, une fois pour publier, une fois pour y accéder. Mais pourtant, quasi aucune chance d'avoir un poste au CNRS si tu ne publies pas dans ces revues à haut facteur d'impact. Donc c'est bien de réagir (enfin) à ce système de publications fermées et discriminatoires, mais il s'agirait aussi de se remettre en question...

Ce sont deux problèmes disjoints, même s'ils sont réels.

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 09/01/20 à 10:45:57

Au contraire, c'est un seul et même problème.
 
Il suffit de lire les recommandations officielles du CNRS lors des évaluations HCERES des labos (anciennement AERES) pour voir les très nombreuses incitations du CNRS (et des autres tutelles) à viser certains type de publication (cad. chez les éditeurs habituels).

Les récentes campagnes de recrutement du CNRS, que ce soit pour les poste chercheur ou même post-doctorant font la part belle à ces mêmes revues.

Publier dans HAL c'est bien vu mais ne sert malheureusement à rien pour une évaluation (personnelle ou de votre établissement).

 

Et à côté de ça, le CNRS demande de publier dans des revues "libre accès".
Le diable se cache dans les détails :
 
Les éditeurs proposent depuis peut des formules "gold open access" pour leurs grandes revues.
Il s'agit d'une formule payante (des prix doublés voir triplés comparé à la formule classique, soit une médiane de 2000€ l'article...).
En contrepartie l'article est en libre accès. Le problème des droits d'auteur reste en revanche entier. Bref ce n'est pas vraiment du libre accès.

 

On a donc le choix entre :

  • Publier dans les revues classiques et mettre à disposition (illégalement) nos articles sur HAL
  • Publier dans les revues classiques version "gold open access" et mettre à disposition (légalement ou illégalement selon les cas) nos articles sur HAL

Combiné aux gros problèmes budgetaires des labos (tous n'ont pas la chance d'avoir des thématiques "porteuses" pour l'industrie...), je vous laisse deviner le choix qu'il reste aux chercheurs.
Si tant est qu'il s'agisse d'un choix car personnellement je ne vois pas la différence entre "engraisser les éditeurs" et "engraisser plus les éditeurs".

Alors ce que comprend du message du CNRS c'est :

  • Un majeur levé dans le ciel
  • Une campagne de com cherchant à montrer que des mesures sont prises alors qu'on cache la misère sous le tapis

Ps :
Une étude sur le coût de "l'open access gold", disponible sur HAL :
https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01391504/document

Édité par Norde le 09/01/2020 à 10:47
Avatar de darkjack Abonné
Avatar de darkjackdarkjack- 09/01/20 à 10:46:03

Salut,
Pareil pour les organismes qui donnent les subventions. Il va falloir qu'ils arrêtent de juger les équipes en terme de Nature ou Science...

Avatar de tipaul Abonné
Avatar de tipaultipaul- 09/01/20 à 10:49:29

Mes 2cts: je travaille dans le monde des bibliothèques, premier concerné par ces problématiques de coût d'abonnement.
Je dois dire que la société Elsevier m'impressionne : c'est la seule qui fait une totale unanimité contre elle. Je n'ai JAMAIS entendu quelqu'un en dire du bien. Je vous épargne les termes généralement employés, franchement, le patron d'Amazon, Oracle ou Microsoft passent pour de gentils mignons sympathiques bisounours à côté !

Avatar de Macarie Abonné
Avatar de MacarieMacarie- 09/01/20 à 16:07:28

darkjack a écrit :

Salut,
Pareil pour les organismes qui donnent les subventions. Il va falloir qu'ils arrêtent de juger les équipes en terme de Nature ou Science...

oui ou tu pourrais avec l'équivalent a nature et science mais en libre accès, car ils sont connu pour la qualité de leur vérifications (donc rien empêche X de devenir le nature et le science du libre accès).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2