Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
CJUE : une vidéosurveillance dans un immeuble peut se passer du consentement d’un propriétaireCrédits : maxkabakov/iStock

Le propriétaire d’un appartement a attaqué en justice la mise en place de trois caméras de vidéosurveillances installées dans les parties communes de l’immeuble.

Cette installation fait suite à plusieurs cas de vandalisme. Elle a été décidée par l’association des copropriétaires.  Ce propriétaire s’y était opposée, avançant une violation de sa vie privée. 

La Cour de justice de l’Union européenne a estimé qu’un tel traitement automatisé de données peut répondre à la directive de 95, en vigueur au moment des faits, eux-mêmes antérieurs au RGPD. 

Et ce traitement peut être justifié au titre « des intérêts légitimes » qui consistent « à assurer la garde et la protection des personnes et des biens, sans le consentement des personnes concernées ».

Encore doit-il répondre aux conditions posées par cette directive, en particulier celui de nécessité, et implicitement celui de minimisation des données.

« La condition tenant à la nécessité du traitement implique que le responsable du traitement doit examiner, par exemple, s’il est suffisant que la vidéosurveillance ne fonctionne que la nuit ou en dehors des heures de travail normales et bloquer ou rendre floues les images prises dans des zones où la surveillance n’est pas nécessaire ».

La CJUE demande aux juridictions nationales d’opérer une mise en balance et une analyse au cas par cas.

12 commentaires
Avatar de anonyme_f3cfc6423586ba6bed42154d795b2b3f INpactien

Sans aucun doute ce propriétaire ne voulait pas que soit enregistré toutes les péripatéticiennes qu'il fait venir chez lui.

Avatar de Jossy Abonné
Avatar de JossyJossy- 13/12/19 à 12:12:03

Bon bah maintenant ils ont le suspect n°1 des vandalismes :transpi:
(suspect n'est pas coupable, je vous vois venir !) 

Édité par Jossy le 13/12/2019 à 12:12
Avatar de CoooolRaoul INpactien
Avatar de CoooolRaoulCoooolRaoul- 13/12/19 à 13:04:17

"décidée par l’association des copropriétaires"
Au delà du fond, la forme le surprend un peu.
Une simple association est donc en droit d'imposer l'installation de ce type de système sans qu'il y ait besoin d'un vote majoritaire à l'AG des propriétaires?
Ma mère est actuellement confrontée à ce même type de passage en force, elle a même déjà reçu l'appel de fonds pour les dépenses que ça entraîne et, dans son cas aussi, pas de vote. J'avoue être un peu étonné.

Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 13/12/19 à 13:10:26

Une association de co-propriété à le droit de dépenser un certain montant (déterminé en AG) librement.

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 13/12/19 à 13:16:22

Je ne comprends pas "l'association des copropriétaires". Ca a été proposé et voté en AG, ou bien c'est juste un groupe de proprio qui ont fait ce qu'ils voulaient ?

Sinon je note que « les intérêts légitimes » du respect à la vie privée passent une nouvelle fois après les autres...

Édité par Jarodd le 13/12/2019 à 13:16
Avatar de KaraMan Abonné
Avatar de KaraManKaraMan- 13/12/19 à 13:39:36

Difficile de comparer la législation en matière de copropriété en Roumanie et en France, pour le coup. Peut-être qu'il y a certaines actions qui demandent l'unanimité des propriétaires, la majorité des présents à l'assemblée, la majorité de l'ensemble des propriétaires, la majorité des 2/3... On ne sait d'ailleurs pas si l'association en question correspond à nos syndics de copropriété ou à nos conseils syndicaux.

Même en France, en fonction des points votés, les règles ne seront pas les mêmes...

Avatar de vampire7 INpactien
Avatar de vampire7vampire7- 13/12/19 à 13:40:27

Que ce soit voté ou pas ne change rien au fait qu'il s'agit d'une atteinte à la vie privée.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 13/12/19 à 16:35:36

Oui, ce serait bien de pouvoir lire ces détails.

Édité par Idiogène le 13/12/2019 à 16:35
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 13/12/19 à 20:30:59

Tout ce tapage alors qu'une simple paire de pinces ou un bon gros marteau peut rapidement régler ce litige. :fumer:

Édité par Ricard le 13/12/2019 à 20:31
Avatar de lptr INpactien
Avatar de lptrlptr- 13/12/19 à 21:53:32

Bravo pour avoir lu jusqu'au bout : ça m'avait échappé que le cas cité est en Roumanie (apparemment je ne suis pas le seul, et le rédacteur a oublié d'introduire correctement son sujet).
Évidemment difficile de comparer. Potentiellement en France ce genre de décision touchant à la circulation dans les parties communes, donc aux accès, va demander une double majorité (majorité absolue du nb de copropriétaires et 2/3 des voix).
Ceci pour les plus sensibles au risque de Big Brother Je vous rassure, ce genre de truc est un gouffre à pognon inutile : en cas d'exactions constatées il faut que la copro porte plainte, puis aille devant le juge pour demander l'exploitation des enregistrements vidéo (si le juge peut se prononcer avant la fin du délai légal de conservation des enregistrements). Et ensuite ? Ben si vous avez recruté une équipe du FBI pour analyser tout ça vous arriverez peut-être à qqch. Sérieusement s'il n'y a pas un crime majeur derrière tout ça vous enregistrements vous pourrez vous asseoir dessus.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2