Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Revenu universel d’activité : le gouvernement lance une consultation en ligneCrédits : DragonImages/iStock

La ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a officiellement donné hier le coup d’envoi de la consultation citoyenne relative au futur « revenu universel d’activité », qui devrait faire l’objet d’un projet de loi en 2020. L’idée : rendre le système de prestations sociales « plus lisible et plus juste », en fusionnant de nombreuses aides (RSA, APL, prime d’activité, ASPA, AAH, ASS...).

Depuis une plateforme propulsée par Cap Collectif, qui s’était déjà attiré les critiques lors de l’organisation du « grand débat national », chaque internaute est invité à donner son avis et/ou faire des propositions. Ce à partir des trois thématiques suivantes : Pourquoi le revenu universel d’activité ? À qui le revenu universel devra-t-il s’adresser ? Comment devra fonctionner le revenu universel d’activité ?

L’exécutif a néanmoins déjà fixé plusieurs cadres à cette réforme, appelée à concerner 15 millions de personnes : « toujours procurer un gain à la reprise d’emploi, pour encourager le retour à l’activité », « transparence pour permettre aux allocataires de prévoir l’évolution de leurs revenus et d’identifier clairement le gain monétaire qu’ils auront en travaillant », etc. L’automatisation du versement devrait également être prévue, afin de lutter contre le non-recours aux aides.

Cette consultation en ligne s’achèvera le 20 novembre prochain. Les premiers versements du revenu universel d’activité, eux, ne sont pas prévus avant 2022, voire 2023.

86 commentaires
Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 10/10/19 à 08:33:09

Pour changer, y aura une plateforme en ligne... c'est original...

Par contre, les pauvres, les handicapés et les vieux, désolé on peut pas vous faire un débat public, on a déjà lancé deux shows télés sur l'écologie et les retraites, y a pas suffisamment de plages horaires disponibles sur les chaines d'information en continue pour vous consacrer un talk show en prime-time baptisé grand débat.

Rien que dans l'approche on est dans l'erreur fondamentale (sciemment, car on retrouve systématiquement ces mêmes biais de raisonnement, de la réforme des retraites en passant par celle de la Justice ou de l'aide médicale d'Etat): il n'est pas possible de lier RSA, APL, prime d'activité d'une part et ASPA, AAH, ASS d'autre part...

Édité par crocodudule le 10/10/2019 à 08:33
Avatar de Azerty38 INpactien
Avatar de Azerty38Azerty38- 10/10/19 à 08:39:44

"À qui le revenu universel devra-t-il s’adresser ?"  AdjectifA. −1. Qui s'étend à l'univers entier, qui embrasse la totalité des êtres et des choses

Avatar de Lochnar Abonné
Avatar de LochnarLochnar- 10/10/19 à 08:44:03

Oue c'est pas un revenu universel leur truc, c'est une fusion des aides existantes !

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 10/10/19 à 08:44:45

A tout les coups, le truc qui devrait être simplifier risque de devenir encore plus usine à gaz.

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 10/10/19 à 08:45:22

Moi ce qui me dérange c'est qu'on reste dans le dogme du bon travailleur salarié  vs le mauvais chômeur paresseux.

Sauf que la réalité n'est pas si tranchée : Il y a des chômeurs abîmés par la vie ou leur précédent emploi, et il y a des gens au travail qui sont en souffrance et/ou ne gagnent pourtant pas leur vie.

La responsabilité des personnes à la création de valeur DOIT s'accompagner d'une responsabilité égale des employeurs (au 1er desquels l'état, loin d'être parfait en la matière) en terme de rémunération et de conditions d'exercice.
Et cet aspect est absent de cette consultation et des directives qui l'accompagne.

Avatar de M'enfin ! INpactien
Avatar de M'enfin !M'enfin !- 10/10/19 à 08:59:56

OB a écrit :

[...]

La responsabilité des personnes à la création de valeur DOIT s'accompagner d'une responsabilité égale des employeurs (au 1er desquels l'état, loin d'être parfait en la matière) en terme de rémunération et de conditions d'exercice.
[...] 

Ca c'est beau sur le papier. Et c'est vrai que c'est un idéal dont il faut se rapprocher. Mais c'est malheureusement très éloigné des réalités matérielles de création de valeur. Ce n'est pas simple d'entreprendre, et donner de bonnes conditions de travail coûte cher. Et pour payer cela, il faut que l'entreprise tourne bien. Et pour que l'entreprise tourne bien, il faut pouvoir déjà la créer. Et en début d'activité, on n'a pas toujours le pognon pour donner les meilleurs conditions d'exercice. Et je ne parle même pas de la concurrence internationale (merci la mondialisation) qui fait que des conditions médiocres ici sont déjà de bonnes conditions ailleurs.

