Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Deepfakes : selon Mark Zuckerberg, Facebook travaille sur de nouvelles règles

En mai dernier, une vidéo de Nancy Pelosi était détournée pour la faire apparaître ivre. Le réseau social avait décidé de ne pas la supprimer, mais uniquement de la classer comme étant une fausse information.

Mi-juin rebelote, mais avec Mark Zuckerberg en personne cette fois-ci, afin de tester la neutralité de Facebook dans son traitement des vidéos truquées. Le réseau social l'avait laissée en place, affirmant traiter « ce contenu de la même façon que nous traitons toute la désinformation ».

Mais la situation pourrait changer prochainement, comme l'affirmait hier Mark Zuckerberg, repris par Mashable. Il a commencé par reconnaître avoir commis une erreur avec la vidéo de Nancy Pelosi, qui a mis trop longtemps à être identifiée comme une fake news.

Le dirigeant ajoute que Facebook travaille sur de nouvelles règles, mais qu'il faut d'abord définir ce qu'est un deepfake.

« Je pense que dire que les deepfakes sont différents de la désinformation est une perspective raisonnable. Nous devons nous assurer de définir très clairement ce qu'est un deepfake. Est-ce un média manipulé par une intelligence artificielle pour modifier les propos de quelqu'un ? Je pense que c'est probablement une définition assez raisonnable ».

Il ne précise par contre pas les pistes explorées par Facebook.

1 commentaire
Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 27/06/19 à 16:49:11

Épisode 357 : "Il a commencé par reconnaître avoir commis une erreur..."

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.