Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
L'Autriche interdit le cheval de troie de l'État et la surveillance des véhiculesCrédits : maxkabakov/iStock

La Cour constitutionnelle autrichienne a invalidé la loi de surveillance, qui autorise l'utilisation de logiciels espion pour parvenir à lire des messages avant qu'ils ne soient chiffrés et l'enregistrement sans discernement de plaques d'immatriculation de véhicules.

D’après about:intel (think tank créé pour débattre des questions technologiques liées aux services de renseignement), la Cour a estimé que ces projets violaient le droit fondamental au respect de la vie privée (article 8 de la CEDH), le droit fondamental à la protection des données (article 1 de la loi autrichienne sur la protection des données) et le droit constitutionnel qui interdit les fouilles abusives (article 9 de la déclaration autrichienne des droits – "Staatsgrundgesetz").

Ce jugement intervient après que la légalisation des logiciels espions gouvernementaux en Autriche a été empêchée à deux reprises déjà. En 2016, un projet de loi avait été retiré par le ministre de la Justice après de vives critiques de la société civile, d'experts techniques et d'universitaires. En 2017 après un nombre record de réponses à des consultations menées par des particuliers et des institutions de premier plan, comme la Chambre économique, la Cour suprême de justice et le Conseil de protection des données. 

La Cour a souligné l'énorme différence entre l'écoute électronique traditionnelle et un logiciel espion, qui permet d'obtenir un aperçu bien plus vaste sur les pensées, préférences, opinions et les dispositions d'une personne.

L'autre disposition contestée rendait la conservation obligatoire des données relatives aux mouvements de voitures dans les rues autrichiennes dans une base de données centralisée au ministère de l'intérieur via la reconnaissance des plaques d'immatriculation, des types de voitures et des photos des conducteurs. Un type similaire de surveillance de masse des métadonnées de télécommunications avait déjà été supprimé en 2014.

11 commentaires
Avatar de Arkeen Abonné
Avatar de ArkeenArkeen- 20/12/19 à 09:35:15

Ah quand même. Je pensais que la France et Le Royaume-Uni étaient en tête en terme de BigBrotherisation européenne, mais il y a de la concurrence on dirait ..

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 20/12/19 à 09:46:36

nan t'inquiète : c'est général :craint:

Avatar de sinbad21 INpactien
Avatar de sinbad21sinbad21- 20/12/19 à 09:57:03

L'outil crée la fonction.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 20/12/19 à 18:14:23

L'Autriche, c'était la patrie d'Hitler.
La France, c'est le pays des droits de l'homme.

Je dis ça, je dis rien... :fumer:

Avatar de hansi Abonné
Avatar de hansihansi- 22/12/19 à 13:26:19

Mais mes p'tits bichous, ils connaissent pas ecall - la puce 3G obligatoire intégrée dans les véhicules ?
Il n'y a pas besoin de relever les plaques, juste d'activer le dispositif à distance pour pister nos déplacements, et accessoirement écouter et voir l'habitacle si la voiture est équipée en micro/caméra, ce qui est de plus en plus courant...
C'est bien cela la construction européenne pour laquelle  99% des suffrages français exprimés ont voté en 2017 au 1er tour : une dictature qui ne dit pas son nom !

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 22/12/19 à 19:22:28

hansi a écrit :

Mais mes p'tits bichous, ils connaissent pas ecall - la puce 3G obligatoire intégrée dans les véhicules ?
Il n'y a pas besoin de relever les plaques, juste d'activer le dispositif à distance pour pister nos déplacements, et accessoirement écouter et voir l'habitacle si la voiture est équipée en micro/caméra, ce qui est de plus en plus courant...
C'est bien cela la construction européenne pour laquelle  99% des suffrages français exprimés ont voté en 2017 au 1er tour : une dictature qui ne dit pas son nom !

Un coup de pince coupante, et hop. :yes:

Avatar de lateo INpactien
Avatar de lateolateo- 23/12/19 à 21:48:48

Trop fastoche : si le machin n'est pas opérationnel, pas de contrôle technique.

Ne resteront donc que de rares têtus à faire de la résistance, l'usure se chargeant des récalcitrants lambda (la majorité n'en ayant de toute façon rien à secouer / ne voulant pas savoir).

Ta p'tite pince ne changera rien à ce projet de civilisation / mille neuf cent quatre-vingt-quatrisation de nos sociétés.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 24/12/19 à 16:28:15

lateo a écrit :

Ta p'tite pince ne changera rien à ce projet de civilisation / mille neuf cent quatre-vingt-quatrisation de nos sociétés.

Ma petite pince sera efficace pour moi. Les autres, ils feront bien comme ils voudront, c'est pas mon problème.:chinois:

Avatar de gavroche69 Abonné
Avatar de gavroche69gavroche69- 25/12/19 à 08:27:03

Tu noteras quand même que cela se fait majoritairement avec l'entier consentement de beaucoup de gens. Il suffit de voir le succès grandissant des objets connectés.

D'autre part, l'arrivée des véhicules autonomes souhaitée par tant de monde sera aussi un excellent moyen de fliquer les gens .

Alors oui, on peut y voir une " mille neuf cent quatre-vingt-quatrisation de nos sociétés." mais c'est plus volontaire de la part des utilisateurs qui en veulent toujours plus que réellement imposé.

Avatar de gavroche69 Abonné
Avatar de gavroche69gavroche69- 25/12/19 à 08:55:46

Je rajoute une phrase de Coluche :

"Il suffirait que les gens n'en achètent pas pour que ça ne se vende plus"... :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2