Ce sont les entreprises qui créent la valeur et créent de l'emploi. Il ne faut pas l'oublier. Mettre des conditions d'exercice trop hautes revient à condamner les entreprises à la réussite. Et dans ce cadre, plus personne ne voudra entreprendre. Souvent créer une entreprise c'est partir de rien : peu d'argent, pas de clientèle.

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 10/10/19 à 09:25:55

M'enfin ! a écrit :

Ca c'est beau sur le papier. Et c'est vrai que c'est un idéal dont il faut se rapprocher. Mais c'est malheureusement très éloigné des réalités matérielles de création de valeur. Ce n'est pas simple d'entreprendre, et donner de bonnes conditions de travail coûte cher. Et pour payer cela, il faut que l'entreprise tourne bien. Et pour que l'entreprise tourne bien, il faut pouvoir déjà la créer. Et en début d'activité, on n'a pas toujours le pognon pour donner les meilleurs conditions d'exercice. Et je ne parle même pas de la concurrence internationale (merci la mondialisation) qui fait que des conditions médiocres ici sont déjà de bonnes conditions ailleurs.

Ce sont les entreprises qui créent la valeur et créent de l'emploi. Il ne faut pas l'oublier. Mettre des conditions d'exercice trop hautes revient à condamner les entreprises à la réussite. Et dans ce cadre, plus personne ne voudra entreprendre. Souvent créer une entreprise c'est partir de rien : peu d'argent, pas de clientèle.

C'est vrai.
Mais parmi les employeurs qui ne respectent pas les règles mises en place, il y en a un énorme, dont le nom a été donné par OB : l'Etat. Les différentes administrations sont de grandes spécialistes pour détourner (ou même juste contourner) des règles, quand ce ne sont pas les règles du fonctionnariat qui peuvent être à l'opposé du droit du travail (je pense notamment aux 48h/semaine qui peuvent parfois être dépassées sans raison valable de sécurité et sûreté de l'Etat autre que "manque de personnel parce qu'on refuse d'embaucher" pour les fdo (pareil pour les personnels soignants de la FPH), le paiement des heures sup, tous les corps n'y ayant pas droit (auquel cas c'est soit récupéré si on peut, soit un travail bénévole de fait pour l'administration concernée, même quand c'est justifié!), ou même le paiement des heures de nuit (un infirmier en établissement hospitalier qui fait un service de nuit gagne une prime de 1,07€. Brut. Par nuit, pas par heure, faut pas déconner non plus))...
Rien que de ce côté, il y a largement de quoi faire, sans avoir à chercher des clients...

Édité par Patch le 10/10/2019 à 09:28
Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 10/10/19 à 09:26:24

crocodudule a écrit :

Par contre, les pauvres, les handicapés et les vieux, désolé on peut pas vous faire un débat public,

89% de la population a accès à Internet. 75% des français l'utilisent quotidiennement et 94% des 16-24 ans.
Au bout d'un moment, il faut arrêter de toujours regarder dans le rétroviseur.

  

OB a écrit :

Moi ce qui me dérange c'est qu'on reste dans le dogme du bon travailleur salarié  vs le mauvais chômeur paresseux.  

Ce qui n'est pas le cas ici, vu que ce qui est demandé n'est pas uniquement d'avoir un emploi, être en recherche active est suffisant.
Je soutiens activement un revenu universel (tout court), mais je comprends quand même que certains préfèrent qu'il soit assorti d'un minimum d'efforts: cela occasionne des coûts de gestion supplémentaire, mais ça permet d'éviter un certain nombre d'abus flagrants… certains contribuables sont prêts à faire un effort, mais pas sans aucune condition. Les rassurer peut être utile.

 
 

OB a écrit :

 La responsabilité des personnes à la création de valeur DOIT s'accompagner d'une responsabilité égale des employeurs (au 1er desquels l'état, loin d'être parfait en la matière) en terme de rémunération et de conditions d'exercice. .

Donc des biens et services plus chers, plus difficiles à produire… donc moins de demande et moins d'employés.
A vouloir un monde du travail parfait, on obtient un monde du travail atrophié.
 

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 10/10/19 à 09:28:57

Faith a écrit :

89% de la population a accès à Internet. 75% des français l'utilisent quotidiennement et 94% des 16-24 ans.
Au bout d'un moment, il faut arrêter de toujours regarder dans le rétroviseur.
 

