Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Banques en ligne : 60 sites frauduleux ajoutés à la liste noire de l’ACPRCrédits : Pinkypills/iStock

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a adressé hier une alerte pour dénoncer « un phénomène de duplication de masse de sites frauduleux de banques en ligne ».

Ces arnaques sont connues : elles consistent notamment à piéger un internaute par l’intermédiaire d’un site frauduleux singeant plus ou moins bien celui officiel d’une banque ou d’un établissement de crédit (voir un éventail des techniques).  

« Ces sites font assez souvent état de partenariats avec des banques agréées ou d’autres informations trompeuses destinées à rendre leur offre attrayante : ne soyez pas victimes de ces arnaques ; restez vigilants ! »

Preuve de ce phénomène, l’autorité a enrichi sa liste noire de 60 nouveaux sites. Une liste non exhaustive, « car de nouveaux acteurs illégaux apparaissent tous les jours comme en témoignent les cas relevés ».

Elle invite chacun à « vérifier que votre interlocuteur est autorisé à proposer des crédits ou des solutions d’épargne ». Il suffit de consulter le registre des agents financiers agréés et le site de l’ORIAS, qui tient le registre des intermédiaires en assurance ou en banque.

Avec deux dernières remarques de bon sens : « Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé, ne versez aucune somme d’argent pour l’obtention d’un prêt ou le déblocage des fonds ».

Les personnes victimes de ces services en ligne sont invitées à déposer une plainte ou encore à contracter l’autorité.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.