Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Un éléphant policier fracasse la porcelaine du renseignementCrédits : 4x6/iStock

La semaine passée, Europol lançait une cyberattaque d'envergure impliquant douze États de l'Union européenne et neuf fournisseurs de services en ligne, dont Instagram, Google, Twitter et Telegram, contre l'« agence de presse » de Daech. La riposte visait 26 000 contenus disponibles en ligne, notamment « des vidéos de propagande et des comptes sur les réseaux sociaux glorifiant ou soutenant le terrorisme et l'extrémisme violent ».

D'après Europe 1, plusieurs comptes infiltrés appartenant aux services de renseignement français auraient été supprimés à cette occasion. La cyberattaque aurait en effet fait disparaître des dizaines de groupes pro-Daech ainsi que l’essentiel des milliers de comptes qui y étaient connectés, y compris des profils infiltrés de longue date.

« Un rouleau compresseur, une action digne d’un éléphant dans un magasin de porcelaine » déplore un auxiliaire des services de renseignement : « Ils ont donné un coup de pied dans la fourmilière, maintenant il y a des fourmis partout ». Les « vrais » cyberdjihadistes, dont certains avaient été repérés, seraient en effet en train de se réfugier vers au moins quatre autres plateformes, éclatant le travail de suivi. 

Parmi elles, Riot (utilisée par Tchap, la messagerie sécurisée de l’administration française), Hoop (une surcouche de Snapchat) ou encore TamTam, la messagerie chiffrée et distribuée de Mail.ru, où les services seraient à l’aveugle. Selon Europe 1, ils avaient développé sur Telegram des outils techniques pointus, et notamment trouvé comment remonter jusqu’au créateur d’une chaîne à partir du lien temporaire d’invitation, ou développé une astuce pour pister les comptes anonymes à partir de numéros de suspects.

Europe 1 ne précise pas si d’autres comptes infiltrés d’autres services de renseignement étrangers auraient eux aussi été censurés, non plus que les dégâts, en matière de renseignement, que cette « cyberattaque d’envergure » aura pu engendrer.

14 commentaires
Avatar de AltreX Abonné
Avatar de AltreXAltreX- 05/12/19 à 09:56:27

C'est pas le même sujets qu'il y a quelques jours ou ils étaient fiers de leur coup ?
ce serait cocasse :mdr:

Avatar de Leum Abonné
Avatar de LeumLeum- 05/12/19 à 10:09:55

Si si, Europol en était très fier avant que les professionnels viennent leur dire qu'ils avaient foutu la merde dans des opérations de longue date ^^

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 05/12/19 à 10:17:25

Cyberattaque massive ou cybertroll massif ?

Avatar de TexMex Abonné
Avatar de TexMexTexMex- 05/12/19 à 10:54:52

Je pense pouvoir dire avec un certain degré de certitude que dans une réunion de débriefing (ou autre truc du genre) quelqu'un a dit : "On ne fait pas d'omelette sans casser d’œuf".

Avatar de Canard_pimpant INpactien
Avatar de Canard_pimpantCanard_pimpant- 05/12/19 à 11:01:18

Je trouve que les gens ont la mémoire un peu courte et étaient bien content que l'on expulse la propagande de l'EI des réseaux sociaux massivement utilisés par la jeunesse européenne. Elle ne disparait pas du web, mais elle deviens quand même beaucoup moins visible.
ça me gène un peu que les renseignements commentent les actions de la police... celle-ci avait quand même un but de protection des citoyens et même s'ils ne l'approuvent pas ça devrait rester en interne il me semble... Parce que ça reviens à dire qu'on devrait laisser la propagande de l'EI sur les réseaux parce que quand même, c'est bien pratique pour les renseignements.
Que ce soit l'opinion d'un journaliste ou "spécialiste des renseignements" ok et je suis d'accord que ce ne sera surement pas si efficace que ça mais que ça viennent d'un "auxiliaire des renseignements"... Je ne suis même pas sûre de ce que ça veut dire d'ailleurs, si quelqu'un sait, peut-être que j'ai mal compris du coup.

Avatar de anagrys Abonné
Avatar de anagrysanagrys- 05/12/19 à 11:15:10

Oui, on devrait laisser s'exprimer toutes les opinions, même les plus déviantes, sur les réseaux sociaux publics. Ce qui permettrait à tout le monde de savoir à quoi s'en tenir, et faciliterait énormément le travail des services de renseignement.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 05/12/19 à 11:45:09

anagrys a écrit :

(...) et faciliterait énormément le travail des services de renseignement.

Faciliterait aussi le principe vécu selon lequel il faut faire justice soi-même. :roll:

Une interface "web social 2*zéros" n'est pas un espace public au sens de la loi.
Si l'accès est autorisé à des tiers non conviés j'appelle cela de l'ingérence, ou une atteinte à la vie privé de l'interface réservée. (principe du RGPD...)

Le web de facebook ou twitter c'est l'équivalent d'un club échangiste appliqué à l'esprit... donc faire tomber une agence de promotion d'un fanatisme religieux, c'est ici faire de la désinformation alors qu'en France nous avons aussi la MIVILUDES.

Mais comme le français moyen est d'une rare bêtise il délègue souvent sa fiction politique à ce fourre-tout que sont maintenant devenus les "forces de l'ordre".

Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 05/12/19 à 13:02:59

Ils sont vraiment en train de justifier de laisser défendre ces réseaux ouverts à ces groupes???

Édité par dematbreizh le 05/12/2019 à 13:04
Avatar de swiper Abonné
Avatar de swiperswiper- 05/12/19 à 14:39:16

Idiogène a écrit :

... alors qu'en France nous av[i]ons aussi la MIVILUDES.

Mise à jour qui est d'ailleurs bienvenue !

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 05/12/19 à 18:36:46

dematbreizh a écrit :

Ils sont vraiment en train de justifier de laisser défendre ces réseaux ouverts à ces groupes???

Non. Ils râlent parce qu'ils n'ont pas été mis dans la boucle. Si Europol avait prévenu les services de renseignement, ils auraient peut-être pu attendre un peu, ou cibler les suppressions afin de "sauver" les agent infiltrés. Là Europol a utilisé l'arme nucléaire pour tout raser, y compris les "enquêtes" déjà en cours et prêtes à aboutir. :chinois:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2