Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le statut de YouTube examiné par la Cour de justice de l’Union européenne

Mardi 26 novembre, la Cour de justice entendra les plaidoiries dans un dossier concernant YouTube.

Il s’agira de savoir si l’exploitant d’une plateforme vidéo en ligne « sur laquelle les utilisateurs mettent à disposition du public des vidéos comportant des contenus protégés par le droit d’auteur sans l’accord des titulaires de droits » procède ou non à un acte de communication au public en présence d’une série de conditions.

Recettes publicitaires, classements des résultats avec aperçu des vidéos, mais absence de contrôle préalable par l’opérateur et CGU qui interdisent la présence de vidéos piratées, notamment. 

La reconnaissance d’une « communication au public » permettrait d’engager une responsabilité beaucoup plus directe de YouTube. Toutefois, la plateforme peut également s’abriter derrière la directive de 2000 sur la société de l’information, qui encadre le statut de l’hébergeur avec un régime de responsabilité conditionnelle. 

Les questions préjudicielles posées sont regroupées dans deux affaires jointes, qui concernent notamment Elsevier, un éditeur de revues scientifiques : 

1 commentaire
Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 06/11/19 à 07:38:40

Oh l’ami Elsevier, un des plus gros cancer de la recherche :fumer:
 
Cela faisait longtemps qu'on ne l'avais plus vu se battre bec et ongles pour défendre nos publications scientifiques financées par l'argent public et donc librement accessibles son portefeuille de rente dont il a aliéné les droits aux auteurs (tout en leur faisant payer des sommes délirantes).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.