Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
CAPES d’informatique : un nombre de postes qui déçoit

« Le compte n'y est pas », déplore l’association EPI « Enseigner l’informatique », au travers d’un communiqué. Si le ministère de l’Éducation nationale a bien engagé les travaux nécessaires à la création, dès l’année prochaine, d’un CAPES « Numérique et sciences informatiques », le nombre de postes offerts au concours suscite la déception.

« Ainsi, au JO du 29 novembre 2019 a été publié le nombre de postes ouverts au CAPES « Numérique et Sciences Informatiques » (NSI) – Session 2020 : CAPES externe, 30 postes (public) et 10 postes (privé). Pour le 3e concours : 7 postes (public) et 7 postes (privé). »

« Bien peu de postes pour une science omniprésente au XXIe siècle et un déséquilibre public-privé qui ne correspond pas aux effectifs d'élèves, au bénéfice de l'enseignement privé et au détriment de l'enseignement public, commente l’association. Nous ne sommes pas à la hauteur des enjeux pour le pays. »

24 commentaires
Avatar de johanns INpactien
Avatar de johannsjohanns- 10/12/19 à 10:05:27

Sur le papier l'idée est tout à fait louable. Maintenant ça reste extrêmement difficile à mettre en place, c'est une science qui évolue tellement vite, il faudrait ensuite permettre une formation continue des profs pour suivre les nouvelles technos

Avatar de brice.wernet Abonné
Avatar de brice.wernetbrice.wernet- 10/12/19 à 10:30:53

johanns a écrit :

c'est une science qui évolue tellement vite 

Les bases n'ont pas changé depuis longtemps. En tout cas, la base de la base n'a jamais changé. Depuis les années 70, on a très peu inventé en informatique, on applique surtout ce qui a été décrit il y a longtemps, quand on ne pouvait pas l'implémenter à une échelle correcte.
 
 Les outils évoluent peut-être, et encore, actuellement énormément d'outils sont matures, pérennes et stables. Pour apprendre l formule somme() ou moyenne() en excel, ben c'était la même dans calcomat sur les PC1512...

Le problème, c'est quelle pédagogie appliquer et quelle courbe d'apprentissage.

Avatar de SirGallahad INpactien
Avatar de SirGallahadSirGallahad- 10/12/19 à 10:47:57

Je ne suis pas d'accord du tout !
Certes le hardware stagne. Par contre niveau software, il y a des évolutions.
 
Quand je vois que la majorité des collègues que j'ai eu on peur de la programmation orienté objet, je pense qu'on peu dire que la formation en France n'est pas encore top a tous les niveaux.

Avatar de Mathayus Abonné
Avatar de MathayusMathayus- 10/12/19 à 10:53:15

Moi qui voulait me lancer dans la formation avec ce Capes... j'ai laissé tomber vu le peu chance de pouvoir y aller...

Avatar de Sputnik93 Abonné
Avatar de Sputnik93Sputnik93- 10/12/19 à 11:20:22

ça dépend de ce qu'on met dans le contenu de l'enseignement (j'ai pas regardé donc je sais pas trop ce qu'il y a dedans). Effectivement, s'il s'agit de former des développeurs, ça évolue très vite. Idem s'il s'agit de se conformer aux évolutions du marché du travail côté admins/Ops (là apparemment c'est le hashtag #DevSecOps qui est à la mode, plus les technos d'orhestration genre K8s et les "gadgets" du style Ansible), mais est-ce vraiment le rôle de l'Education Nationale ?
Par contre s'il s'agit d'enseigner un contenu théorique sur ce qu'est la science informatique, les fondamentaux évoluent beaucoup moins vite, et je rejoins assez l'avis de brice.wernet
Et pour le coup, je serais plutôt partisan d'un savoir qui se concentre sur des notions fondamentales et génériques, le rôle de l'EN n'est pas, selon moi, de former à la chaîne des devs "clés en main" adpatés aux dernières tendances du marché du travail.

Edit: remarque, même sur le développement, les fondamentaux n'évoluent peut-être pas si vite. J'ai un très bon ami développeur qui a fait la fac, et ses cours abordaient énormément les notions fondamentales de la programmation informatique, comme les fonctions mathématiques sous-jacentes aux fonctions de telle ou telle fonction du langage X ou Y, etc.

