Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Pour Amnesty International, la « surveillance » par Facebook et Google est contraire aux droits humainsCrédits : Marco_Piunti/iStock

Amnesty International considère que « le modèle économique fondé sur la surveillance mise en place par Facebook et Google est par nature incompatible avec le droit à la vie privée et représente une menace structurelle pour toute une série d’autres droits ». 

Dans son rapport « Surveillance Giants », sont cités notamment les droits à la liberté d’opinion, d’expression et de pensée. Pour l’ONG, les deux géants « ont accumulé un pouvoir inégalé sur la sphère numérique en collectant et monétisant les données personnelles de milliards d’utilisateurs ». 

Selon Kumi Naidoo, secrétaire général d'Amnesty International, « leur contrôle insidieux de nos vies numériques sape le fondement même de la vie privée et c’est l’un des défis majeurs de notre époque en termes de droits humains » 

Avec l’affaire Cambrige Analytica en tête, Amnesty estime « que la vaste architecture publicitaire de Google et Facebook est une arme puissante entre de mauvaises mains. Elle peut être détournée à des fins politiques, au risque de conséquences désastreuses pour la société »

L’ONG prône une mutation « radicale » de ces modèles « en faisant appliquer des lois solides sur la protection des données et en réglementant efficacement les activités des géants de la technologie, conformément au droit relatif aux droits humains ».

« Le modèle commercial de Facebook n’est pas (…) fondé sur la collection de données sur les gens », a répondu le réseau social, dans les annexes du document (page 53).  « Comme beaucoup d'autres entreprises en ligne, Facebook est soutenu par la vente de la publicité. Comme vous le constatez correctement, nous ne vendons pas de données. Nous vendons des annonces ». 

« Bien que l’utilisation des données que nous collectons (…) soit un élément important pour la diffusion d’annonces efficaces, il est faux de suggérer que notre modèle repose sur la volonté de collecter "autant de données que possible" » insiste encore Facebook.

36 commentaires
Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 21/11/19 à 09:29:23

Je trouve absolument génial le fait qu'un artisan puisse lancer une campagne de publicité ciblé sur facebook / google très ciblée qui ne lui coutera que quelques euros au lieu de devoir investir dans une campagne onéreuse ou 90% des flyers finiront à la poubelle.

Après il y aura toujours des abus mais reste à savoir le nombre d'abus par rapport au bonnes utilisation et la curieusement personne ne veut s'exprimer officiellement sur le sujet. Au final ils ce comportent donc comme leur ennemi à ne voir que systématiquement le mal. Et si l'ont veut vraiment aller dans le fond des choses, aucun politicien n'a attendu facebook / google pour vomir de la propagande comme la famille lepen.

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 21/11/19 à 09:38:12

Je ne sais pas si l'article reflète le contenu du rapport d'Amnesty International, mais là ca fait "je mélange tout et bouhhhhh Facebook et Google". Et surtout ne remettons pas en cause les utilisateurs de ces services...

Comme si la propagande n'existait pas avant...

Je ne dis pas qu'il n'y a rien à améliorer. Mais cela doit être fait des deux cotés : fournisseurs et utilisateurs.

Avatar de Geai INpactien
Avatar de GeaiGeai- 21/11/19 à 10:21:39

" Le modèle commercial de Facebook n’est pas (…) fondé sur la collection de données sur les gens"

 "Comme beaucoup d'autres entreprises en ligne, Facebook est soutenu
par la vente de la publicité. Comme vous le constatez correctement, nous
ne vendons pas de données. Nous vendons des annonces"

Tout est vrai dans ce qu'ils disent, bien sûr :mad2:

Avatar de CowKiller INpactien
Avatar de CowKillerCowKiller- 21/11/19 à 11:12:19

C'est fou la différence de ton entre le véritable espionnage à large échelle des GAFA et bigbrotherbercy.

D'un côté on a des boites qui savent même quand vous allez chiottes, quelle est la position GPS de votre cuve de toilette, quel type d'ethnie vous excite le plus par le porno que vous regardez, balançant tout ça aux data broker lorsque ça a pas juste bêtement fuité, mais ça les défend.

