Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Twitter met en place un nouvel « Avis » pour les tweets de politiciens abusant des règlesCrédits : VladSt/iStock

Le réseau social est tiraillé entre deux feux avec certains de ses utilisateurs dont les « messages controversés ou les comportements pourraient contrevenir aux conditions d'utilisations », mais relèveraient en même temps de l'intérêt public. Sans le citer, Donald Trump est largement visé.

Désormais, Twitter affichera un nouvel avis sur les tweets afin de prévenir les autres utilisateurs. Il faudra cliquer dessus avant d'accéder au message. Le réseau social s'assurera aussi que le tweet litigieux ne sera pas mis en avant, notamment par ses algorithmes maison. 

Tous les comptes ne sont évidemment pas concernés. Pour avoir droit à la clémence de Twitter au nom de l'intérêt public, il faudra réunir trois conditions : 

  • Être ou représenter un membre du gouvernement, être candidat à une charge publique ou être envisagé pour un poste au gouvernement
  • Avoir plus de 100 000 followers
  • Avoir un compte certifié

« Dans les cas où un tweet enfreint nos règles et que notre équipe ne juge pas qu'il serait dans l'intérêt du public de le laisser passer, nous demanderons au propriétaire du compte de le supprimer », ajoute Twitter.

1 commentaire
Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 28/06/19 à 12:05:51

La justice privée s'aligne avec la justice publique: "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir" (Jean de LA FONTAINE) :fr:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.