Édité par Sputnik93 le 10/12/2019 à 11:23
Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 10/12/19 à 11:26:17

SirGallahad a écrit :

Je ne suis pas d'accord du tout ! Certes le hardware stagne. Par contre niveau software, il y a des évolutions. Quand je vois que la majorité des collègues que j'ai eu on peur de la programmation orienté objet, je pense qu'on peu dire que la formation en France n'est pas encore top a tous les niveaux.

Peut être que mon cas n'est pas classique car je me suis auto formé mais la programmation orienté objet est la depuis au moins 15 ans sur internet. Après si tu gère un gros projet c'est difficile de faire autrement. Je pense pas que la programmation va évoluer un jour ( sauf ia ? ), ça sera toujours en mode tu crée une fonction et cette fonction déclenche une action. Bien souvent à base de math / base de donnée avec des boucles / compteurs et conditions.

Si tu sais gérer un langage objet, les entrées / sorties, conditions et fonctions tu peut gérer très facilement n'importe quel autre langage qui fonctionne de la même manière. Bien souvent c'est qu'une histoire de concaténation.

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 10/12/19 à 11:59:08

Recrutement
 

  • Histoire et géographie : 566
  •  Langues régionales : créole 5
  •  Philosophie : 130
  •  Lettres : lettres modernes : 835

 

  • Numérique et sciences informatiques: ...30 (bon il y a aussi Mathématiques 1185)
Édité par v1nce le 10/12/2019 à 12:00
Avatar de johanns INpactien
Avatar de johannsjohanns- 10/12/19 à 12:39:27

sauf que là je crois comprendre qu'on souhaite des profils différents de ceux qu'on trouve aujourd'hui, à savoir des profs qui enseignent très bien les bases théoriques de l'informatique dans les différents domaines (système, réseau, développement...)
C'est pour aller plus loin, et surtout sur les nouvelles technologies en " cours d'utilisation" (je pense à la virtu, les conteneurs, la sécurité, les langages objets récents...)

Avatar de brice.wernet Abonné
Avatar de brice.wernetbrice.wernet- 10/12/19 à 15:28:27

skankhunt42 a écrit :

 Après si tu gère un gros projet c'est difficile de faire autrement. Je pense pas que la programmation va évoluer un jour ( sauf ia ? ), ça sera toujours en mode tu crée une fonction et cette fonction déclenche une action. Bien souvent à base de math / base de donnée avec des boucles / compteurs et conditions. 

Il y a 2 domaines dans lesquels la programmation est très différente:
* l'informatique quantique
* la parallélisation

Jamais fait de quantique, juste survolé quelques articles. Pour le parallélisme, j'en ai fait en fortran il y a longtemps et c'était ... simple et efficace, car le fortran était couplé à OpenMP (on parle là des années 2000 sur du silicon graphics 64 CPU)

Quand on fait du C de base on devine l'assembleur qui peut être généré derrière. Quand on fait de l'objet on imagine ce qui se fait en C si on génère du C intermédiaire... D'ailleurs les librairies "non objet" à la base comme Win32, GTK , forcent juste à écrire manuellement ce que le langage objet nous cache.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 10/12/19 à 15:51:13

SirGallahad a écrit :

Quand je vois que la majorité des collègues que j'ai eu on peur de la programmation orienté objet, je pense qu'on peu dire que la formation en France n'est pas encore top a tous les niveaux.

Alors que justement, Smalltalk date de 1971, C++ de 1983. Moi-même j'ai fait de la programmation objet à partir de 1991. Ce n'est pas une technologie récente qu'on n'aurait pas encore eu le temps d'aborder.
Si les élèves abordent les concepts fondamentaux de l'informatique plus tôt, alors peut-être qu'ils en auront moins peur plus tard et les aborderont avec plus de sérénité. D'où l'idée d'avoir de vrais profs d'informatique dès le lycée, plutôt que d'avoir de l'informatique enseignée par des profs de maths qui eux-mêmes ne maîtrisent pas les concepts qu'ils essaient d'enseigner.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3