Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
YouTube : la PDG s'embourbe dans les problèmes de modération durant une interview

Susan Wojcicki était interviewée dans le cadre de l’émission 60 Minutes (CBS) par la journaliste Lesley Stahl. Plusieurs questions étaient orientées vers la manière dont la plateforme de streaming modérait les propos qu’elle hébergeait. Exercice périlleux, que la PDG a visiblement raté.

Un sujet sensible, qui repose sur l’établissement de règles claires et – idéalement – assez fines pour que les questions morales puissent y trouver des réponses évidentes. Mais les réponses de Susan Wojcicki manquaient singulièrement de finesse.

La PDG a ainsi expliqué qu’il existait une différence nette entre les vidéos pouvant « nuire » directement et celles diffusant un message de haine ou de la désinformation.

« Donc si vous dites "N’engagez pas quelqu’un à cause de sa race", c’est de la discrimination et ce serait un exemple de quelque chose en violation avec notre règlement », pointe Susan Wojcicki comme exemple.

La journaliste, ayant compris la limite entre les propos, suppose alors qu’une vidéo proclamant « les gens blancs sont supérieurs », mais sans appeler d’action particulière, serait autorisée. Ce à quoi la PDG répond par l’affirmative : si la vidéo ne dit « rien de plus, oui ».

Une réponse particulièrement malvenue. Wojcicki avait déjà fort à faire pour redorer un blason dont la peinture s'est écaillée depuis longtemps. YouTube pourrait devenir progressivement synonyme de désinformation, alimentant une défiance croissante.

Mais la PDG a indirectement confirmé que les problèmes actuels n’en étaient pas pour l’entreprise, rachetée par Google il y a 13 ans déjà. Comme le note en particulier TechCrunch, le groupe Alphabet, avec sa réserve de cash de 117 milliards de dollars, a pourtant largement les moyens de se pencher sérieusement sur la question.

Le sujet est d’autant plus sensible que Mozilla attaque sans plus prendre de gants désormais. La fondation a même créé un site pour référencer une partie des erreurs dont les utilisateurs se font l’écho.

Elle notait, dans les grandes lignes, que si l’on suivait les recommandations assez longtemps, on finissait toujours par tomber sur des contenus violents, des messages de haine, de la désinformation et autres catégories de propos bien peu reluisants.

70 % des vidéos visionnées l’étant grâce aux recommandations, on comprend l’ampleur du problème. Chez YouTube, on estime probablement être pris entre le marteau et l’enclume : censure d’un côté, et de l’autre une liberté d’expression confondue avec l’autorisation de débiter des messages de haine.

20 commentaires
Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 02/12/19 à 09:49:09

Une solution face à cela : PeerTube.

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 02/12/19 à 10:27:17

en quoi c'est une solution ?
si PeerTube prenait et qu'il y avait des millions de vidéos up chaque jour, il y aurait le meme problème de modération.

Et si l'hébergeur est un ravi d'avoir des vidéos racistes par ex ? en quoi le fait d'avoir des youtubes décentralisés empêcherait la parution de vidéos problématiques ? le problème c'est les gens et y a malheureusement pas d'algorithme pour régler ça ...

Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 02/12/19 à 10:30:46

Elle notait, dans les grandes lignes, que si l’on suivait les recommandations assez longtemps, on finissait toujours par tomber sur des contenus violents, des messages de haine, de la désinformation et autres catégories de propos bien peu reluisants.

C'est une solution à cela en plus de combattre l'effet de silo. Je ne parlais pas forcément de la modération, bien que celle-ci restera bien plus efficace et moins arbitraire sur Peertube amha, de par sa structure.

Édité par Furanku le 02/12/2019 à 10:31
Avatar de Groupetto Abonné
Avatar de GroupettoGroupetto- 02/12/19 à 11:42:25

La constitution américaine (le "First Amendment") protège la liberté d'expression à un point qui peut paraître choquant pour les européens.

Il n'est pas interdit d'avoir des propos racistes aux US, dans la limite que ça ne doit pas être un appel à la violence contre un groupe de personnes - pas de "fighting words".

