Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
L’interopérabilité s’invite à nouveau dans la proposition de loi contre la Cyberhaine

Christophe-André Frassa, sénateur LR, rapporteur de la « PPL » Avia, a déposé un amendement pour que le CSA « encourage » les opérateurs de plateforme à l’interopérabilité.

Adopté, ils seraient incités « à mettre en oeuvre des standards techniques communs d’interopérabilité entre services de communication au public en ligne, conformes à l’état de l’art, documentés et stables, afin de favoriser le libre choix des utilisateurs entre différentes plateformes. »

Le parlementaire, qui s’appuie sur une recommandation de la commission d’enquête du Sénat sur la souveraineté numérique, estime que « l’interopérabilité permettrait aux victimes de haine de se “réfugier” sur d’autres plateformes avec des politiques de modération différentes, tout en pouvant continuer à échanger avec les contacts qu’elles avaient noués jusqu’ici ».

La députée Laetitia Avia (LREM) s’était opposée en séance à un tel projet. « Cela revient à dire à une femme que, si elle est victime de sexisme en passant dans tel quartier, elle devrait passer par une autre rue. (…) On ne dit pas à une victime de changer de lieu : c’est le lieu qui doit changer ».

8 commentaires
Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 11/12/19 à 09:52:07

Qu'a la fin tu va prendre plus cher avec 10 mots sur twitter qu'en bastonnant des gens au pif dans la rue.

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 11/12/19 à 10:14:34

L'interopérabilité est une bonne idée, mais les exemples choisis sont catastrophiques et la justification du refus basée sur ces exemples est encore pire.

Mais comment cette député peut être en charge d'un tel sujet dont elle ne comprend même pas le centième des conséquences que cela implique??

Une loi ratée de plus, une occasion de plus pour la macronie de se taire...

Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 11/12/19 à 10:39:24

C'est déjà le cas si tu es policier :francais:

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 11/12/19 à 11:05:57

Cela revient à dire à une femme que, si elle est victime de sexisme en passant dans tel quartier, elle devrait passer par une autre rue. (…) On ne dit pas à une victime de changer de lieu : c’est le lieu qui doit changer ».

Faux débat : si j'ai besoin d'accéder pour X raison que je n'ai pas à justifier auprès de quiconque à un concurrent de X site web je dois :

  1. bénéficier d'une libre concurrence entre les acteurs du web
  2. avoir un accès à internet non filtré, censuré ou partial (coucou l'intérieur)
  3. avoir une interopérabilité technique équivalente à la téléphonie mobile

Enfin l'espace public est, en France, un ensemble de lieux d’intérêt collectif partagé à égalité entre tous les agents.
Un site web est une interface accessible au public en ligne. Non un espace recevant du public.
Maintenant, si il n'existe pas de réglementation d'accessibilité au public en ligne des services web, alors c'est que la définition de la liberté d'expression générale produira nécessairement un débat sur la qualité de la pensée unique proposée... aussi, bon courage. :non:

Avatar de Jossy Abonné
Avatar de JossyJossy- 11/12/19 à 11:49:18

L'exemple choisi est vraiment débile... Je poursuis le scénario : La victime se "réfugie" sur une autre plateforme tout en pouvant gentiment discuter avec ses contacts d'une autre plateforme grâce à l'intéropérabilité, rien n'empêche donc les harceleurs et autres gros méchants pas beaux de communiquer avec elle depuis la 1ère plateforme grâce à l’interopérabilité justement :roll:

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 11/12/19 à 12:29:11

Ce n'est pas une question d'empêchement, de limite, ou de règles... ce sont les plateformes ayant recours à l'IA qui fabriquent un état de nature humaine peu désirable car non désirée par ses concepteurs mêmes...
En gros, ce sont les algorithmes de tri qui, en étant opaque à ses concepteurs (ils ne savent pas dire ce que fait la machine dans le détail), produit une surreprésentation du racimse et du harclèlimse etc. Après, le politique bien avisé, dira : "incitation à" sur le fondement de la loi de 1881...
Certes...

Édité par Idiogène le 11/12/2019 à 12:30
Avatar de Palourde Yourself INpactien
Avatar de Palourde YourselfPalourde Yourself- 11/12/19 à 13:23:00

HS: Même pas une petite brève à propos dehttps://onestla.tech/ ?

Avatar de Valeryan_24 Abonné
Avatar de Valeryan_24Valeryan_24- 11/12/19 à 18:48:00

À propos d'interopérabilité et décentralisation, il y a cette news sur Twitter :

https://twitter.com/jack/status/1204766078468911106

En gros, Twitter va financer des recherches pour un standard libre des médias sociaux, et souhaite ensuite le rejoindre.

Bientôt on pourra suivre les tweets dans Mastodon ? :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.