Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Rémunération de la presse, Facebook joue les bons élèves (ou presque)Crédits : luchezar/iStock

Alors que certains éditeurs attaquent Google devant l'autorité de la concurrence concernant le droit voisin et l'indexation sans contrepartie financière de leurs articles, Facebook cherche à se faire bien voir.

Bien que toujours empêtré dans ses affaires de respect de la vie privée, de diffusion de fausses informations, notamment via ses canaux publicitaires ou de monnaie Libra, le réseau social se présente comme le nouvel ami de la presse en ligne.

Une situation étonnante lorsque l'on connait le passif du groupe avec les médias en ligne, comme le rappelle Techcrunch.

Des accords avec certains médias ont été signés outre-Atlantique, puis autour de programmes vidéo (notamment en France), faisant naître de l'espoir de revenus aux gros éditeurs européens. Mais si le groupe semble décidé à montrer patte blanche, il ne veut pour autant pas se faire tondre.

Dans un billet de blog, il annonce ainsi qu'il « discutera avec les éditeurs de presse pour créer un espace dédié aux actualités ». Quels médias, comment se feront les mises en avant ? Car avec une telle mécanique, Facebook pourrait aisément favoriser tel ou tel sous couvert de modifications de son algorithme.

Surtout, le géant américain ne souhaite pas une rémunération directe pour la publication de liens ou même d'articles. Il évoque plutôt une « création de valeur » chez ses partenaires grâce à ses outils et la mise en avant de leurs articles sur sa plateforme.

Un réseau social « à partir duquel les utilisateurs se rendent sur leur site Internet, générant ainsi des revenus pour les éditeurs au travers d’abonnements ou de publicités ».

Sans doute une nouvelle douche froide pour ceux qui espéraient faire plier l'un pour forcer l'autre, et tous les autres services par effet de domino.

Facebook précise au passage que « les éditeurs de presse décident de la publication de leurs contenus sur notre plateforme », faisant ici référence aux Instant Articles qui servent à diffuser son contenu sur Facebook (ce qui n'est pas le cas de Google Actualités).

Une manière de confirmer qu'il n'y aura pas rémunération, mais que Facebook va « continuer d’afficher ces contenus dans un format enrichi, en y incluant les images, les titres, les extraits et autres champs qu’ils publient via leur flux RSS ».

Et pour la « très petite part des contenus sur notre plateforme publiée par des utilisateurs, et ce sans avoir reçu le consentement des éditeurs de presse [si les éditeurs] souhaitent que les liens publiés par les utilisateurs s’affichent dans un format enrichi sur Facebook, ils auront la possibilité de nous donner leur accord et de nous informer de leur volonté ».

« Nous nous réjouissons de développer notre partenariat avec le secteur français de l’édition » conclut Facebook, non sans ironie.

19 commentaires
Avatar de Arkeen Abonné
Avatar de ArkeenArkeen- 25/10/19 à 08:49:43

J'ai rien pigé ...
Si je partage un article de presse sur FB, il n'aura pas de description ni d'image, à moins que le journal dont je partage l'article ai accepté de baisser son froc ? Comme avec Google ?
Au final, qu'est-ce qui ira dans un espace dédié ? Les articles mis à dispo par les éditeurs ? Ils auront du texte + des images ou pas ? Et ils seront partageables ou pas ?
Et c'est prévu pour quand ? Parce que la loi est en vigueur depuis quelques jours, non ? En attendant, ils sont hors la loi ?

Edit : je viens de partager un article du Monde pour tester, et effectivement, il n'y avait que le titre et la mention « lemonde.fr » (alors que l'article comporte des images)

Édité par Arkeen le 25/10/2019 à 08:51
Avatar de AltreX Abonné
Avatar de AltreXAltreX- 25/10/19 à 08:51:47

Et bah voilà, hier ça parlait qu'il n'y avait que google et qu'ils avaient donc une position dominante.
FB rentre dans la danse.

Avatar de 5francs Abonné
Avatar de 5francs5francs- 25/10/19 à 09:00:15

tout pareil... rien pigé....

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 25/10/19 à 09:14:01

"Il évoque plutôt une « création de valeur » chez ses partenaires grâce à ses outils et la mise en avant de leurs articles sur sa plateforme."

Ce fail sur toute la ligne... Se ridiculiser à ce point mais continuer à courir sur les plateaux télés et radios (comme hier sur inter) pour crier au scandale, alors qu'ils ont toutes les raisons de se terrer:
. ce texte est imbécile car on ne peut pas contraindre FB et Google a reprendre les résumés d'articles et donc à indemniser au titre de ce nouveau "droit voisin",
. ce texte est injuste car fait pour satisfaire quelques intérêts privés, là où le seul combat qui a du sens est celui visant à faire payer leurs impôts aux GAFA.

Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

AltreX a écrit :

Et bah voilà, hier ça parlait qu'il n'y avait que google et qu'ils avaient donc une position dominante.
FB rentre dans la danse.

Il y a 2 géants de la publicité en ligne dans le monde 1- Google (30% de parts de marché) 2- Facebook (10-15%)
Et Amazon monte sur le podium mais très loin derrière.

Édité par joma74fr le 25/10/2019 à 09:20
Avatar de anonyme_eef969e99a274610807fd9faa41faeaa Abonné

Arkeen a écrit :

[...]
Edit : je viens de partager un article du Monde pour tester, et effectivement, il n'y avait que le titre et la mention « lemonde.fr » (alors que l'article comporte des images)

C'est vrai... je viens d'essayer avec Next inpact :

  • en partageant le lien d'un article : il n'y a que le lien html
  • en repartageant une publication de la page facebook de Next inpact : il n'y a pas d'image, pas de texte, rien que le titre.

PS : avec franceculture.fr, il y a une image...

Édité par joma74fr le 25/10/2019 à 09:43
Avatar de RévolutioN INpactien
Avatar de RévolutioNRévolutioN- 25/10/19 à 09:55:50
Édité par Vincent_H le 08/11/2019 à 12:44
Avatar de frikakwa Abonné
Avatar de frikakwafrikakwa- 25/10/19 à 13:46:45

joma74fr a écrit :

Il y a 2 géants de la publicité en ligne dans le monde 1- Google (30% de parts de marché) 2- Facebook (10-15%)
Et Amazon monte sur le podium mais très loin derrière.

Et?? C'est quoi le rapport avec ce que disait AktreX?

Tout le monde confirme que vouloir appliquer ces foutus droits voisin du droit dauteur à Google et Facebook est ridicule: ils ont tellement moins à perdre que les éditeurs de presse que je ne comprends pas où tu te situes à vouloir à tout prix défendre l'INdéfendable!

Cette loi est mal écrite. Google et FB ont mis en place leur "riposte" afin d'être dans les clous... c'est quoi le reproche que tu leur fais!? :fou:

Avatar de MacGivre INpactien
Avatar de MacGivreMacGivre- 25/10/19 à 16:44:39

Est-ce que l'AFP peut faire la même chose que les journaux : demander une compensation pour la reprise de leur contenu ? Car le copier-coller  d'article, ça y va aussi...

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 25/10/19 à 17:12:01

Tu sais, ils se font payer par les journaux pour cela. Ce ne sont pas de philanthropes.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2