J'ai pas regardé la vidéo, mais d'après l'article, la PDG de Youtube ne fait que rappeler la loi américaine.

Par contre, je sais pas si ces propos s'appliquent au contenu mis à disposition des européens...les lois européennes étant très différentes.

Édité par Groupetto le 02/12/2019 à 11:43
Avatar de Obidoub INpactien
Avatar de ObidoubObidoub- 02/12/19 à 11:42:30

+1

Plus le fait de devoir gérer les législations différentes selon les pays.. et surtout les droits d'auteur.

Avatar de QuickTurtle INpactien
Avatar de QuickTurtleQuickTurtle- 02/12/19 à 13:11:42

A mon sens, la liberté d'expression doit être totale même si c'est blessant (même si je sais que ce n'est pas toujours facile). Ce qui doit être interdit c'est de s'en prendre physiquement aux personnes et biens.

La déclaration universelle des droits de l'Homme (article 19) dit bien que l'on a la liberté d'opinion et d'expression, et dans ce paragraphe, il n'y a pas de "sauf si...".

Avatar de HerrFrance Abonné
Avatar de HerrFranceHerrFrance- 02/12/19 à 14:12:13

Nous avons des droits mais aussi de devoirs. La liberté d'expression a ses limites dans le mal qu'elle fait à autrui.

C'est une irresponsabilité que de dire qu'elle ne devrait pas avoir de limite. En gros vous impliquez que s'il n'y a pas de traces ("s'en prendre physiquement"), il n'y a pas de mal.

La violence verbale ne fait pas qu'être "blessant[e]", elle tue aussi, tous les jours.

 

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 02/12/19 à 14:27:16

AMHA cet effet est lié à la masse de contenu dispo. C'est un effet statistique lié à l'absence de modération. Si peertube héberge autant de vidéo, on aura le meme effet.

D'ailleurs perrtube permettant à n'importe qui d'héberger ses vidéos, on peut meme faciliter la diffusion de ce type de vidéo malheureusement, puisque n'importe quel haineux peut monter sa chaine et permettre à ses collègues d'ajouter les leurs. Si le chaine est sous juridiction US par ex, ça ne sera pas supprimable, ni meme attaquable.

Je maintiens : le problème c'est les gens, pas la techno. L'effet d'échelle sur YT nous joue juste des tours.

Le seul avantage de Peertube c'est que la modération ne dépends pas du bon vouloir d'une personne externe qui peut changer de règles quand elle veut. Mais c'est pour le meilleur comme pour le pire.

Avatar de QuickTurtle INpactien
Avatar de QuickTurtleQuickTurtle- 02/12/19 à 14:33:31

Donc on place la liberté d'expression à géométrie variable en fonction de politiques, de médias (dont les  réseaux sociaux), des réactions à chaud de populations, ...
 
Ce sont nos sociétés qui font que l'on en est là où l'on doit interdire petit à petit toute liberté d'expression car les gens n'apprennent plus à communiquer, à débattre avec des arguments.
 
Si (par exemple) le racisme et la haine existent, il faut peut-être se demander pourquoi ils existent au lieu de se mettre des œillères et dire cela n'existe pas. Une loi ne permet pas "le vivre ensemble". Ceux qui pensent cela ne vivent pas dans la réalité. Il faut que les gens puissent s'exprimer librement sans crainte afin de comprendre les racines des problèmes et essayer de corriger cela. 

Édité par QuickTurtle le 02/12/2019 à 14:37
Avatar de CyDream INpactien
Avatar de CyDreamCyDream- 02/12/19 à 14:35:14

HerrFrance a écrit :

C'est une irresponsabilité que de dire qu'elle ne devrait pas avoir de limite. En gros vous impliquez que s'il n'y a pas de traces ("s'en prendre physiquement"), il n'y a pas de mal. 

Pour l'instant, je vois surtout le mal que produit la censure. Et pour moi, ce mal est bien plus important que celui que produirait la liberté d'expression. 
C'est une question éminemment politique. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à ça, c'est un choix de société.

Pour ma part, je suis totalement sur la même longueur d'onde que QuickTurtle

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2