De l'autre on a un état qui veut faire une collecte systématiques des données publiques donc en gros ce que n'importe quel enquêteur est capable d'aller chercher manuellement avec google et ça pleurniche.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 21/11/19 à 11:35:22

Je ne suis pas certain qu'il y ait confusion.
Page 10 : "Google and Facebook’s total revenues come almost entirely from advertising, at 84% and 98% respectively"
(...) is ofintense interest to a host of actors, from companies who set insurance rates to law enforcement agencies.

C'est le duopole de la publicité en ligne. Et le duopole de la revente de données jusqu'à être devenus, de la double nécessité de la collecte de données et du respect des lois, les maîtres de la réquisition.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 21/11/19 à 11:41:38

Pourquoi opposer les 2 ?
Pourquoi justifier ce que veut faire l'État par ce que font les GAFAM ?

Je préfère juger ce que font chacun par rapport à la loi.
Ce que veut faire Bercy est inadmissible du point de vue du RGPD. Je l'ai expliqué dans les commentaires de la brève d'hier, je ne le referai pas ici. Mais, quand tu qualifies ces données de publiques, tu te trompes, elles sont privées, même si elles sont disponibles pour le public des sites où elles apparaissent.

Les GAFAM seront aussi évalués en fonction du RGPD en Europe et ils devront s'y conformer s'il s'en écartent en ce moment. Je suis prudent parce que les CNIL européennes sont en cours d'analyse et peu de décisions ont été prises pour le moment.

Ici, Amnisty International fait un constat au niveau mondial, dans ses conclusions, ils prônent pour les États d'imposer des règles ressemblant au RGPD aux sociétés privées. C'est donc plus une demande qui concerne le reste du monde.

Et pour finir sur ta caricature sur ce que connaissent ces sociétés sur nous, c'est vrai uniquement quand tu ne prends pas le temps de refuser tout traçage. Google ne sait rien de moi pour me fournir des pubs parce que j'ai tout bloqué. Facebook ne sait rien de moi parce que je n'utilise pas les services de ce groupe.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 21/11/19 à 12:02:31

fred42 a écrit :

Et pour finir sur ta caricature sur ce que connaissent ces sociétés sur nous, c'est vrai uniquement quand tu ne prends pas le temps de refuser tout traçage. Google ne sait rien de moi pour me fournir des pubs parce que j'ai tout bloqué. Facebook ne sait rien de moi parce que je n'utilise pas les services de ce groupe.

Lorsque l'option est disponible et que le traçage ne se déguise pas ou ne se fait pas sur d'autres données moins évidentes pour l'usager il est possible de se passer du traçage de Google et de Facebook. Mais cela reste franchement délicat vu que la majorité des options croustillantes ne sont pas modifiables, et ce pour la plupart des gens.

La question c'est effectivement de savoir si il n'est pas plus rentable pour les politiques nationales de conserver ces acteurs incohérents faisant preuve de fausse modestie en matière de design d'interface pour s'engouffrer ensuite dans leurs CGU bâtardes et y piocher ce que les techniciens du renseignement ne peuvent ou ne veulent pas faire.
Jackpot pour le Sarkozisme et ces sondages 2.0 ?

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 21/11/19 à 12:16:48

Geai a écrit :

" Le modèle commercial de Facebook n’est pas (…) fondé sur la collection de données sur les gens"  "Comme beaucoup d'autres entreprises en ligne, Facebook est soutenu par la vente de la publicité. Comme vous le constatez correctement, nous ne vendons pas de données. Nous vendons des annonces" Tout est vrai dans ce qu'ils disent, bien sûr :mad2:

Alors donne moi l'url qui permet d'acheter directement des données chez facebook. Ha mince il y en à pas ! Elle est cachée et c'est à la tête du client ? M'étonne que personne n'a leak ce genre d'information.
 

Idiogène a écrit :

C'est le duopole de la publicité en ligne. Et le duopole de la revente de données jusqu'à être devenus, de la double nécessité de la collecte de données et du respect des lois, les maîtres de la réquisition.

La réalité : Quand les gens publient masse de merde chaque jours ça finis par couter très cher et absolument personne ne voudra payer pour ça, c'est celui qui sera gratuit qui gagnera.

