Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Violences conjugales : bientôt une plateforme de géolocalisation des places d’hébergement

Dans le cadre du « Grenelle des violences conjugales », le Premier ministre a présenté hier différentes mesures d’urgence. L’exécutif prévoit notamment d’ouvrir, le 25 novembre prochain, une plateforme de géolocalisation des places d’hébergement disponibles, afin de placer les victimes « dans les meilleurs délais ».

« Chaque SIAO (service intégré d’accueil et d’orientation, qui gère dans chaque département les plateformes 115) disposera d’une cartographie en temps réel des places labellisées « FVV » (femmes victimes de violences) et disponibles, avec une attention particulière portée aux personnes en situation de handicap », explique le gouvernement dans son dossier de presse.

Cet outil, présenté comme « totalement sécurisé », « ne présentera que des lieux d’hébergement », poursuit l’exécutif. « Il ne contiendra pas de données nominatives. »

Autre mesure annoncée : la mise en place d’un « dispositif électronique anti-rapprochement dans les 48 heures après le prononcé de la mesure (par le juge, au pénal, au civil et dans un cadre pré-sentenciel), dans le cadre d’une ordonnance de protection ou d’un contrôle judiciaire ».

36 commentaires
Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 04/09/19 à 09:21:01

je comprends pas bien le concept qu'on puisse mettre en hébergement une femme victime de violences mais pas plutôt dégager le conjoint violent... ça a un petit côté double peine que je trouve un peu naze.

Pour le bracelet électronique, pourquoi pas à condition qu'il y ait un vrai suivi derrière (de mémoire, l'auteur d'un attentat dans une église il y a quelques temps portait un bracelet électronique, était sorti de sa zone autorisée sans que cela n'ait plus de conséquences que ça... Le parallèle est sans doute foireux mais l'idée est là, quoi)

Édité par WereWindle le 04/09/2019 à 09:21
Avatar de TriEdge INpactien
Avatar de TriEdgeTriEdge- 04/09/19 à 09:38:05

Et les hommes victimes de violences, on les oublient eux. C'est des hommes donc c'est pas grave, pas besoin de label et qu'ils se démerdent par eux-même ?

Ou quand la pseudo égalité homme-femme passe par la discrimination de l'un des 2 sexe... Toujours autant à gerber les gauchiasses...

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 04/09/19 à 09:49:19

En attendant que l'affaire soit jugée, j'imagine qu'il est difficile légalement d'interdire l'accès au domicile au conjoint maltraitant.
D'autant que celui/celle-ci peut invoquer la légitime défense : c'est lui/elle qui me bat habituellement et là j'ai pris les devants.
Donc le temps que la Justice dénoue l'affaire, il faut bien un hébergement temporaire.

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 04/09/19 à 09:58:30

T'as qu'à te présenter seins nus à un centre d'hébergement et à faire un scandale (après avoir rameuté les media) parce qu'on ne veut pas t'héberger.
 
C'est comme ça que ça marche.

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 04/09/19 à 10:28:04

WereWindle a écrit :

je comprends pas bien le concept qu'on puisse mettre en hébergement une femme victime de violences mais pas plutôt dégager le conjoint violent... ça a un petit côté double peine que je trouve un peu naze. 
 

Probablement parce que si on évince le conjoint violent, on ne peut pas l'empêcher de revenir violenter sa victime, sauf à mettre un policier en faction devant son domicile.
En revanche, si la victime est dans un centre, elle est physiquement à l'abri.

Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 04/09/19 à 11:23:11

WereWindle a écrit :

je comprends pas bien le concept qu'on puisse mettre en hébergement une femme victime de violences mais pas plutôt dégager le conjoint violent... ça a un petit côté double peine que je trouve un peu naze.

On peut pas expulser quelqu'un de chez lui juste avec une plainte...

Avatar de carbier INpactien
Avatar de carbiercarbier- 04/09/19 à 11:56:15

TriEdge a écrit :

Et les hommes victimes de violences, on les oublient eux. C'est des hommes donc c'est pas grave, pas besoin de label et qu'ils se démerdent par eux-même ?

Ou quand la pseudo égalité homme-femme passe par la discrimination de l'un des 2 sexe... Toujours autant à gerber les gauchiasses...

Il n'y a pas d'égalité homme-femme concernant les violences conjugales: 7 fois plus de morts chez les femmes que chez les hommes.
Rien n'empeche les hommes de monter des assoc' et de se faire connaitre auprès des medias.

PS: sinon je ne savais pas que le gouvernement macron était constitué de "gauchiasses". Si c'est le cas pour toi, on se doute de ton soutien politique et cela expliquerait certainement beaucoup de tes logorrhées.

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 04/09/19 à 12:12:03

WereWindle a écrit :

je comprends pas bien le concept qu'on puisse mettre en hébergement une femme victime de violences mais pas plutôt dégager le conjoint violent... ça a un petit côté double peine que je trouve un peu naze.

Obidoub a écrit :

On peut pas expulser quelqu'un de chez lui juste avec une plainte...

Je pense que sur des exemple de violence flagrante il faut absolument enfermer le mec car c'est potentiellement une tentative de meurtre. Après sur le long terme tu finira invariablement par mettre un bracelet au mec et à la nana.

Le véritable problème c'est que la justice est quasiment impuissante face à la petite criminalité dont ce genre de violence en fait partit car ça reste une agression tout simplement parce que notre arsenal répressif est à bout de souffle.
 

loser a écrit :

En revanche, si la victime est dans un centre, elle est physiquement à l'abri.

Et pour le travail et les enfants qui vont à l'école ça ce passe comment ?

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 04/09/19 à 12:18:31

carbier a écrit :

Il n'y a pas d'égalité homme-femme concernant les violences conjugales 

Je pense qu'un homme à besoin d'exercer une violence physique car la violence psychologique ne suffit plus sur la majorité des femmes et je pense aussi qu'une femme n'a pas besoin d'exercer une violence physique car la violence psychologique suffit à la majorité des hommes. Si tu ne prend que la violence psychologique en compte je pense que c'est les hommes qui doivent le plus en subir.

 

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 04/09/19 à 12:29:41

t'as raison un vrai scandale : dans 14% des cas c'est bien des hommes qui meurent sous les coups de leur femme et même si dans 60% de ces cas ces femmes étaient mal-traitées, y a un vrai problème de société de violence envers les hommes ...

Et sinon en France :
ça fait à peine 80 ans que le droit de correction marital a été supprimé
30 ans que le viol entre époux est reconnu
(ref :https://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_conjugale#France_3)

et y a 30 ans voilà ce que les hommes pensaient des violences conjugales :https://twitter.com/Inafr_officiel/status/1169142942071709696

meme si y a des biais dans les études et qu'un micro-trottoir ne reflète pas une société, on n'est encore loin de légalité femme/homme face aux coups de l'autre.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4