T'as probablement mal cité le commentaire que tu voulais, parce que ça n'a pas de rapport avec mon chimilibilique (néanmoins je doute que 89% de la population concernée par la réforme, vieux, handicapé, pauvres et parfois avec combo, utilisent effectivement internet)

Édité par crocodudule le 10/10/2019 à 09:30
Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 10/10/19 à 09:30:42

M'enfin ! a écrit :

Ca c'est beau sur le papier. Et c'est vrai que c'est un idéal dont il faut se rapprocher. Mais c'est malheureusement très éloigné des réalités matérielles de création de valeur. Ce n'est pas simple d'entreprendre, et donner de bonnes conditions de travail coûte cher. Et pour payer cela, il faut que l'entreprise tourne bien. Et pour que l'entreprise tourne bien, il faut pouvoir déjà la créer. Et en début d'activité, on n'a pas toujours le pognon pour donner les meilleurs conditions d'exercice. Et je ne parle même pas de la concurrence internationale (merci la mondialisation) qui fait que des conditions médiocres ici sont déjà de bonnes conditions ailleurs.

Ce sont les entreprises qui créent la valeur et créent de l'emploi. Il ne faut pas l'oublier. Mettre des conditions d'exercice trop hautes revient à condamner les entreprises à la réussite. Et dans ce cadre, plus personne ne voudra entreprendre. Souvent créer une entreprise c'est partir de rien : peu d'argent, pas de clientèle.

(Déjà je suis pas forcément d'accord avec le fait que ce ne soit QUE les entreprises qui créent la "valeur" - ou alors le sens de ce mot est très restreint. Quand je reste à la maison m'occuper de mon gosse , ou que je suis dans une assos, je produit pas de "valeur" ? Même à long terme ?)
 
 
Le problème c'est qu'avec ce raisonnement on peux toujours tout justifier : "C'est pire ailleurs, vous devriez déjà être content de ce que vous avez, alors bouclez-là et au boulot".

Je ne dis pas que le problème est simple. Mais c'est pas en nivelant par le bas qu'on va tous y gagner.

En France , les politiques , de tout temps, ont un immense biais en faveur des très très grosses entreprises, qui emploi donc des dizaines de milliers de personnes et sont donc de grosses sources de "revenu sociaux" - c'est pour ça que dans la bouche d'un politique (ou de certains de nos parents...) , "travailler" = "être salarié dans une grosse boite de production avec un CE et des syndicats".
Les petites structures subissent, elles, la complexité administrative et fiscale , et l'énergie (temps + pognon) passée là gagnerait à être mise ailleurs. Et je pense que dans ce cas-là, oui, ce serait aussi plus facile d'embaucher , c'est pas qu'une question de salaire ou de conditions de travail.

Si tu me dit qu'il faut un certain protectionnisme (ou certaines règles fiscale ou d'investissement  sur le territoire) sur les métiers qu'on sais exercer , pourquoi pas - c'est, il me semble, ce qu'ils essaient de faire avec le CETA sans trop y arriver.
Il y a des choses que , de toute façon, on sais plus faire - la prod électronique de grande série par exemple.

Et dans ce cas-là, oui, un revenu universel me parait pertinent.

  
 
 
 
D'ailleurs une question que je me pose:
On parle tout le temps de CDI. Mais pourquoi les gens *veulent* un CDI, et qu'on considère que t'es précaire si t'en a pas ?  Après tout, si tu perds ton boulot, t'est censé avec pole emploi qui maintient un certain revenu pendant 2 ans, et tu peux bénéficier de formations & tout.

Pour moi, une des réponse , c'est les banques.

C'est elles qui ne veulent entendre parler QUE d'un CDI (ou d'un fonctionnariat, encore mieux) lorsque tu va les voir pour.... n'importe quoi, même ouvrir un compte. C'est à cause d'elles que les gens ont "peur" de perde leur emploi, car ils ont peur de perdre leur maison aussi. Et c'est à cause de ça que les entreprises, surtout les grandes, ont tant de "chantage à l'emploi" à faire.
Or , on en entend jamais parler. Jamais le gouvernement ne les remet en cause, alors qu'a coté de ça, ils ne rêvent que d'une chose c'est de mettre fin au CDI.

=> Du coup je comprends pas: Les banque vivent surtout des prêts. Mais elles sont les 1ères , à travers le MEDEF & tout, à vouloir précariser les gens pour les virer le plus facilement possible, et donc de leur...refuser des prêts. Ils cherchent donc à *réduire* leur volume de clientèle ? Comment les gens vont consommer (du moins "légalement") si ils sont à la rue ?    

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9