 Et si demain une personne m'engage pour optimiser ces ventes sur son site internet la première chose que j'irais faire c'est faire un compte rendu du type d'acheter, par sexe / age / type de produits acheté.

J'aurais beau signer une close de confidentialité, si un concurrent m'engage je ne pourrais effacer les données de ma tête du premier site. Ce que fait facebook c'est juste optimiser tout ça pour justement éviter d'engager ce genre de personne pour une boite qui ne peut ce le permettre.

 

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 21/11/19 à 12:27:44

skankhunt42 a écrit :

Je trouve absolument génial le fait qu'un artisan puisse lancer une campagne de publicité ciblé sur facebook / google très ciblée qui ne lui coutera que quelques euros au lieu de devoir investir dans une campagne onéreuse ou 90% des flyers finiront à la poubelle.

Après il y aura toujours des abus mais reste à savoir le nombre d'abus par rapport au bonnes utilisation et la curieusement personne ne veut s'exprimer officiellement sur le sujet. Au final ils ce comportent donc comme leur ennemi à ne voir que systématiquement le mal. Et si l'ont veut vraiment aller dans le fond des choses, aucun politicien n'a attendu facebook / google pour vomir de la propagande comme la famille lepen.

Je suis assez d'accord avec toi sur le principe de la pub ciblée de l'artisan.

Le vrai souci c'est que POUR cibler ces données, les GAFA doivent moissonner le max de données , partout et tout le temps - car , par principe, plus les données sur un individu seront complètes & précises plus son profil sera rentable pour le GAFA en question (et aussi pour l'artisan, qui par exemple si il est plaquiste pourrait ne pas cibler inutilement les gens qui construisent en bois - c'est un exemple simpliste mais tu vois le truc).

Le vrai souci c'est l'usage que l'état peux faire de ces données. Google s'en fout , de ta vie : il a besoin des données QUE pour vendre de la pub. Dans le cas ci-dessus, il n'a pas d'action chez lafarge ni de parts dans les forets de pin.

Par contre, ça me dérange si l'état peux connaître sans contrôle les mêmes données, car on ne peux pas connaître ce que l'état fera *dans le futur* - et il est difficile désormais de prétendre que les fonctionnaires de l'état ne souhaite que le bien et l'harmonie dans les vies de chacun de ses citoyens.

Un autre point est que l'état n'a que faire des approximations ou des erreurs, ou des droits de retraits des données personnelles, il se considère au-dessus de tout ça (ex : FNAEG). J'imagine tout a fait l'état , un jour, demander à avoir accès en lecture à la base de Biogenic ou autres, et l'intégrer). Dit autrement, *du point de vue de l'état* il vaux mieux un faux positif qu'un faux négatif.
Sauf que ce genre de chose a un vrai impact (négatif, pour le coup) sur la vie des gens sans pour autant qu'il n'existe de responsabilité au niveau des personnes qui prennent les décisions (ni les députés, ni les fonctionnaires qui "appliquent" selon leurs propre vision).

Aujourd'hui quasi toute les GAV des gilets jaunes se terminent avec un prélèvement salivaire et une classification en "terroriste potentiel". J'aime assez l'idée que quand il y aura 50M de fiches S ça servira plus à rien, mais comme il y a pas assez de pognon les traces ADN sont partielle. Et oui, ça peux mener à de graves erreurs judiciaires ensuites , mais grave pour les gens concerné, aucunement pour les policiers, les juges, les députés, et tous les administratif qui 'ne font que leur boulot' et qui dormiront, chez eux, sur leur 2 oreilles sans même une pensée de plus.
 
 L'action des GAFAM en la matière est simplement facilitatrice de tout ça, sans forcément d'arrière pensée négative mais sans trop de scrupules non plus.
La RGPD est une première barrière, mais elle n'est "que" légale.

Avatar de transit facilité INpactien
Avatar de transit facilitétransit facilité- 21/11/19 à 12:29:01

fred42 a écrit :

Facebook ne sait rien de moi parce que je n'utilise pas les services de ce groupe.

:mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2::mdr2:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4