Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
iFixit vs Google : « les produits durables impliquent davantage que de l'énergie verte »Crédits : iFixit

Après la conférence Made by Google d'hier après-midi, iFixit a publié un billet de blog pour revenir sur certaines affirmations du géant du Net, qui l'ont visiblement troublé.

En plus des annonces de produits sur lesquelles nous reviendrons prochainement, le géant du Net a mis en avant son « écoresponsabilité » sur la conception et l'expédition de ses produits, avec un billet de blog en complément.

« 100 % des produits Nest lancés en 2019 sont fabriqués à partir de plastiques recyclés. L'expédition de ces produits, ainsi que de tous les autres Made by Google, de chez nous à chez vous, est désormais 100 % neutre en carbone ». Il y est aussi question des investissements conséquents dans les énergies renouvelables

Des changements qui vont dans le bon sens pour iFixit, mais qui ne doivent pas cacher une autre réalité : la possibilité de réparer les produits et leur recyclage en fin de vie. Or, Google met en avant une « construction sub-millimétrique » sous la forme d'un « origami complexe » pour ses écouteurs Pixel Buds, tandis que les manettes pour Stadia « n'ont pas de vis visible ». Des points qui laissent présager une réparation complexe. 

« En d’autres termes, l’effort de durabilité publique de Google implique de dépenser de l’argent, dont ils disposent en quantité, pour gérer des usines à énergie propre et acheter du plastique recyclé », affirme iFixit.

Mais, toujours selon nos confrères, « ce qui sort de l’usine est un appareil complexe qu’il est difficile de réparer ou de recycler de manière responsable ». Des points sur lesquels ils encouragent donc Google à travailler. 

82 commentaires
Avatar de maverick78 Abonné
Avatar de maverick78maverick78- 16/10/19 à 08:23:11

Le raisonnement marche uniquement si dans la tête des consommateurs ils réparent au lieu de remplacer un objet défectueux.

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 16/10/19 à 08:45:17

Google ne peut pas faciliter la réparation des produits car c'est contre leurs intérêts.

  • de réparations = - de vente = - de CA  = Google qui se casse la tronche en bourse.
Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 16/10/19 à 09:51:17

Google ne se repose pas que sur ses Pixel pour survivre, au contraire. C'est une activité fortement accessoire. Ils n'en sont pas à ce point quand même :mdr:

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 16/10/19 à 09:52:36

La logique reste la même.

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 16/10/19 à 10:25:54

Pouvoir réparer implique nécessairement des sacrifices en terme d'espace, de temps, de complexité accrue, de dépenses supplémentaires en RD, de maintien de stocks à faible turnover, etc. qui ne sont pas économiquement satisfaisants, ni pour Google, ni pour le consommateur.

La logique économique trompe toujours les fausses bonnes intentions (idéologiques).

La règle est simple : si ce n'est pas rentable, ce n'est pas fait. Deal with it.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 16/10/19 à 10:50:55

La seule différence est le coût du mètre linéaire de joint colle vs. coût de la tonne d'aluminium pour visserie et/ou usinage de moule pour mortaises...

Pour le reste, la RD de Google ne vaut pas mieux que les autres, d'ailleurs c'est HTC qui s'en charge comme quoi ! Autrement dit, entre de la merde en boîte de conserve ou un pixel phone aucune différence.
Apple a le mérite de flancher dans la vérité constructive avec des coques en alu mais cela s'arrête là. :D

maverick78 a écrit :

Le raisonnement marche uniquement si dans la tête des consommateurs ils réparent au lieu de remplacer un objet défectueux.

Ne pas confondre réalité technique et neuro-obscurantisme. :non:

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 16/10/19 à 10:54:22

La rationalité économique entre une vis standard et une vis "propriétaire" ?
(A part entraver la réparabilité ?)

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 16/10/19 à 10:56:38

Quelques soient les fausses explications ou l'ignorance affichée, le marché a déjà tranché et n'est pas d'accord.

C'est l'essentiel, tout le reste n'est que ventilation des bras.

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 16/10/19 à 11:05:27

Le "calcul" économique ne s'arrête pas à une vis, il débute ou continue seulement à cette vis.

La résultante finale de tous les "calculs" tout au long de la chaîne de production s'appelle le marché.

Le marché a fait son choix : le critère de "réparabilité" n'est pas pertinent, il est donc rejeté.

Avatar de j34n-r0x0r INpactien
Avatar de j34n-r0x0rj34n-r0x0r- 16/10/19 à 11:55:58

Le marché c’est aussi les consommateurs avec leurs envies d’optimiser leurs "investissements" voir même d’allonger la chaîne de distribution.
Ces gens la aimeraient bien réparer leur bordel et/ou argumenter la vente en disant que c’est possible, peut-être même qu’un jour ils en feront une vocation et deviendront... revendeur.

Le marché ce n’est pas que la production.

  • signé "Le SAV de l’usine qui en a marre de changer ses tournevis" :D -
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9